SHARE

I. Histoire:

Composite_kaifeng_stone_inscriptions-1-
Inscriptions juives sur pierre, Kaifeng, XVIII° s.
Que les écrivains bibliques connaissent la Chine est en soi, un sujet de controverse entre les érudits…

La majorité des commentateurs de la Bible l’identifient au pays des Sinim, d’où les fils d’Israël déportés retourneront dans leur pays (Esaïe xlix. 12); d’autres, cependant, nient l’identification.

En tout état de cause, les Juifs en Perse des temps anciens étaient liés au commerce de la soie et, par conséquent, entraient directement en relation avec le « silkmen » שראים ( de »ser »= » soie) et sericum, comme étaient appelés les Chinois par les Romains.

Première colonie juive

À quel moment, cependant, la première colonie juive en Chine a été établie, il est difficile de le dire. Selon toute vraisemblance, les marchands juifs ont immigré ou transformé un séjour temporaire en séjour permanent, à différentes époques.

Dans un « récit écrit par deux voyageurs musulmans en Inde et en Chine » en 851 (Renaudot, traduction, Londres, 1733, p. 42), il est écrit que « les Juifs sont installés dans cet empire [Chine] depuis des temps immémoriaux. . »

Néanmoins, il est tout aussi risqué de connecter la première colonie juive de Chine aux tribus perdues, que de douter de l’exactitude de la tradition des Juifs chinois eux-mêmes, qui retrace la première immigration au temps de la dynastie Han entre 206 avant JC et 221 de l’ère commune, et plus exactement au temps de l’empereur Ming-ti.

Cet avis est basé sur la tradition orale des Juifs, rapportée par le père Brotier: « Ces Juifs disent être entrés en Chine sous la dynastie des Han pendant le règne des Han Ming-ti [58-76CE]. Et plus loin: « Plusieurs de ces Juifs m’ont assuré qu’ils étaient arrivés sous le règne de Ming-ti « .

Un certain Sulaiman voyageur du neuvième siècle affirme de même avoir pénétré la Chine en l’an 65 de l’ère commune et situe la première immigration juive en l’an 231 de l’ère commune, la reliant à la persécution des Juifs en Perse, qui a également causé leur première installation en Inde.

De plus, les Juifs de K’ai-Fung-Foo affirment eux-mêmes avoir reçu leur religion d’Inde, mais rien ne corrobore cette date hypothétique ni l’affirmation de Glover dans le « Babylonian and Oriental Record », que les Juifs n’étaient pas en Chine avant le Ve siècle. Par ailleurs, l’hypothèse d’une date antérieure est fondée sur de nombreuses raisons.

Les juifs connus sous le nom de « Tiao Kiu Kiaou »

V04p033002

Les Chinois appellent partout les juifs « Tiao Kiu Kiaou » (la secte qui extrait les tendons); et ce nom lui-même, en tant que caractérisation des Juifs, indique une grande antiquité. Le judaïsme rabbinique aurait suggéré aux Chinois des particularités plus distinctives des Juifs.

Comme on le verra plus tard, il existe également de nombreuses preuves intrinsèques des premières colonies juives en Chine, qui se trouvent dans des rites particuliers, préservés en liaison avec leur synagogue; les documents qui seront cités ci-dessous sont évidemment des copies de documents plus anciens; et il y a aussi le fait que les écrivains arabes des neuvième et quatorzième siècles confirment l’existence d’anciennes colonies commerciales juives en Chine.

En fait, tous les faits tendent à montrer un développement long et particulier de la vie religieuse et sociale des Juifs en Chine, dont les débuts peuvent difficilement être plus récents que le premier siècle chrétien.

En ce qui concerne l’histoire des juifs chinois au Moyen Âge, très peu de faits isolés sont connus. Les deux voyageurs musulmans de 851 qui sont cités ci-dessus affirment qu’à cette époque, « beaucoup d’entre eux, pour des raisons de richesse et de bien-être, ont abjuré leur propre religion ». Ceci est corroboré par Abou Zaid Hasan al-Sirafi , selon qui «120 000 musulmans, juifs, chrétiens et paroissiens, venus pour le commerce , étaient dans la révolte de Baichu en 884 massacrés à Canfu, le principal port de tous les marchands arabes. »

Il semble très probable qu’au Xe siècle une nouvelle colonie de Juifs soit arrivée en Chine, comme le déclare le professeur Chavannes: « Entre 960 et 1126 (dynastie Song), des Juifs venant de l’Inde amenèrent pour la première fois en hommage à la cour de Chine, des étoffes des pays maritimes occidentaux (‘si yang poo’). Les Juifs sont venus en Chine par voie maritime et non pas en traversant l’Asie centrale; ils étaient membres des colonies juives installées en Inde. Enfin, leur arrivée ne semble pas avoir eu lieu avant la fin du Xe siècle après JC. »

Marco Polo fait référence à la puissante influence commerciale et politique des Juifs en Chine en 1286.

