SHARE
L’histoire du peuple juif est, et a toujours été, une histoire de résilience. Et cet héritage de persévérance n’est peut-être nulle part plus évident – ou surprenant – que dans les communautés juives des Caraïbes.

Le photographe Wyatt Gallery, a permis que les sites sacrés soient rassemblés dans son nouveau livre, Jewish Treasures of the Caribbean : The Legacy of Judaism in the New World.

Jewish Treasures of the Caribbean The Legacy of Judaism in the New World.

Pour ce photographe, il est plus important que jamais de rappeler les luttes du peuple juif pour persister dans la pratique et la sauvegarde de sa foi :

« Des années 1500 aux années 1700, dit-il, les Juifs ne pouvaient entrer nulle part ; personne ne voulait de nous. Il faut faire attention à ceux qui ont des ennuis et à ceux qui sont des réfugiés, parce que nous avons été des réfugiés. »

Les photographies retracent une histoire ténue mais vivante, largement catalysée par l’Inquisition espagnole et l’expulsion des Juifs de la péninsule ibérique à partir du XVe siècle, qui a vu les Juifs séfarades occidentaux importer leurs traditions dans le Nouveau Monde, où ils se sont installés sur des îles comme Curaçao, Barbade, Jamaïque, et dans des pays côtiers sud-américains comme le Suriname.

Et même si l’émigration éventuelle vers les États-Unis et le Canada a depuis ralenti le pouls de ces communautés autrefois prospères, les témoignages physiques de leur ténacité – des synagogues au sol de sable, et tout le reste – survivent.

Curaçao
Curaçao

Ancien temple Emanuel, Willemstad, Curaçao (1867)

A l’origine, Peter Stuyvesant ne voulait pas autoriser les Juifs à entrer à Curaçao en 1651.

Cette île sous contrôle hollandais, était alors sous sa supervision du dernier directeur général hollandais de la colonie des Pays-Bas (qui deviendra finalement New Netherland).

Mais le gouvernement néerlandais, qui était alors l’un des seuls pays d’Europe de l’Ouest disposés à laisser ouvertement entrer les Juifs sur son territoire,  l’a persuadé de changer d’avis.

« Cela reflète totalement ce qui se passe actuellement dans notre société[avec la crise des réfugiés] « , dit Gallery. « Les Juifs cherchaient un endroit où pratiquer librement leur religion et gagner leur vie, et les Hollandais leur ont donné ça. »

En fin de compte, les Juifs furent autorisés à entrer sur l’île, où ils établirent la Congrégation Mikvé Israël – une structure qui allait devenir la plus ancienne synagogue continuellement utilisée dans l’hémisphère occidental.

En 1864, un tiers de la population juive de Curaçao quitta la Congrégation Mikvé Israël pour fonder la nouvelle Congrégation réformée Emanuel, représentée sur la couverture du livre.

Elle est utilisé comme ministère public depuis 1999.

L’une des qualités les plus distinctives des synagogues des Caraïbes est sans doute leur sol en sable.

« Bien qu’il existe diverses théories sur les origines de cette tradition, la croyance populaire est que le sable était à l’origine utilisé pour étouffer les sons lors des services secrets de prière tenus dans les maisons privées pendant les inquisitions espagnole et portugaise.

Curacao-2010_2015-2

Mikvé-Israël Emanuel, photographié ici, a été modelé sur sa synagogue mère, la synagogue portugaise (ou Esnoga) à Amsterdam, achevée en 1675 ; c’est l’une des quatre synagogues des Caraïbes dont le sol est couvert de sable.

Peu de pratiques sont plus intégrales, ou plus sacrées, pour le peuple juif que l’inhumation correcte de ses morts, et le cimetière juif illustré ici, à Oranjestad, Saint-Eustache, témoigne de ce fait.

Cimetière juif, Oranjestad, Saint-Eustache (1739)
Cimetière juif, Oranjestad, Saint-Eustache (1739)

Datant de 1739, le lieu de sépulture se trouve au-dessus de la ville d’Oranjestad, au pied de la plume, un volcan endormi de 2 000 pieds de haut. Bien qu’il reste moins de deux douzaines de pierres tombales bien conservées, celles qui restent – comme celle du Hazan (cantor) Jacob Robles – sont presque entièrement intactes.

