SHARE
La sécurité alimentaire est une préoccupation majeure alors que la population mondiale s’accroît et que les ressources naturelles diminuent. Des solutions intelligentes pour une agriculture plus efficace, des cultures plus résistantes, des sources alternatives de nutrition et un emballage et un stockage plus sûrs des aliments sont essentiels.

Aucun autre pays – certainement pas aussi jeune et aussi petit qu’Israël – n’a contribué à faire plus de percées dans ce domaine qu’Israël.

Depuis les années 50, les Israéliens ont non seulement trouvé des moyens miraculeux de verdir leur propre désert, mais ils ont aussi partagé leurs découvertes.

Voici les 12 principaux moyens par lesquels Israël aide à nourrir le monde.

L’irrigation au goutte à goutte

Bien que le concept de l’irrigation au goutte à goutte existait bien avant la création de l’État israélien, il a été révolutionné par l’ingénieur des eaux israélien Simcha Blass dans les années 1960 et continue de transformer l’agriculture dans le monde entier.

Les tubes à libération lente de Blass ont formé la base de la société de renommée mondiale Netafim (vendue pour 1,5 milliard de dollars à Mexichem en 2017) et d’autres entreprises israéliennes d’irrigation goutte à goutte et de micro-irrigation dont les solutions sont utilisées dans le monde entier.

Un exemple de l’impact de l’irrigation goutte à goutte israélienne sur l’approvisionnement alimentaire dans les pays étrangers est Tipa (Drop), un kit qui permet à la gravité d’irriguer quand il n’y a pas de pression d’eau dans les zones rurales. Le ministère israélien des Affaires étrangères a fourni des kits Tipa à des centaines de producteurs au Sénégal, au Kenya, en Afrique du Sud, au Bénin et au Niger.

En moyenne, 70 % de l’eau dans le monde est consacrée à l’irrigation, en partie parce que certaines régions utilisent encore l’irrigation par inondation, qui est un gaspillage inutile. Des entreprises agrotechniques israéliennes telles que CropX, Saturas, Manna et SupPlant aident leurs clients dans le monde entier à mettre en œuvre des programmes efficaces d’irrigation au goutte à goutte pour utiliser moins d’eau et produire des cultures plus abondantes et de meilleure qualité.

L’innovation dans l’irrigation au goutte à goutte est en constante évolution. En février 2019, Netafim a signé un accord de collaboration de recherche d’une durée de trois ans avec Bayer et la société de transfert de technologie de l’Université Ben-Gurion portant sur la recherche sur les sols, les outils de prévision numérique et la technologie de pointe de Netafim afin d’établir les meilleures pratiques d’utilisation de l’irrigation au goutte à goutte comme système précis pour la distribution d’eau aux racines.

Acheminer davantage de céréales jusqu’au marché

Environ un tiers des aliments produits pour la consommation humaine dans le monde sont perdus ou gaspillés chaque année. Dans les pays à faible revenu, la majeure partie de cette perte se produit au début et au milieu de la chaîne de production. L’un des problèmes est que la majorité des céréales et légumineuses récemment récoltés sont abîmées par les parasites et les moisissures avant d’arriver sur le marché.

Les cocons GrainPro de conception israélienne offrent aux agriculteurs africains et asiatiques un moyen simple et peu coûteux de conserver la fraîcheur de leur marché céréalier.

Les énormes sacs, inventés par le professeur Shlomo Navarro, consultant international en technologie alimentaire, empêchent l’eau et l’air de pénétrer. Ils sont utilisés dans une centaine de pays, notamment en Afrique, en Amérique latine, au Moyen-Orient et en Extrême-Orient.

Amaizz, basé à Tel-Aviv, résout un problème pour les agriculteurs africains et indiens subsahariens lors du séchage de céréales telles que le maïs, qui sont sujettes aux infestations fongiques toxiques ainsi qu’à la destruction par les insectes et autres animaux.

Amaizz propose des unités de séchage, de désinfection et de stockage modulaires, électriques ou solaires, qui protègent contre les parasites et les champignons. L’entreprise fabrique également des unités d’entreposage frigorifique pour tout type de grain, en plus des batteuses d’orge et de maïs qui réduisent le temps, la main d’œuvre et les dommages causés aux grains.

