SHARE
La prédiction de Moshé Feiglin selon laquelle son parti Zehout sera l’un des “surprises” de ces élections” est-elle en passe de se réaliser?

En tout cas, le fondateur de ce parti a déjà réussi un pari étonnant: diffuser le programme détaillé de son parti dans un livre qui est devenu en quelques jours un best-seller dans les librairies israéliennes.

Tout comme les primaires ouvertes de Zehout réalisées il y a quelques semaines, il s’agit d’un nouveau fait inédit dans les annales de la démocratie israélienne.

Il est extrêmement rare qu’un parti politique mette son programme sous forme de livre publié ensuite dans les libraires à destination du grand public. Mais le téméraire Moshé Feiglin a fait ce pari risqué qui s’avère être une totale réussite.

Dans la grande chaîne de librairies “Tsomet Sefarim”, le livre-programme intitulé “Être un Juif libre: Etat d’Israël, mode d’emploi” a déjà dépassé les ventes du n°1, “21 leçons pour le XXIe siècle” écrit par le philosophe mondialement connu Youval-Noah Harari.

zehout

Sur plusieurs centaines de pages, le parti Zehout présente en détail ses positions et intentions dans tous les domaines de la vie de l’Etat. Un document qui apparemment intéresse de très nombreux citoyens en quête de…zehout!

Y a-t-il une relation de cause à effet? Dans un sondage réalisé par Israël Hayom et I24News et paru jeudi, Moshé Feiglin et son parti sont crédités de cinq sièges.

Photo Orel Cohen / Flash 90 – https://lphinfo.com

Sécurité d’Israël et programme politique

Depuis les Accords d’Oslo, un changement s’est produit dans le système de valeurs de Tsahal et des services de sécurité israéliens.

D’une position claire et ‘tranchée’, visant à dissuader l’adversaire et à empêcher toute attaque ultérieure contre Israël, Tsahal est passé à une position de ‘retenue’.

Cette position génère des cycles d’affrontement toutes les quelques années, une menace constante de missiles et de tunnels, et une menace nucléaire – situation perçue comme une situation de fait.

Dans une position de ‘retenue’, Tsahal n’est pas intéressé à vaincre et ne vise plus à la victoire. Le concept de la victoire n’est plus présent à Tsahal, car la société qui l’a envoyé remplir son rôle ne croit plus à la justesse de sa propre existence, ni à son droit de vaincre l’ennemi.

« Zéhout » veut procéder à un changement de valeurs en ramenant Tsahal à sa position première, celle d’avant les accords d’Oslo. Les points suivants concrétiseront cette transformation :

Armée professionnelle de volontaires

Les progrès technologiques et les transformations de la situation sécuritaire en Israël, ces dernières décennies, exigent une modification du modèle de recrutement de Tsahal. A l’heure actuelle, Tsahal a besoin d’une force réduite, meilleure, ayant suivi une formation de longue durée. A l’heure actuelle, la plupart des recrues ne sont pas vraiment utiles.

« Zéhout » vise à raccourcir la durée du service militaire, en le ramenant à la seule période des classes. Au terme des classes, les personnes intéressées à poursuivre une carrière professionnelle pourront faire acte de candidature. Tsahal choisira alors ceux qui répondent à ses besoins. Les personnes retenues recevront un salaire respectable, prenant en considération le salaire moyen du pays, une formation et un équipement de pointe et une éducation universitaire. Elles jouiront d’excellentes conditions ainsi que d’un statut social élevé, mérité en raison de leur apport à la sécurité de l’Etat.

« Zéhout » mettra progressivement en place ce programme, en collaboration avec les services de sécurité.

La menace iranienne

En ce qui concerne l’arme nucléaire iranienne, la politique israélienne se révèle catastrophique. Le problème crucial n’est pas la capacité de cette arme à frapper Israël, mais le processus de délégitimation et la perte de toute justification de l’existence de l’Etat d’Israël aux yeux du monde – perte causée par le manque de réaction d’Israël, face à qui appelle à son anéantissement.

Selon « Zéhout », l’Etat d’Israël doit employer les moyens technologiques en sa possession pour éliminer les chefs de ses ennemis, créant ainsi un formidable effet de dissuasion.

Citons ici l’antique maxime juive : ‘Qui se prépare à te tuer, tue-le toi en premier’.

Cessation de l’aide américaine :

« Zéhout » s’oppose à l’idée que l’aide américaine à l’Etat d’Israël garantisse la sécurité du pays, ce à quoi on ne saurait renoncer. Le coût de ce ‘cadeau’ est trop élevé.