Ibn Batuta  au XIVe siècle parle d’Al-Khansa – que Möllendorf identifie à Hangchau; Neubauer avec Canfu – comme ayant de nombreux résidents musulmans, musulmans, juifs et chrétiens.

Les Juifs, qui n’ont jamais participé activement aux affaires chinoises, étant pris pour des musulmans (« Hwei Hwei »), sont néanmoins mentionnés dans les annales chinoises:

« Les Juifs sont mentionnés pour la première fois dans le ‘Yuen shi’ sous l’année 1329, à l’occasion du rétablissement de la loi sur la perception des impôts des dissidents par les dissidents. Cette mention est de nouveau faite sous l’an 1354, lorsque En raison de plusieurs insurrections en Chine, de riches musulmans et des juifs ont été invités dans la capitale pour rejoindre l’armée. Dans les deux cas, ils s’appellent ‘Chu hu’ (Djuhud) « ( » Journal de la branche nord-chinoise de la Royal Asiatic Society , « nouvelle série, x. 38).

Les Juifs de K’ai-Fung-Foo

Au cours du Moyen Âge, les Juifs d’Europe n’avaient aucune connaissance de l’existence des Juifs en Chine; même Benjamin de Tudela, qui mentionne la Chine, semble ne rien savoir à leur sujet.

Au XVIIe siècle, c’est par les missionnaires catholiques que la première information concernant une communauté juive d’environ 500 à 600 membres, à K’ai-Fung-Foo, l’ancienne capitale de Honan; à Hangehau-Foo; et dans d’autres villes chinoises, est arrivée en Europe

Mais du fait de l’existence d’une ancienne synagogue à K’ai-Fung-Foo, qui, bien que reconstruite à plusieurs reprises, avait conservé les archives les plus anciennes des colonies juives, l’intérêt des historiens était centré sur les Juifs; et les inscriptions en langue chinoise trouvées sur ses tablettes de marbre, datant des années 1489, 1512 et 1663, qui ont souvent été traduites et publiées, ont jeté une lumière inattendue sur un chapitre de l’histoire juive jusqu’à présent totalement inconnu.

Les résumés suivants de ces inscriptions, extraits des « Inscriptions Juives de Kai-Fung-Fu », Shanghai, 1900, donnent un aperçu de l’histoire et du caractère du livre. Juifs chinois.

Les enregistrements de la synagogue

L’inscription de 1489 faisant référence à l’immigration indique: « Soixante-dix familles originaires des pays occidentaux ont offert un tribut de coton à l’empereur, qui leur a permis de s’établir à Peen-lang » (K’ai-Fung-Foo).

En 1163, la synagogue fut érigée par un certain Yen-too-la; et en 1279, elle fut reconstruite à plus grande échelle.

En 1390, Tai-tsou, fondateur de la dynastie Ming, octroya des terres et des privilèges supplémentaires aux Juifs.

En 1421, l’empereur donna la permission à Yen-Tcheng, médecin honoré par lui, de réparer la synagogue, son encens étant présenté par l’empereur.

En 1461, la synagogue fut détruite par les inondations, mais fut restaurée par un juif éminent. De nouveaux exemplaires de la loi ont été obtenus; et la table d’offrandes, le vase de bronze, les vases à fleurs, les bougeoirs, l’arche, l’arc de triomphe,

La fin de l’inscription de 1489 se lit comme suit: « Composé par un diplômé littéraire promu de la préfecture de K’ai-Fung-Foo, nommé Kiu-chung; gravé par un diplômé littéraire de rang acheté appartenant au district de Tsëang-Fu, nommé Tsaou-tsò; et gravé par un diplômé littéraire de grade acheté, appartenant à la préfecture de K’ai-Fung-Foo, nommé Foo-joò, érigé un jour de chance, au milieu de l’été, en deuxième année de Hung-chè, UN D 1488 [lire 1489], en la quarante-sixième année du soixante-dixième cycle, par un disciple de la religion de la Vérité et de la Pureté. « 

Dans une inscription de 1512 créée par un mandarin chinois, il est indiqué: « Adam, le premier homme, était originaire de Teen-chou en Occident ». [Cela semble indiquer l’Inde ou Ceylan comme le paradis chinois, ainsi qu’une phrase assez obscure de la précédente inscription (1489): « Notre religion vient à l’origine de T’heen-chuh » = Inde.

