SHARE
Les Nabatéens étaient une société qui habita l’Arabie et le Levant Sud à partir du IIIe siècle av. J.-C. jusqu’à environ 106 après JC, année de l’annexion du royaume des Nabatéens à l’empire romain.

Connu pour ses grandes routes commerciales, le royaume nabatéen s’enrichit et prospère au 1er siècle de notre ère. Sa capitale, Petra, était un centre commercial florissant.

Aujourd’hui, la région qui était autrefois le puissant royaume nabatéen est connue pour être une riche source d’archéologie.

Petra était une ville sculptée dans la pierre et des sites tels que le spectaculaire temple Al-Khazneh survivent dans un état presque parfait.

Ces dernières années, il a été possible de déchiffrer les anciennes inscriptions de la ville. Ces découvertes, de même que d’importantes découvertes, signifient qu’il est maintenant possible d’apprendre beaucoup de choses sur la société et la culture de l’ancienne Nabataea et en particulier sur la vie à Pétra.

Il y a même des indices qui ont conduit certaines personnes à s’interroger sur le rôle des femmes dans la ville – se pourrait-il qu’à un moment donné, elles n’étaient pas seulement égales mais plus importantes que les hommes?

Al-Uzza, la déesse qui représentait la planète Vénus et correspondait ainsi à Ishtar / Ashtart / Inanna, est apparue à la fois comme une sculpture et une sculpture. Relief du temple à Khirbet et-Tannur, Jordanie. ( CC0 )
Al-Uzza, la déesse qui représentait la planète Vénus et correspondait ainsi à Ishtar / Ashtart / Inanna, est apparue à la fois comme une sculpture et une sculpture. Relief du temple à Khirbet et-Tannur, Jordanie. ( CC0 )

Religion à Petra

Bien avant l’implantation de l’islam au Moyen-Orient, les Nabatéens étaient une société panthéiste.

Ils vénéraient à la fois des divinités locales et des divinités d’autres sociétés, notamment Isis et Dionysos – ils auraient rencontré ces nouvelles personnalités religieuses par le biais de leurs vastes réseaux commerciaux.

Leur vaste panthéon de divinités locales comprenait un certain nombre de déesses puissantes.

Bien que d’autres déesses importantes aient été vénérées, notamment Allat et Manat, l’une d’elles était Al-‘Uzza, dont le nom se traduit par «la plus puissante». C’est elle qui offre une des meilleures preuves du respect des femmes à Petra.

Al-‘Uzza est une déesse fréquemment associée à l’eau, une ressource importante pour une société basée dans le désert aride d’Arabie. Son association avec une ressource aussi importante nous dit qu’elle était clairement une figure clé de la religion nabatéenne.

Ce que l’on pense être son image a été retrouvée partout dans Petra dans des gravures sur des dalles de pierre appelées « bétyles », connues sous le nom de « idoles des yeux » en raison de leurs visages sculptés simples aux yeux saillants.

La déesse Al-'Uzza - Son image a été retrouvée dans toute la ville de Petra dans des sculptures gravées sur des dalles de pierre appelées «bétyles». (Zcmetallica / CC BY-SA 3.0 )
La déesse Al-‘Uzza – Son image a été retrouvée dans toute la ville de Petra dans des sculptures gravées sur des dalles de pierre appelées «bétyles». (Zcmetallica / CC BY-SA 3.0 )

Le temple des lions ailés

En plus de la richesse des idoles des yeux survivants, qui sont la preuve que le culte d’Al-‘Uzza était répandu, les vestiges d’un grand temple qui lui est dédié se trouvent encore au centre de Pétra.

En se tenant debout, cela aurait été un grand bâtiment avec un grand autel surélevé et d’énormes colonnes ornées de sculptures. Certaines de ces sculptures sont ce qui donne son nom au temple – le temple des lions ailés.

Le temple des lions ailés, Petra, Jordanie. (Bgag / CC BY-SA 3.0 )
Le temple des lions ailés, Petra, Jordanie. (Bgag / CC BY-SA 3.0 )

Dans les ruines du temple, les archéologues ont trouvé une idole spectaculaire, confirmant l’association des temples avec Al-‘Uzza et indiquant qu’il s’agissait d’un lieu où des rituels étaient organisés pour lui rendre hommage et l’invoquer.