Du point de vue sécuritaire, cette aide induit une dépendance israélienne par rapport aux Américains, qui légitiment ainsi leur ingérence dans les affaires sécuritaires d’Israël. Ce facteur étranger, intervenant en permanence dans les décisions d’Israël, et entravant sans cesse son libre fonctionnement sécuritaire, lèse gravement la sécurité nationale.

Au plan économique, l’Etat d’Israël souffre également de l’aide américaine. Derrière les limitations imposées à l’exportation d’armements israéliens, se profile le fait que les Etats-Unis ont conscience du potentiel énorme de l’industrie sécuritaire israélienne.

La dépendance nationale par rapport aux armements américains empêche Israël d’investir dans un développement autonome, développement capable de rivaliser avec l’industrie militaire américaine.

C’est la raison pour laquelle « Zéhout » supprimera l’aide financière américaine.

Programme politique :

En toile de fond de ce programme, il faut rappeler le processus suivi par Israël depuis la signature des Accords d’Oslo. A première vue, l’objectif de ces accords était de mettre fin au conflit par la création d’un Etat palestinien, et d’obtenir ainsi la paix.

Mais un simple examen suffit pour constater que cet objectif n’a pas été atteint, bien au contraire. Le nombre de victimes d’attentats a été multiplié par cinq (1552 entre 1994 et 2015 contre 357 entre 1977 et 1994).

De plus en plus de villes d’Israël sont touchées par des missiles. Des résidents furent même chassés de leurs foyers (durant le retrait de la Bande de Gaza en 2005).

De plus, les Accords d’Oslo étaient censés générer un essor économique grâce aux réductions des dépenses sécuritaires. Mais de fait, l’Etat a payé plus de mille milliards de shekels à cause de la mise en place de ces accords.

A la lumière de ce qui précède, la question se pose : Est-ce que l’objectif des accords d’Oslo était vraiment d’atteindre la paix?

La réponse à cette question est claire : L’objectif final d’Oslo n’était pas la paix mais une ‘israélisation’ de la société, ou, comme le reconnait dans une interview le docteur Ron Pondak, l’un des architectes d’Oslo :

« la paix n’est pas l’objectif en soi. C’est le moyen … (d’une) ‘israélisation’ de la société en lieu et place de sa ‘judéisation’… ».

Autrement dit, les architectes d’Oslo ont vu dans la solution de deux Etats le moyen de gagner la bataille de l’identité.

Le parti « Zéhout » s’oppose vigoureusement à cette ‘conception Oslo’ et propose un programme alternatif intitulé ‘un Etat pour un peuple’.

Ce programme se base sur une fidélité à l’identité juive de l’Etat et à la justesse de sa voie. Au terme du processus, ce programme mènera l’Etat d’Israël à une paix réelle.

Axiomes de base de ce programme :

-Eretz Israël appartient au seul peuple d’Israël, de par la promesse divine.

-Le droit international reconnaît que les territoires de Judée-Samarie sont destinés à l’Etat d’Israël, comme le prouve le rapport du juge Levy.

-Les perspectives démographiques sont en faveur des Juifs, et en 2035, il y aura une majorité de 80% de Juifs, de la Méditerranée jusqu’au Jourdain.

-La plupart des Arabes habitant la Judée-Samarie veut émigrer, et nombre d’entre eux le font déjà aujourd’hui.

Etapes du programme :

Première étape : les Accords d’Oslo seront annulés et la situation juridique redeviendra ce qu’elle était avant Oslo.

Deuxième étape : les terroristes se verront proposer une retraite sans effusion de sang, comme la retraite de l’OLP hors du Liban en 1982.

Troisième étape : Tsahal reprendra ces territoires, comme il sut le faire lors de l’Opération ‘Rempart’, et l’Etat d’Israël instaurera sa souveraineté pleine et entière sur toutes les parties de la Terre d’Israël. Aucun élément – sauf Tsahal, la police israélienne et les citoyens autorisés (voir plus haut ‘Permis de port d’arme’) – ne portera d’armes entre la Méditerranée et le Jourdain.

Quatrième étape : Les habitants non juifs de Judée-Samarie se verront proposer trois options :

-Aide à l’émigration : l’Etat permettra à ceux qui le veulent de vendre leurs biens, et les aidera à se rendre là où ils le souhaitent, et à s’y intégrer.

-Résidence : ceux qui souhaitent rester, et affirmer explicitement leur loyauté, recevront le statut de résident permanent dans l’Etat juif. Tous leurs droits et leurs biens seront conservés, à l’exemple de résidents d’autres pays occidentaux (entre autres les Etats-Unis avec les résidents de Samoa, des Iles Vierges et Porto-Rico ; l’Angleterre avec les résidents chypriotes sous sa domination).