V04p034001Vue à vol d’oiseau des bâtiments du temple à K’al-Fung-Foo, Chine.(De « Revue trimestrielle juive. « )

Haute réputation des juifs chinois

En référence à l’immigration, cette inscription indique: « Pendant la dynastie des Han, cette religion entra en Chine. En 1164, une synagogue fut construite à Peen [K’ai-Fung-Foo]. En 1296, elle fut reconstruite. [Les dates de Tobar et de Glover les traductions diffèrent légèrement.] Ceux qui pratiquent cette religion se trouvent dans des endroits autres que Peen [K’ai-Fung-Foo]; mais, partout où ils se rencontrent, ils honorent tous, sans exception, les écrits sacrés et vénèrent la Raison Éternelle de la même manière que les Chinois, fuyant les pratiques superstitieuses et le culte de l’image. Ces livres sacrés ne concernent pas seulement les Juifs, mais tous les hommes, rois et sujets, parents et enfants, jeunes et vieux. Peu différents de nos lois [les Chinois!], ils se résument au culte du ciel [Dieu], à l’honneur des parents et à la vénération des ancêtres. »

En parlant des Juifs eux-mêmes, le témoignage monumental de la Chine se poursuit: « Ils excellent dans l’agriculture, les marchandises, les magistratures et la guerre et sont très respectés pour leur intégrité, leur fidélité et le strict respect de leur religion »

À la fin de l’inscription de 1512 se produit: « Cette tablette a été érigée par les familles Yen, Lé, Kaou, Chaou, Kin, E et Cheng lors de la reconstruction de la synagogue, le premier mois de l’automne, la septième année de la dynastie Ming, UN D 1511 [lire 1512]. »

Une autre inscription datée de 1663, écrite par un mandarin chinois, ensuite ministre d’État, commence de la même manière que les deux premières, en s’attardant d’abord sur les vertus d’Adam, de Noé, d’Abraham et de Moïse, puis sur la conformité de la loi juive et littérature avec ceux des Chinois.

Après avoir relaté l’histoire de la colonie juive, il donne un compte rendu graphique de la rébellion qui a provoqué la chute de la dynastie Ming en 1642 et la destruction de la ville, de la synagogue et de nombreuses vies juives, ainsi que du sauvetage des écrits sacrés. par un mandarin juif qui, avec l’aide des troupes, restaura la ville et, avec son frère, reconstruisit la synagogue en 1653.

Un seul rouleau complet de la loi ayant été retrouvé dans les eaux, il fut placé au milieu de l’arche; et douze autres rouleaux ont été copiés et placés autour de lui. D’autres écrits saints et livres de prières ont été réparés par des membres de la communauté, dont les noms sont conservés sur la tablette, ainsi que les noms de tous les dignitaires qui ont pris part à la restauration.

Déclin commercial et social

Tant que les habitants juifs de Chine bénéficiaient de la protection impériale en tant que puissants hommes d’affaires, leurs frères persans leur fournissaient tous les moyens nécessaires à l’éducation religieuse. Leur déclin commercial et social a rompu leur lien avec l’Occident; et un état d’ignorance a suivi.

C’est ainsi qu’ils ont été retrouvés par les missionnaires catholiques au dix-septième siècle et dans un état pire par les missionnaires protestants – tous deux essayant de les convertir, jusqu’à ce que le gouvernement chinois interfère dans leurs tentatives.

Au début du dix-septième siècle, le fondateur de la mission jésuite à Pékin, le père Matteo Ricci, reçut un jeune juif qui vint le voir, déclarant qu’il adorait un seul Dieu. A la mission, voyant une image représentant la Vierge avec l’enfant Jésus, il crut à, une représentation de Rebecca avec Esaü ou Jacob et dit qu’il venait de K’ai-Fung-Foo, dans la province de Honan, où dix ou douze familles appartenant à sa religion habitait, ayant une synagogue, dans laquelle il y avait des livres écrits dans la langue (hébreu) d’une Bible que lui avait montré Ricci. Trop vieux pour voyager, Ricci a envoyé à K’ai Funz Foo un jésuite chinois. Plus tard, les jésuites Aleni (1613), Gozani (1704), Gaubel et Domenge apportèrent avec eux beaucoup d’informations de K’ai-Fung. Foo,

Lorsque leurs frères européens ont appris l’existence des Juifs en Chine, Isaac Nieto, haham de Londres (1760), leur adressa une lettre en hébreu leur demandant de communiquer avec eux des informations sur leur origine, leur condition et leur statut. et leurs besoins.