En 2016, Amaizz a remporté le Programme israélien des Grands Défis pour l’amélioration de la manutention et du stockage post-récolte et et pour économiser jusqu’à 50% des pertes causées par une mauvaise manipulation.

Amaizz est l’une des six start-ups israéliennes sélectionnées pour le programme  » 2018 India-Israel Bridge to Innovation  » de l’Autorité israélienne de l’innovation, à l’initiative des Premiers ministres des deux pays, et mène actuellement des pilotes avec des acteurs clés sur le marché indien.

Sauver les mangues de la dévastation par les mouches des fruits

Les mangues assurent la subsistance de milliers d’agriculteurs dans les pays en développement. Cependant, de nombreux producteurs de mangues en Inde, en Amérique et en Afrique de l’Ouest ont tout simplement renoncé ces dernières années car un pourcentage élevé de leurs cultures a été ruiné par diverses espèces de mouches des fruits.

Cette situation est en train de s’inverser de façon spectaculaire grâce à un nouveau produit issu du programme israélien Biofeed, une autre des six start-ups du programme 2018 India-Israel Bridge to Innovation.

La gamme FreeDome, sans pulvérisation et respectueux de l’environnement, contient un mélange organique personnalisé d’aliments, de stimulants alimentaires et d’agents de contrôle ou thérapeutiques délivrés par une plateforme brevetée de libération de liquide à gravité contrôlée pour tuer les mouches minuscules.

Biofeed a démontré une diminution globale de l’infestation par la mouche orientale des fruits de 95 % à moins de 5 % lors d’un essai pilote avec des producteurs indiens de mangues, tandis qu’un programme pilote au Togo a permis de réduire l’infestation dans diverses régions de 88 à 95 %.

L’agriculture de précision

Le secteur agro-industriel de précision, vaste et en pleine croissance en Israël, comprend plus de 450 entreprises offrant des technologies avancées de collecte de données et d’analyse pour une agriculture plus efficace et plus productive.

Voici seulement quatre exemples d’entreprises israéliennes de précision dont les solutions sont utilisées dans le monde entier :

AgriTask permet aux agriculteurs d’intégrer toutes leurs données agricoles à partir de sources multiples (imagerie, stations météorologiques, capteurs sur le terrain, etc.) sur une seule plate-forme, accessible via une application mobile.

Croptimal effectue en temps réel des analyses précises des tissus végétaux, du sol et de l’eau sur le terrain, réduisant considérablement la procédure d’analyse standard de 10 jours à moins d’une heure.

Taranis combine l’imagerie aérienne à haute résolution avec la vision par ordinateur et l’intelligence artificielle pour montrer aux agriculteurs ce qui se passe dans leurs parcelles jusqu’au niveau des insectes et des feuilles, et analyse ces données pour faciliter la prise de décision.

Prospera crée un système agricole numérique qui recueille, numérise et analyse de grandes quantités de données pour aider les producteurs à contrôler et à optimiser leur production et leurs systèmes de culture.

Sauver les fraises (et bien plus encore)

Le kibboutz Sde Eliyahu, propriété de Bio-Bee, élève et exporte plusieurs espèces d’insectes et d’acariens bénéfiques pour la lutte biologique contre les parasites et des bourdons destinés à la pollinisation naturelle, vers plus de 50 pays, de l’Inde au Chili.

Le minuscule BioPersimilis, un ennemi très efficace de la Tetranychidae, un parasite agricole dévastateur, est le produit le plus vendu dans le monde entier par l’entreprise.

BioPersimilis est utilisé par la plupart des producteurs de fraises de Californie (le plus grand marché de BioBee) et par les producteurs de poivrons, tomates, pommes de terre, haricots, maïs, concombre, melon, aubergine et fleurs ornementales afin de réduire la quantité de pesticides qu’ils utilisent jusqu’à 80 %.

Aider davantage d’agriculteurs à exporter leurs cultures

Les exploitations agricoles ne peuvent exporter que si elles se conforment à des réglementations gouvernementales complexes et souvent changeantes dans les pays cibles en ce qui concerne l’eau, les engrais, les pesticides, la protection des plantes, la sécurité et les conditions de travail.

C’est un défi de taille, surtout pour les petites exploitations, qui doivent faire partie de grandes coopératives si elles veulent vendre à l’étranger.