– Citoyenneté : ceux qui souhaitent être des citoyens loyaux et servir dans les rangs de l’armée (comme les Druzes par exemple), pourront devenir citoyen à part entière, au terme d’une enquête longue et fouillée.

Lorsque le peuple d’Israël remportera la lutte de l’identité intérieure, et cessera de se considérer comme un occupant sur sa propre terre, le reste du monde laissera le conflit derrière lui et acceptera notre souveraineté légale.

De plus, la réalisation de ce programme permettra au centre du pays de s’ouvrir à l’implantation, à la construction et au développement.

La génération future n’héritera pas du problème des Territoires et de la terreur, mais recevra un Etat souverain, sûr et en plein essor.

Politique extérieure d’Israël :

Selon « Zéhout », l’Etat d’Israël doit se montrer d’une moralité exemplaire, un modèle à suivre pour les autres nations.

D’après cette approche, Israël continuera à développer des liens avec les pays étrangers, sans aucun compromis sur les principes moraux.

Par exemple, l’Etat d’Israël cessera de vendre armes et savoir-faire militaire aux régimes coupables de crimes contre l’humanité, aux pays violant les droits de l’homme.

Jérusalem et le Mont du Temple :

Jérusalem, et tout particulièrement le Mont du Temple, est au cœur de l’existence nationale juive, de génération en génération.

« Zéhout » œuvrera au développement de Jérusalem, comme il sied à la capitale d’Israël. Avec la réalisation de son programme politique (Voir plus haut ‘Programme politique’), le conflit disparaîtra et les non Juifs restés à Jérusalem reconnaîtront la souveraineté d’Israël.

Dès lors, on pourra élargir les limites de la ville à l’est et au nord afin de créer une vaste métropole, le ‘grand Jérusalem’. Cette métropole inclura Beit Lehem et Goush Etsion au sud, Beit Shemesh et Modiin à l’ouest, Ramallah au nord, Maalé Edoumim et Jéricho à l’est.

En outre, « Zéhout » améliorera l’accès à Jérusalem par diverses infrastructures stratégiques, avec par exemple un périphérique, un aéroport international, une amélioration des voies vers le Mont, et des voies à l’est de la ville, tout spécialement autour de la Vieille Ville.

« Zéhout » visera au transfert des ministères, de la Knesset et de la Cour suprême vers la Vieille Ville, sur des terrains proches du Mont du Temple.

Le Mont du Temple n’est pas le centre d’un conflit religieux, mais bien – comme nous l’avons dit – le cœur même de la nation toute entière.

Il existe un lien direct entre la perte de la mainmise d’Israël sur le Mont du Temple (depuis qu’il est passé de facto entre les mains du Waqf) et la délégitimation internationale de l’Etat d’Israël au fil des ans.

Tous les leaders du pays, de droite comme de gauche ont tout fait pour ‘fuir’ tout traitement du sujet. « Zéhout » s’oppose fermement à cette politique, et considère le retour d’un plein contrôle israélien sur le Mont du Temple comme un objectif national crucial.

En conséquence, « Zéhout » se propose d’éloigner du Mont du temple le Waqf, ou tout autre facteur qui ne soit pas sous souveraineté israélienne.

Des forces de police israéliennes seront postées en permanence sur le Mont du Temple, et non sur ses confins comme c’est le cas aujourd’hui.

La visite du Mont du Temple sera autorisée à toute heure, sans limitations. La sécurité des citoyens d’Israël sur le Mont du Temple sera totalement assurée, avec l’appui de toutes les forces policières nécessaires. L’accès au Mont du Temple pour les Juifs sera autorisée à partir de tous les points de passage, sans restriction.

En vertu de la loi sur la garde des lieux saints, « Zéhout » prévoit que le Mont du Temple sera géré par le Grand Rabbinat, qui pourra organiser l’accès et les prières des Juifs selon la Loi juive dans les parties autorisées, et indiquer celles-ci sur le terrain. Une synagogue juive sera édifiée sur le Mont du Temple.

Enfin, le Mont du Temple s’ouvrira aux recherches archéologiques, sans les restrictions pratiquées actuellement.

Voir le reste du programme Zehout sur son site : https://zehut.org.il/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://www.terrepromise.fr

Votre aide est très Importante…

Depuis plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seule à travailler sur les sites du réseau Elishean. Terre Promise est mon dernier né. Je l'ai fait pour vous, avec l'intention de vous offrir plus d'informations sur le monde juif et son histoire. Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur Paypal. Même une somme minime sera la bienvenue. Merci à vous. Mikhal

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2019/Terre Promise

Print Friendly, PDF & Email