Leur réponse, écrite en hébreu et en chinois, a disparu. En 1842, James Finn, consul britannique à Jérusalem, s’intéressa à ces Juifs chinois. et une lettre qu’il a reçue d’eux (1870) en réponse à la sienne, publiée dans son ouvrage « La colonie orpheline de Juifs en Chine », 1872, révélait la triste réalité de leur misère et de leur déclin religieux. Mais cette situation était connue dès 1850 par le docteur Smith, évêque de Victoria, à la suite d’enquêtes menées au nom de la London Missionary Society.

Afin d’obtenir des informations sur les Juifs chinois à K’ai-Fung-Foo, un certain nombre de missionnaires et de marchands juifs y ont été envoyés. Ils ont rapporté que quelques familles, de nom juif seulement, mais très différenciées des païens et des musulmans des environs, vivaient dans une pauvreté abjecte. Ils ne pouvaient pas lire l’hébreu, n’avaient pas eu de rabbin depuis cinquante ans, s’étaient mariés en dehors de la foi et n’avaient gardé que quelques cérémonies et noms de jours saints.

« L’attente d’un Messie semble avoir été complètement perdue. Le rite de la circoncision, qui semble avoir été observé à l’époque de leur découverte par les jésuites il y a deux siècles, avait été totalement abandonné. … Ils avaient demandé aux Chinois que l’empereur ait pitié de leur pauvreté et reconstruise leur temple. Aucune réponse n’a été reçue de Pékin; mais à ce faible espoir ils s’accrochaient encore.

Sur soixante-dix noms de famille ou clans, il n’en reste plus que sept, numérotés environ 200 personnes au total, dispersées dans le quartier, quelques-unes étaient commerçantes de la ville, d’autres des agriculteurs peu éloignés de la banlieue, et quelques familles vivaient également dans l’enceinte du temple, presque dépourvues de vêtement et d’abri. Selon les apparences actuelles, selon le jugement des messagers autochtones, après quelques années, toutes les traces du judaïsme auront probablement disparu et ce qui reste des juifs aura été amalgamé et absorbé par le mahométan environnant « .

Deux des voyageurs chinois ont été envoyés une seconde fois à K’ai-Fung-Foo et sont rentrés à Shanghai en juillet 1851, apportant avec eux de nouvelles informations corrigeant en partie les précédents rapports:

« Lors de leur visite précédente, nos voyageurs, en prenant des noms de famille pour des personnes, ont largement sous-estimé le nombre de membres de la communauté juive. La circoncision semble également être pratiquée, bien que la tradition relative à son origine et à son objet semble se perdre parmi eux. »

Des tentatives d’envoyer des juifs pour offrir un coup de main aux frères abandonnés et pour faire revivre la colonie ont été faites en Angleterre et aux États-Unis en 1852 et 1864, mais sans succès, en raison de la rébellion T’ai-P’ing.

V04p035001

Intérieur de la synagogue de K’ai-Fung-Foo, Chine.(De « Revue trimestrielle juive. « )

Tentatives de réhabilitation de la colonie

Après que les rebelles T’ai-P’ing eurent quitté la rivière Yang-tse et se dirigèrent vers le nord en 1857, la colonie juive de K’ai-Fung-Foo fut éparpillée avec le reste de la population et ses membres s’enfuirent à divers endroits. même aux ports maritimes. Deux ou trois d’entre eux étaient connus de l’auteur actuel. Ils ont tous les traits caractéristiques de ceux de leur race qui sont venus à Shanghai en 1851, bien qu’ils soient habillés comme les autres Chinois et portent une queue. La plupart d’entre eux sont retournés à K’ai-Fung-Foo.

Les informations données par Aaron Arnauld en 1855, et par Lehmann, un officier de l’armée allemande à Kiau-Chau, a donné l’impulsion à une agitation qui promet d’apporter un soulagement et éventuellement de réinstaller la colonie orpheline. Beaucoup de Juifs ont émigré au cours des guerres de Chine avec les Tatars, au Kiang-su, à Arnoy et à Pékin; mais ils n’ont pas de synagogue dans ces endroits. Un certain nombre de Juifs ont été placés sous la protection anglaise à Shanghai et à Hong Kong, où ils se sont engagés dans les métiers de l’opium et du coton.

En 1900, la communauté de K’ai-Fung-Foo comptait 140 âmes, sans chef, ni synagogue, ni système d’éducation bien défini. Depuis 1900, la Société pour le sauvetage des juifs chinois a renouvelé ses efforts en vue de la restauration de la religion juive à K’ai-Fung-Foo. Plusieurs Juifs de Shanghai se sont intéressés à ce travail.