Le système unique de gestion agricole AKOLogic, basé sur le cloud, issu du logiciel AKOL (Agricultural Knowledge On-Line) du kibboutz, fournit aux agriculteurs des directives réglementaires constamment mises à jour sur un seul tableau de bord. Si un client souhaite vendre chez Walmart, AKOLogic applique automatiquement les réglementations américaines au plan de croissance.

« Pour chaque conteneur qu’ils reçoivent, les acheteurs doivent savoir que tout a été fait conformément à la réglementation. Désormais, toute la documentation est automatiquement réunie au même endroit, en temps réel, avec une traçabilité totale du champ au marché », déclare le PDG Ron Shani.

Le système aide également les agriculteurs à gérer les ressources, les processus administratifs et les fonctionnalités quotidiennes avec des calendriers, des listes de contrôle, des rapports, des cartes et le stockage de documents numériques. Les coopératives agricoles peuvent utiliser la plateforme pour aider et gérer les producteurs membres.

Le système AKOLogic aide les agriculteurs à gérer tout type de culture conformément à la réglementation en matière d’importation de chaque pays. Photo: courtoisie
Le système AKOLogic aide les agriculteurs à gérer tout type de culture conformément à la réglementation en matière d’importation de chaque pays. Photo: courtoisie

Lancé en douceur en janvier 2015 en Israël, le système est maintenant utilisé par la moitié des agriculteurs israéliens.

Le premier projet pilote d’AKOLogic à l’étranger, en Angola, en coopération avec la Banque internationale, a permis à une coopérative de petits agriculteurs d’exporter pour la première fois des cultures vers l’Europe.

La société travaille actuellement avec des partenaires locaux dans les pays des Balkans pour permettre aux petites exploitations agricoles traditionnelles de vendre leurs récoltes dans l’Union européenne et recherche des partenaires stratégiques pour aider à mettre en œuvre AKOLogic en Chine, à Singapour et en Amérique du Sud.

Le système est également mis en œuvre par l’intermédiaire d’un partenaire dans des fermes de cannabis médical fortement réglementées en Israël et ailleurs.

Presser chaque goutte d’eau contenue dans l’air

Toutes les solutions brillantes n’ont pas besoin d’être high-tech. Tal-Ya Water Technologies fabrique un plateau en plastique réutilisable pour recueillir la rosée de l’air, ce qui permet de réduire les besoins en eau des cultures ou des arbres jusqu’à 50 %.

Les plateaux carrés dentelés, fabriqués à partir de plastique recyclé et recyclable non PET avec des filtres UV et un additif calcaire, entourent chaque plante ou arbre. Avec le changement de température pendant la nuit, de la rosée se forme sur les deux surfaces du plateau Tal-Ya, qui canalise la rosée et la condense directement aux racines. S’il pleut, les plateaux accentuent l’effet de chaque millimètre d’eau 27 fois.

Avraham Tamir, inventeur et PDG, a déclaré à ISRAEL21c que les plateaux bloquaient également le soleil, empêchant ainsi l’enracinement des mauvaises herbes et protégeant les plantes des variations de température extrêmes.

«Les agriculteurs ont besoin d’utiliser beaucoup moins d’eau, et donc moins d’engrais sur leurs cultures», ce qui se traduit par une contamination moins importante des eaux souterraines.

L’élevage laitier

Les fermes laitières Hof Hasharon Dairy Farm, SAE Afikim (Afimilk) et SCR Precise Dairy fabriquent tous des systèmes avancés pour la gestion, la surveillance et l’alimentation des troupeaux utilisés dans les fermes laitières du monde entier. MiRobot fabrique des systèmes de traite robotisés qui permettent des procédures de traite et de post-traite économiques et uniformes.

Au cours des dix dernières années, les pays asiatiques, dont le Vietnam et la Chine, ont investi massivement dans la création d’entreprises de production laitière, et ils comptent sur l’expérience, l’expertise et l’équipement israéliens pour ce faire.

L’aquaculture

L’industrie de l’aquaculture croît en moyenne de 6% par an pour répondre à la demande croissante de poisson et de fruits de mer.

Mais comme plus de la moitié du poisson consommé dans le monde est élevé dans des piscicultures où les poissons sont entassés dans des bassins et reçoivent des quantités massives d’antibiotiques, d’hormones et de pesticides, il y a un besoin urgent de solutions durables et saines pour la pêche commerciale.

Israël a plusieurs solutions de ce type sur le marché ; nous allons examiner une nouvelle entreprise et deux sociétés expérimentées.