Synagogue Honen Dalim, Oranjestad, Saint-Eustache (1739)
Synagogue Honen Dalim, Oranjestad, Saint-Eustache (1739)

La synagogue Honen Dalim, sur l’île de Saint-Eustache, a depuis longtemps cessé d’être un lieu de prière, et bien qu’il n’y ait plus de population juive sur l’île, leur héritage à Saint-Eustache mérite d’être préservé…

« Ce livre] n’est pas seulement une contribution à l’histoire juive, dit-il. « C’est aussi une contribution à l’histoire des Caraïbes et à l’histoire américaine. »

Les Juifs des Caraïbes étaient largement employés comme marchands et, à Saint-Eustache, ils faisaient passer illégalement des armes, des munitions et des approvisionnements aux rebelles américains pendant la guerre révolutionnaire américaine, contribuant à renverser la vapeur – un fait peu connu, même aujourd’hui.

Synagogue Nidhe Israel, Bridgetown, Barbade (1660s/1833)
Synagogue Nidhe Israel, Bridgetown, Barbade (1660s/1833)

Bien que la communauté juive de la Barbade ait plus ou moins disparu, la synagogue Nidhe Israel du pays demeure, et elle se distingue des autres synagogues des Caraïbes pour plusieurs raisons : C’est la seule synagogue historique des Caraïbes, par exemple, qui ne comporte plus les traditionnels planchers de bois recouverts de sable (à un moment donné, ils ont été remplacés par du marbre à carreaux et de la pierre bleue).

Mais ses détails plus petits et plus difficiles à repérer – comme les six ananas en laiton qui couronnent le Tebáh (plate-forme du lecteur), un symbole souvent trouvé à Charleston, en Caroline du Sud, et une horloge, qui ressemble à celle de la synagogue de Bevis Marks à Londres – rendent hommage aux communautés juives de par le monde.

Beraka ve Shalom ve Shalom ve Gemilut Hasadim, Charlotte Amalie St. Thomas, USVI (1833)
Beraka ve Shalom ve Shalom ve Gemilut Hasadim, Charlotte Amalie St. Thomas, USVI (1833)

Thomas’s Beraka ve Shalom ve Gemilut Hasadim Synagogue – la deuxième plus ancienne synagogue dans l’hémisphère occidental, et la plus ancienne sous le drapeau américain – sert toujours un but profondément sacré, abritant une des rares Torahs séfarades dans toutes les Caraïbes.

Construit à l’origine sous la domination danoise, le temple a été achevé en 1833, après qu’un incendie eut déchiré Saint Thomas en 1831, mais le bâtiment original a été érigé en 1796.

« L’amiral [George B.] Rodney [de la Marine royale britannique] a écrit dans son journal [pendant la Révolution américaine] que si ce n’était pas ces Juifs faisant de la contrebande d’armes qu’il appelait « vipères », la Grande-Bretagne aurait sûrement gagné la guerre, ».

Cimetière de Hunt's Bay, Hunt's Bay, Jamaïque (1672)
Cimetière de Hunt’s Bay, Hunt’s Bay, Jamaïque (1672)

Le cimetière juif de Hunt’s Bay, le plus ancien cimetière de la Jamaïque, a servi de lieu de sépulture à de nombreux membres de la communauté juive de Port Royal.

Ils ont continué à y transporter leurs morts, même après le tremblement de terre de 1692, alors que beaucoup s’étaient installés à Kingston et à Spanish Town. Le terrain est demeuré en usage jusqu’au début du XIXe siècle et les épitaphes sont écrits en hébreu, en portugais, en espagnol et en anglais – un autre témoignage de la diversité des communautés juives des Caraïbes.

Le Musée et d’autres organismes s’efforcent constamment de préserver ces cimetières : Le Jamaican Jewish Cemetery Preservation Fund à but non lucratif, créé par un architecte basé à New York, mène des missions bénévoles en Jamaïque pour enregistrer les informations sur chaque pierre tombale.