II. Coutumes religieuses:

La synagogue de K’ai-Fung-Foo

V04p036001Juifs de K’ai-Fung-Foo, Chine.(D’après une photo.)

La synagogue de K’ai-Fung-Foo, est depuis 1870 un tas de ruines. Elle est décrite par les pères jésuites du XVIIIe siècle comme ayant couvert un espace de 300 à 400 pieds de long et 150 pieds de large, avec ses quatre cours face à l’ouest; c’est-à-dire vers Jérusalem. Au centre de la première cour se dressait, entouré d’arbres à la mode chinoise, un grand arc de triomphe portant une inscription en caractères chinois indiquant la dédicace de l’édifice au Créateur et conservateur de toutes choses. Les bains et les toilettes de cette enceinte ont apparemment été utilisés pour des ablutions en préparation du service divin. Le deuxième tribunal, entré par une grande porte, n’était ouvert que lors d’occasions spéciales.

Les habitations des gardiens de l’édifice flanquent ses murs nord et sud. Le troisième tribunal, contenant des salles de réception pour les invités, conduit à travers un autre arc de triomphe dans les chapelles commémoratives de chaque côté. La quatrième cour se composait de deux divisions séparées par une rangée d’arbres. Au centre de l’un d’eux se trouvaient un grand vase de parfum en bronze et un lion de marbre sur un piédestal, de part et d’autre duquel était placé un vase de bronze rempli de fleurs, conformément aux coutumes et aux vues de la Chine.

Attenant au mur nord, cependant, se trouvait un retrait dans lequel, conformément à Gen. xxxii. 33, les tendons ont été extraits d’animaux tués pour se nourrir – une institution d’autant plus remarquable que nulle part ailleurs la synagogue n’est choisie pour cette pratique. Les Chinois en furent tellement impressionnés qu’ils donnèrent aux Juifs le nom d' »extrayeurs de tendons ». 

Rites religieux particuliers

Le mode de vénération, toutefois, différait de celui des Chinois en ce que seuls les noms des ancêtres bibliques étaient écrits sur une tablette et qu’aucune image n’était présentée. De plus, au lieu des sacrifices d’animaux mentionnés dans l’inscription, on utilisait de l’encens, un encensoir étant attribué à chaque patriarche; le plus grand à Abraham, le plus vénéré, le reste pour les autres patriarches (les douze fils de Jacob), Moïse, Aaron, Josué, Esdras et d’autres personnes bibliques, hommes et femmes. Dans l’espace ouvert entre ces chapelles, des tabernacles ornés de fleurs étaient érigés chaque année à la fête des Tabernacles.

La synagogue proprement dite – un édifice d’environ 60 x 40 pieds, auquel se joignait un portique à double rangée de quatre colonnes – comportait au centre une magnifique chaise surélevée avec des coussins brodés, sur laquelle reposait le rouleau de la loi. Cela s’appelait la « chaise de Moïse ». Devant celui-ci se trouvait une table sur laquelle était écrit le nom de l’empereur en lettres dorées, accompagnée de la prière « Puisse-t-il vivre dix mille myriades d’années! » Sur la chaise de Moïse se trouvait un dôme avec le « Shema ‘Yisrael », « Baruk shem kebod malkuto » et d’autres phrases en hébreu inscrites dans des lettres d’or en hébreu.

Sur une grande table près de la porte se trouvaient six candélabres munis de trois types de lumière, un vase à encens et une tablette enregistrant les dons généreux d’encens par les empereurs de la dynastie Ming. Une cuve pour se laver les mains (probablement pour les prêtres avant de réciter la bénédiction) se trouvait à proximité.

Saint des saints

À l’extrémité de la synagogue se trouvait le Saint des Saints (qui était complètement noir) contenant l’Arche. Dans cette dernière étaient placés les treize rouleaux de la Loi, chacun dans une caisse séparée et enfermée dans des rideaux de soie; celle du milieu, qui était la plus vénérée, représentant Moïse et les autres représentant les douze tribus.

Toute cette partie de la synagogue était surélevée, avec des escaliers y menant des deux côtés, et était inaccessible à tous sauf au rabbi et aux prêtres, probablement parce que les manuscrits étaient trop sacrés pour être manipulés par le rabbin, et parce que les prêtres utilisaient l’endroit pour le « dukan », ou bénédiction, les prêtres et le rabbin subissant une ablution avant les offices. Cependant, l’endroit, considéré avec une révérence particulière comme le Saint des Saints, portait le nom de « Maison du Ciel [de Dieu], Bet-El ».

Comme dans la plupart des pays de l’Est, les fidèles ont lâché leurs chaussures pour entrer dans la synagogue.