La société la plus récente est GiliOcean Technology, dont le système Subflex permet aux agriculteurs d’élever leurs poissons en toute sécurité en eau libre, où les niveaux d’oxygène sont idéaux et où les micro-éléments naturels aident les poissons à croître plus vite et en meilleure santé sans antibiotiques. GiliOcean propose également des algorithmes d’apprentissage machine et des analyses de données volumineuses pour l’aquaculture de précision.

AquaMaof Aquaculture Technologies travaille avec des clients dans 50 endroits à travers le monde pour concevoir, construire et maintenir des piscicultures intérieures durables et technologiquement avancées. AquaMaof a construit la plus grande installation d’élevage de tilapias industrialisée d’Europe et travaille maintenant avec un client norvégien à la construction de la plus grande installation d’élevage de saumon en salle du monde, à Terre-Neuve, Canada.

BioFishency a développé un système de traitement de l’eau tout-en-un prêt à l’emploi pour l’aquaculture. Le système augmente la productivité du poisson, a une empreinte écologique minimale, améliore les conditions de l’eau et augmente considérablement la rentabilité.

Depuis sa création en mars 2013, BioFishency a installé ses systèmes dans des pays comme la Norvège, le Danemark, la Chine, l’Inde, le Bangladesh, le Nigeria, le Congo et l’Irak. En novembre 2018, Biofishency a remporté la première place aux Fishtech Awards en Chine. En mars 2019, l’entreprise a recueilli 2,4 M$.

Des semences plus résistantes pour des récoltes plus abondantes et de meilleure qualité

La sélection des semences est une spécialité israélienne depuis le début de l’État. Des scientifiques israéliens du monde universitaire, de l’industrie et de l’organisation gouvernementale du Centre de recherche agricole du Centre Volcani ont fabriqué de nombreux types de semences plus nutritives, à haut rendement et parfumées, résistantes à la sécheresse et aux maladies, et ont mis au point de nouvelles variétés de fruits et légumes.

Equinom développe plusieurs variétés de graines résistantes à haute teneur en protéines. Sa nouvelle variété brevetée de sésame est destinée à ouvrir de nouveaux marchés pour la culture de cette graine riche en fer et en calcium. Le marché mondial du sésame représente 9 milliards de dollars par an.

Sésame prêt pour la récolte. Photo gracieuseté d'Equinom
Sésame prêt pour la récolte. Photo gracieuseté d’Equinom

Les graines de sésame d’Equinom ont un profil nutritionnel amélioré et sont résistantes à l’éclatement de sorte qu’elles peuvent être récoltées à la machine. La nécessité de récolter le sésame à la main a empêché la récolte d’atteindre son plein potentiel sur le marché et a entraîné la perte d’une grande partie de la récolte en raison de la contamination des gousses qui se brisent au sol.

Hazera Seeds, l’une des principales sociétés israéliennes de semis a son siège en Israël et aux Pays-Bas, avec des filiales dans 12 pays et un vaste réseau de distribution sur plus de 100 marchés supplémentaires. Hazera a récemment ouvert de nouvelles stations de dépistage et d’essai aux Pays-Bas, au Mexique et en Turquie.

Un autre grand sélectionneur israélien de semis, OriGene Seeds, sélectionne des légumes pour les marchés dans plus de 25 pays. OriGene se spécialise dans la recherche et le développement de la famille des cucurbitacées, qui comprend les melons, les concombres, les courges et les citrouilles. L’entreprise a également un nouveau programme de sélection de tomates dans le sud du Mexique.

L’emballage nouvelle génération prolonge la durée de conservation

La détérioration des aliments avant leur mise sur le marché est une énorme source de gaspillage alimentaire dans le monde entier.

Plusieurs entreprises israéliennes utilisent des matériaux de pointe pour s’assurer que davantage de produits alimentaires parviennent aux consommateurs affamés.

StePac et Tadbik ont développé conjointement Xgo FreshLid, un film hermétique refermable « à atmosphère modifiée », pour prolonger la durée de conservation des cerises fraîches du Chili et du Pérou lors de leur voyage de la ferme à la table – jusqu’en Chine.

L’emballage StePac Xflow pour les myrtilles, les oignons verts et les haricots verts réduit la quantité de plastique utilisée jusqu’à 40 %, tout en prolongeant la durée de conservation en améliorant la circulation d’air.