Ils croient que les femmes prêtres faisaient partie d’un culte dédié à Al-‘Uzza et qu’elles avaient peut-être accompli des rituels arcaniques complexes au temple impliquant le chant, l’encens et même le culte des idoles.

Un podium soigneusement conçu aurait permis à une image de la déesse de rester cachée et aurait facilité un dévoilement dramatique lors des cérémonies.

Preuve d’autres divinités féminines

La preuve d’autres divinités féminines est également trouvée autour de l’étendue tentaculaire de Petra. Ici, un relief censé représenter Atargatis, une déesse de la fertilité.

Cette statue provient du temple nabatéen de Khirbet Tannur. Atargatis, la "déesse syrienne" (Lucian, De Syria Dea) était une déesse de la végétation. ( CC BY-SA 2.0 )
Cette statue provient du temple nabatéen de Khirbet Tannur. Atargatis, la « déesse syrienne » (Lucian, De Syria Dea) était une déesse de la végétation. ( CC BY-SA 2.0 )

La condition de la femme dans la société nabatéenne

Le culte, l’importance et l’importance des divinités féminines, répandus dans tout le royaume nabatéen et à l’intérieur même de Petra, montrent que les femmes doivent avoir été respectées.

En outre, la conviction que les prêtresses ont joué un rôle clé dans le culte d’Al-‘Uzza pourrait être la preuve que les femmes étaient plus que respectées et pouvaient atteindre un statut très élevé dans la société nabatéenne.

Il y a certainement suffisamment de preuves pour confirmer qu’elles jouissaient de droits et de privilèges bien plus importants que les femmes d’Europe ou de l’Empire romain à l’époque.

En 1961, les archéologues ont trouvé un jeu de rouleaux incroyable qui avait été oublié dans une grotte pendant environ 2000 ans.

Ils documentent le pouvoir et l’éminence d’une femme dans la société nabatéenne.

Elle était parfaitement alphabète, possédait des terres importantes et sa propriété était liée à celle du roi nabatéen. Il ressort clairement des documents qu’elle était indépendante, influente et extrêmement riche. Les rouleaux sont la preuve que les femmes avaient un statut propre et pouvaient posséder des biens.

La déesse arabique Allat se tient sur un lion flanqué de deux figures féminines, peut-être Manat et al-Uzza. (JDHaidar / domaine public )
La déesse arabique Allat se tient sur un lion flanqué de deux figures féminines, peut-être Manat et al-Uzza. (JDHaidar / domaine public )

L’idée que les femmes constituaient une partie si précieuse de la société était surprenante lorsque des preuves ont été découvertes pour la première fois, mais les preuves sont maintenant abondantes et ne peuvent plus être niées.

Les temples, les idoles des yeux, les parchemins et même les sites sculptés à flanc de falaises nous montrent tous que pendant un certain temps, les femmes à Pétra avaient un statut et jouaient un rôle important et important dans la société nabatéenne.

On peut soutenir que pendant des siècles, avec un pouvoir et une influence inégalés, les femmes à Nabataea et en particulier à Petra avaient un statut supérieur à celui des hommes.

Par Sarah P Young

Références

Corbett, J. 2009. Résoudre l’énigme de Pétra et les Nabatéens. Revue d’archéologie biblique. [En ligne] Disponible à l’ adresse : https://web.archive.org/web/20090816192721/http://www.bib-arch.org/e-features/petra.asp
Smithsonian Channel. 2017. SACRED SITES: ce que ces parchemins nous disent à propos des femmes à Petra [En ligne] Disponible à: https://www.smithsonianchannel.com/videos/what-these-mysterious-scrolls-tell-us-about-women-in- petra / 50745
Smithsonian Channel. 2017. Les femmes de Petra étaient-elles plus importantes que les hommes? [En ligne] Disponible à l’ adresse : https://www.youtube.com/watch?v=qTfhevu6Gj8
Taylor, J. 2001. Le royaume perdu des Nabatéens. IB Tauris Publishing
Wadeson, L. 2015.Complexes de tombes nabatéens à Petra: nouvelles perspectives à la lumière des travaux sur le terrain récents . Université d’Oxford. [En ligne] Disponible à l’ adresse : http://www.ascs.org.au/news/ascs32/Wadeson.pdf

https://www.ancient-origins.net/ancient-places-asia/women-petra-0011401

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: https://www.terrepromise.fr

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2019/Terre Promise

Print Friendly, PDF & Email