Pendant le service, ils portaient une coiffure bleue contrairement aux musulmans, qui en portaient une blanche. Une coutume remarquable prescrivait que celui qui lisait la loi se couvre le visage d’un voile de gaze transparent, à l’imitation de Moïse (Ex. Xxxiv. 33), une pratique inconnue par ailleurs, mais à laquelle Paul semble faire allusion comme étant bien établie dans son temps, quand il dit; « Jusqu’à ce jour, le même voile se détachait dans la lecture de l’Ancien Testament » (II Cor. Iii. 14).

Sur le côté du lecteur se trouvait un moniteur, pour corriger sa lecture si nécessaire (il s’agit probablement de la survie du meturgeman). La pratique consistant à demander aux laïcs de lire la loi ne semble pas avoir été connue.

Dans l’inscription de 1489, ces règles sont données concernant le service divin:

« Nous prions trois fois par jour; matin (à la quatrième heure), à midi et le soir (à la sixième heure). » Cela correspond à Ps. lv. 18, pas avec la Michna Ber. iv. 1. « Le fidèle commence par plier son corps ( ); ensuite, il récite la prière silencieuse en balançant le corps: il se retire de trois pas, puis avance de cinq pas, puis se tourne à gauche et à droite, pour finir regarde en haut et en bas afin de professer ainsi la conviction que Dieu est partout « .

Voici ce qui est très singulier et révélateur de la puissante influence chinoise: « Il appartient au Juif de vénérer ses ancêtres. Deux fois par an, au printemps et en automne, il leur offre des bœufs et des moutons ainsi que les fruits de la saison « . Il convient également de noter les passages suivants: « Quatre jours par mois sont consacrés à la purification, au jeûne et aux actes de charité » [qu’il s’agisse des vendredis, des jours préparatoires du sabbat ou des quatre phases lunaires de chaque mois, ce n’est pas clair]. « Chaque septième jour est consacré au repos et une nouvelle période de bonnes actions commence de nouveau. »

Ici, il est fait référence à l’ouvrage chinois ancien, le « Livre de diagrammes ».  » Au cours de la quatrième saison de l’année, le Juif est soumis à une contrainte sévère pendant sept jours [sept jours à la place des dix jours de pénitence]. Un jour entier [jour des expiations], il s’abstient complètement de manger, consacrant son temps à la prière et au repentir. « 

Shabbats et Festivals

En effet, ils observèrent strictement le sabbat et les fêtes, y compris la fête de Simḥat Torah, lorsque Pater Domenge les vit porter en procession les treize rouleaux de la Loi autour de l’arche de Bet-El; le Cantique de Moïse, cependant, avait été lu la veille sur Shemini ‘Aeret. Les services pour le jeûne et pour Pourim sont également inclus dans leurs liturgies.

Leur célébration de la Nouvelle Lune en tant que festival témoigne d’une tradition pré-talmudique.

Leur calendrier était réglé par la lune comme celui du reste des Juifs et comme celui des Chinois. À cet égard, il convient de noter que leur division de la Torah est divisée en cinquante-trois parties hebdomadaires pour les sabbats de l’année, comme il est également indiqué dans le récit de la loi donné dans l’inscription de 1489:

Abraham est « le dix-neuvième descendant d’Adam qui, en l’an 146 de la dynastie Chow (2108 avant JC) est devenu le fondateur de la religion du Dieu Un, dénonçant le culte des images. Sa sublime doctrine fut soumise à Moïse qui, en six cent treizième année de la dynastie Chow (1641avant JC), après avoir passé quarante jours sur le mont Sinaï, passé au jeûne et en communion avec Dieu, abaissa la loi. De lui émanaient les cinquante-trois parties de la Torah, ainsi que la tradition transmise à Esdras, le grand réformateur et contemporain du fondateur de la religion chinoise [Confucius]. « 

Cette division diffère de la tradition masorétique, qui compte en règle générale cinquante-quatre parties ; il semble avoir été basé sur les cinquante-deux sabbats réguliers de l’année, avec un parasha supplémentaire (Deut. xxxiii-xxxiv) pour Shemini ‘Aẓeret ou Simḥat Torah.

Comme on le verra plus loin, ils avaient aussi des Hafarot pour le service Minah, qui, encore une fois, différait de la coutume talmudique et n’avait son parallèle que dans certaines congrégations babyloniennes (ou anciennes perses?).