Valentis Nanotech teste la cellulose nanocristalline (CNC), fabriquée à partir de cellulose disponible en abondance, dans un revêtement qui ajoute résistance, protection contre les UV et propriétés antibactériennes aux emballages alimentaires.

Melodea utilise le CNC dans des revêtements en gel transparent personnalisés pour les emballages en papier et les cartons biodégradables, extrêmement solides et résistants à l’oxygène afin de prolonger la durée de conservation.

Active Pak, actuellement commercialisé par l’entreprise nationale de transfert de technologie SN2E (Startup Nation Enterprise), utilise un procédé breveté pour imprégner les matériaux d’emballage thermoplastiques d’un nanocomposé non toxique contenant des huiles essentielles antimicrobiennes afin de prolonger la conservation des fruits et légumes.

Les protéines alternatives

Pour répondre à un besoin urgent de sources de protéines moins chères, plus saines, durables et moins polluantes, les entreprises israéliennes mettent à l’essai des produits à base d’insectes, de légumineuses et de viande végétale ou de culture.

Flying Spark fabrique une poudre protéique et une huile insaturée à partir de larves de mouches des fruits, et Hargol, qui a reçu de nombreux prix, fabrique de la poudre protéique à partir de sauterelles d’élevage.

InnovoPro et ChickP fabriquent un concentré de protéines à base de pois chiches (substituts de viande) qui fournit une protéine végétalienne au goût neutre, sans allergène, sans gluten et sans OGM pour une utilisation dans un large éventail d’aliments.

Amai Proteins a conçu une protéine sucrée, fabriquée à partir de la plante équatoriale katemfe, pour remplacer le sucre dans les aliments sans augmenter la glycémie ou le taux d’insuline.

Des substituts de viande à base de plantes réalistes de Jet-Eat, SavorEat et Rilbite sont encore en développement, ainsi que de la viande de culture « propre » fabriquée à partir de cellules animales par des startups comme Future Meat Technologies, Aleph Farms et SuperMeat.

Classe de pisciculture intensive MASHAV pour professionnels de 15 pays, janvier 2019. Photo copyright MASHAV-MATC
Classe de pisciculture intensive MASHAV pour professionnels de 15 pays, janvier 2019. Photo copyright MASHAV-MATC

MASHAV : Apprendre à cultiver des aliments plus abondants et de meilleure qualité

Israël s’est toujours donné pour priorité de partager ses avancées technologiques avec les pays en développement d’Afrique, d’Asie/Océanie, d’Europe centrale/Eurasie, du Moyen-Orient et d’Amérique latine/Caraïbes.

L’adresse principale de cette activité est MASHAV, du ministère des Affaires étrangères – l’agence israélienne pour la coopération internationale au développement.

Au fil des ans, plus de 280 000 professionnels ont participé aux cours du MASHAV dans un large éventail de langues et de sujets, y compris les meilleures pratiques agricoles visant à transformer les fermes laitières en agro-entreprises.

Parmi les projets agricoles mis en œuvre par MASHAV dans les pays partenaires figurent la formation à la sécurité alimentaire des exploitations familiales à faible coût, des fermes de démonstration et des services de vulgarisation, des projets pilotes à petite échelle de meilleures pratiques environnementales, le développement d’entreprises agro-industrielles à base technologique, le conseil et les services techniques en agro-industrie, etc.

Des formations sont organisées dans les pays cibles ainsi qu’en Israël

Rien qu’en janvier dernier, MASHAV a accueilli des agents de vulgarisation, des professeurs d’université agricole et des experts en agro-technologie de huit pays russophones pour transférer les dernières recherches israéliennes sur l’amélioration de la production et de la qualité des produits, et des participants de 15 pays pour examiner les stratégies et technologies israéliennes qui ont fait leurs preuves en matière de production, afin de relever les défis économiques et écologiques de l’aquaculture intensive.

D’autres cours prévus en 2019, en anglais et en français, portent sur des sujets tels que l’enseignement agricole dans les écoles primaires et secondaires africaines, la production intensive de légumes, les outils agro-industriels pour les femmes africaines en milieu rural et le développement agricole dans les régions arides.

Source : ISRAEL21c
Sur http://www1.alliancefr.com/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: https://www.terrepromise.fr

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2019/Terre Promise

Print Friendly, PDF & Email