Gallery, de son côté, utilise ses expositions et ses conférences pour sensibiliser le public à l’OSBL, et il a également commencé à mener des groupes de visiteurs dans les lieux documentés dans son livre.

« J’emmène des groupes de 12 personnes dans ces lieux historiques en personne et je leur fais vivre une expérience inédite, et j’utilise ces visites pour redonner de l’argent à ces communautés « , dit-il.

Synagogue Shaare Shalom, Kingston, Jamaïque (reconstruite entre 1911 et 1913)
Synagogue Shaare Shalom, Kingston, Jamaïque (reconstruite entre 1911 et 1913)

Talitot (châles de prière juifs, aussi connus sous le nom de tefilot) sont suspendus sur le bois d’acajou Tebáh, en face du Hechal (arche de la Torah) dans la synagogue Shaare Shalom à Kingston en Jamaïque.

Le temple, qui abrite aujourd’hui la Congrégation unie des Israélites, fut la première synagogue unie de la Jamaïque, fusionnant les congrégations Askhenazi et Sépharade de la capitale après la perte de leurs synagogues respectives lors du Grand Feu de Kingston en 1882.

Aujourd’hui, c’est la seule synagogue encore active dans le pays, et elle continue à servir sa population juive « petite mais active ».

Ruines de Berakha ve Shalom, Jodensavanne, Suriname (1685)
Ruines de Berakha ve Shalom, Jodensavanne, Suriname (1685)

Elle peut ressembler à un tas de ruines romaines, mais les vestiges de la synagogue Berakha ve Shalom du Suriname – la première synagogue d’importance architecturale dans le Nouveau Monde – marquent un moment important dans l’histoire collective du pays.

La ville de la synagogue, Jodensavanne (Savane des Juifs), a été surnommée  » Jérusalem par le fleuve  » et ses habitants (près de 2 000 au milieu du XVIIIe siècle) ont été un moteur économique dans la région.

Jusqu’à sa décimation par le feu en 1832, Jodensavanne est restée une société juive florissante et autonome, ce que le monde ne reverra pas vraiment avant la création de l’État d’Israël en 1948.

Art funéraire du cimetière de Jodensavanne, Jodensavanne, Suriname (1683)
Art funéraire du cimetière de Jodensavanne, Jodensavanne, Suriname (1683)

Selon les représentants de la communauté, il y a aujourd’hui moins de 200 Juifs identifiables au Suriname, mais son contingent autrefois puissant a laissé une empreinte durable.

A quelques pas des ruines de la synagogue Berakha ve Shalom de Jodensavanne, se trouve une tombe portant le symbole des mains de Kohen (ce qui signifie que le défunt est un descendant des prêtres de haut rang du Temple).

Deuxième cimetière juif le plus ancien du Suriname, le cimetière contient au total 462 pierres tombales datant de 1683 à 1873, inscrites dans des langues aussi diverses que l’hébreu, l’espagnol, le néerlandais et l’araméen, et réalisées en marbre et en pierre bleue importés d’Italie et d’Amsterdam.

La région est incroyablement diversifiée et abrite de nombreuses cultures, ethnies et religions :

 » C’est drôle que certains habitants des Caraïbes ne connaissent rien de cette partie de l’histoire [de la région] « , explique Gallery. « Cela a toujours été mon intérêt de travailler dans les Caraïbes. Je veux montrer] la diversité culturelle qui existe là-bas ; je veux montrer aux gens[plus que] ce qu’on leur a donné à manger à la cuillère. »

https://www.cntraveler.com/gallery/the-unlikely-legacy-of-judaism-in-the-caribbean

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://www.terrepromise.fr

Votre aide est très Importante…

Depuis plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seule à travailler sur les sites du réseau Elishean. Terre Promise est mon dernier né. Je l'ai fait pour vous, avec l'intention de vous offrir plus d'informations sur le monde juif et son histoire. Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur Paypal. Même une somme minime sera la bienvenue. Merci à vous. Mikhal

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2019/Terre Promise

Print Friendly, PDF & Email