Les pères jésuites trouvèrent que leur prononciation en hébreu correspondait à celle généralement acceptée par les Juifs; ainsi que leurs points de vue sur la Merkabah et sur l’avenir. La bibliomanie était pratiquée par eux. Si la déclaration de Finn dans «Les Juifs en Chine» (p. 7) est correcte, elle n’est pas particulière en ce qui concerne la consommation d’animaux interdits.

Leur littérature

Leur littérature porte également la marque de diverses époques, un fait que les écrivains juifs n’évoquent pas tout à fait. Selon une description donnée par les missionnaires, les classes de livres suivantes ont été déposées dans l’arche de Bet-El à côté des rouleaux de la loi: (1)

Le Ta-King, ou Écriture du Temple, contenant les cinquante-trois Parashiyyot pour les sabbats du année, écrit en grosses lettres avec les pointes de voyelles, les accents et les autres signes de scribal. (2)

La Hafṭarah, ou « livres supplémentaires », contenant des extraits choisis de Josué, des juges, de Samuel, des rois et des derniers prophètes. (3)

Les livres historiques – probablement plus correctement, comme le pense Finn, le Hagiographe, qui comprend Esther, Esdras, Néhémie, les premiers chapitres de Chroniques et les deux livres des Maccabées.

Ces derniers, ainsi que Judith et Ben Sira, en leur possession, sont un autre indice d’une antiquité plus grande que celle qui leur a été attribuée par de nombreux écrivains. (4)

Le contenu de ces livres n’a pas été vérifié par les pères catholiques; ils avaient peut-être un caractère midrashique et, dans l’affirmative, ils seraient d’une grande utilité pour les étudiants s’ils pouvaient être obtenus. (5)

Livres rituels, au nombre d’environ cinquante, dont l’un portait le titre « Minah Tamid » (service perpétuel de l’après-midi), et contenait en plus des prières les lectures de chaque après-midi de sabbat de l’année et une Minah Mafṭir (Hafṭarah) spéciale. Une Minḥah spéciale pour le festival da la nouvelle lune Rosh ‘hodesh a également été signalée. et contenait en plus des prières les lectures de chaque après-midi de sabbat de l’année et une Minḥah Mafṭir (Hafṭarah) spéciale.

Leur liturgie

Leur liturgie, telle que conservée dans les livres apportés en Europe, revêt un caractère tout à fait différent.

Ces livres, après examen minutieux par Neubauer et Elkan Adler, se sont révélés appartenir au temps gaonique (Les Gueonim) – certains des piyyuṭim sont des compositions de Saadia – et ils ont été introduits en Chine depuis la Perse.

Le rituel est résolument persan; et les instructions pour les prières, les traductions des parties du piyyuṭim, ainsi que les colophons à la fin des sections du Pentateuque, sont en persan.

Des parties de la Michna sont citées dans leur livre de prières, mais rien dans la Guemara.

Le Pentateuque montre le respect des mêmes règles sofériques concernant la lettre « Vav », comme on le trouve dans les manuscrits yéménites.

La langue araméenne est utilisée dans les supplications et les chants spéciaux; également lors de l’annonce de la Nouvelle Lune, fortement teintée d’espoirs messianiques. Donc aussi dans la chanson d’Elie pour la fin du sabbat.

Dans la «Hazkarat Neshamot», sept hommes bibliques – Abraham, Isaac, Jacob, Moïse, Aaron, Élie et Élisée (peut-être Josué et Élie à l’origine) – et sept femmes bibliques – Sara, Rébecca, Rachel, Leah, Jochebed, Miriam et Zipporah – sont mentionnés en tant que représentants des sept classes de saints qui habitent sous l’arbre de vie en Eden.

La Haggadah de Pessa’h est presque identique à celle des Juifs du Yémen. Comme le suggère Elkan Adler qui a signé son nom en tant que copiste sur le Pentateuque était le transmetteur typique des rites, rituels et écrits persans adressés à ces Juifs chinois. Un autre nom caractéristique pour un copiste est « ha-melammed » (l’enseignant). Certains des écrits mentionnés ci-dessus ont été rendus accessibles pour la première fois à des érudits européens lors de leur transfert de K’al-Fung-Foo à Shanghaï par les deux voyageurs chinois en 1851, comme le décrit l’extrait suivant:

Six des douze rouleaux de la loi, qu’ils avaient vus lors de leur précédente visite, contenant chacun une copie complète du Pentateuque entier, ont été achetés auprès de quatre cents taels d’argent (environ 150 livres sterling) auprès des Juifs dûment rassemblés au nombre de 300. personnes; et les manuscrits ont été transportés de la synagogue aux portes ouvertes des voyageurs. Elles sont chacune écrites dans une fine main lisible sur des peaux de mouton épaisses cousues ensemble et sont sans pointe, ni aucune des divisions modernes en sections ou même en livres. Ils sont en excellente conservation, sauf un, qui a été blessé par une inondation sous la dynastie Ming, mais qui est considéré de la plus haute valeur. . . . Quarante manuscrits hébreux plus petits ont également été emportés, ce qui, à la suite d’un examen approfondi, pourrait peut-être éclairer leurs débuts et leur migration.

Les fac-similés des manuscrits hébreux suivants, rapportés par les deux émissaires chinois de la synagogue, ont été publiés en 1851 à Shanghai (imprimé à la presse de la London Missionary Society):

La dernière page contient la note suivante: « Sainteté à Jéhovah! Le rabbin Akiba, fils d’Aaron, fils d’Esra, l’a entendue. Shadiavor, fils de Bethuel, fils de Moïse, l’a lu. Mardochée, fils de Moïse en a été témoin. Et il a cru en Jéhovah, et il l’a compté pour justice.  » ( B ) l’ article Vingt-troisième de la loi, (Ex. XXXVIII, 21 xl. 38). La note suivante est annexée à la dernière page: « Sainteté à Jéhovah! Le savant rabbin Phinées, fils d’Israël, fils de Josué, fils de Benjamin, a entendu la lecture. J’ai attendu ton salut, ô Jéhovah, Amen. . « 

Bibliographie:

Revues Etudes Juives, xxxv. 110; xli. 293, 301;
Cordier, Les Juifs en Chine, Paris, 1891;
idem, Bibliotheca Sinica, 1766-1768, cols. 635-638;
Juif. Litre. Rev. viii. 123, 362; ix. 746; X. 624; xiii. 18;
Jour. Un m. Ou. Soc. ii. 341. iii. 235;
Athénée, 6 février 1892, p. 180;
Monatsschrift für Gesch. und Wissenschaft des Judenthums, xxxvii. 289;
ib. xxxix. 327 et suiv .;
Juif. Chron. Londres, 6 avril 1900, p. 19; 22 juillet 1900, p. 21; 4 janvier 1901, p. 15; 4 août 1901, p. dix;
Bloch’s Wochenschrift, 1900, p. 44, 791;
Katz, Israelitische Monatsschrift, 1898. Nos 1 à 4;
Die Welt, n ° 20, p. dix; N ° 5, p. 9;
Lopez, Les Portugais à Malabar, p. lxxxii., Lisbonne, 1898;
Gesellschaft für Jüdische Volkskunde, i. 7;
Jaarboeken voor die Geschiedenis der Jooden in Nederland, 1838, p. 120;
Delitzsch, Gesch. der Jüdischen Poesie, p. 138, Leipsic, 1836;
L’Univers Israélite, 1901, Nos 28, 29, 30;
Louis Lévy, Les Juifs en Chine;
Benjamin II., Acht Jahre dans Asien und Afrika, 1858, p. 156-163;
Andree, Volkskunde der Juden, 1881, p. 244-248;
AK Glover, Les Juifs de la diaspora extrême-orientale, dans La Ménorah, iv.-vi., et dans les Records babyloniens et orientaux, v.-vi .;
Chat. de la bibliothèque Burrow;
Rouleaux chinois en possession du juge Sulzberger, Philadelphie, Pennsylvanie, et de la bibliothèque Lenox, New York;
Finn, Les Juifs en Chine, p. 12, Londres, 1843:
idem, La colonie orpheline de Juifs en Chine, Londres, 1872;
lettre en hébreu comparant des Juifs de Londres aux Juifs de Chine en 1760, Brit. Mus. MS., Ajouter. N ° 29868;
Christopher Theophilus von Murr, dans le Journal zur Kunst und Litteratur, 1779, vii. 240 et suiv .; ib. 1780, ix. 81 et suiv .;
Idem, Ignatii Koegleri, SJ, Pekini. . . Notices SS Bibliorum Judœorum in Imperio Sinensis, p. 83, Halle, 1805;
idem, Versuch einer Geschichte der Juden in Sina, p. 136, Halle, 1806;
De Guignes, à Mem. de Litt. Tirés des Registres de l’Académie des Inscriptions et des Belles-Lettres, 1808, xlviii., 763 et suiv .;
Silvestre de Sacy dans Notices et Extraits de Manuscrits de la Bibliothèque du Roi, 1831, iv. 592 et suiv., Xii. 277 et suiv.

Par: Kaufmann Kohler , Richard Gottheil , Henri Cordier , Comité exécutif du comité de rédaction.
http://www.jewishencyclopedia.com

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: https://www.terrepromise.fr

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2019/Terre Promise

Print Friendly, PDF & Email