SHARE

par Alice Shalvi

Hedva Almog est né à Haïfa en 1948.

Son père, Shmuel Yoffe (1917-1969), est né à Vilna (Pologne). La famille a immigré en Afrique du Sud en 1934. En 1939, Shmuel a immigré en Palestine de Johannesburg à la tête du groupe Shomer ha-Tza’ir.  Membre de Kibbutz Hazou, il travaille comme directeur des opérations au port de Haifa. En 1944, il épouse Geula (née Rosman, de Sosnovitz en Pologne en 1922, déc. 2001), bibliothécaire de profession, elle avait également fréquenté le lycée, émigrée en Palestine en 1934 et, comme son mari, elle servit dans la brigade juive lors de la Deuxième guerre.

Hedva a deux soeurs, Ruty (née en 1945) et Dalia (née en 1954). En 1982, elle épouse Benny Almog (né en 1940), technicien. Le couple a deux fils: Ehud (né en 1983) et Roey (né en 1987). Almog est titulaire d’une licence en éducation et littérature (1980) et d’une maîtrise en sciences politiques de l’Université de Haïfa.

Hedva Almog a rejoint les forces de défense israéliennes en 1967 et a servi jusqu’en 1976 au Nahal. Elle a finalement été promu au poste de OC Nahal Women’s Corps.

De 1975 à 1978, elle a été commandant en second du Corps des femmes avec le grade de lieutenant-colonel avant de prendre un congé de deux ans pour terminer son baccalauréat.

De 1981 à 1982, au moment de la guerre du Liban, elle était la responsable du Corps des femmes du Commandement du Nord, puis celle du camp d’entraînement central pour toutes les femmes de services, où elle a développé un nouveau système de sélection et d’entraînement.

Promue au rang de colonel en 1982, elle étudie pendant un an au Centre d’études de la sécurité nationale et, en 1987, remplace Amira Dotan au poste de OC Women’s Corps., au même rang (brigadier général) que son prédécesseur. Elle est restée à ce poste jusqu’en 1991.

Au cours de son mandat, Hedva Almog a insisté sur l’importance d’une formation appropriée pour les nouvelles recrues et a créé une base à Julis pour les absorber.

Le nombre annuel de cours d’officiers a été augmenté, un cours de formation pour les officiers féminins de la branche opérationnelle a été mis en place, de nouvelles professions, telles que les médecins aéroportés, ont été ouvertes pour les officiers féminins et les postes institutionnels ont été augmentés.

En outre, de nouveaux cours pour les femmes officiers (par exemple, études universitaires, commandement de cours) ont été le fer de lance de la lutte pour l’égalité des chances et la prise en charge des femmes.

La demande d’augmentation du nombre de femmes officiers ayant le grade de lieutenant-colonel et la nomination d’une femme à n’importe quel poste de ce grade a porté ses fruits. En quatre ans, le nombre de femmes lieutenant-colonels a doublé.

Après avoir pris sa retraite de l’armée israélienne, Hedva Almog est devenue active à Na’amat.

Elle dirigeait d’abord son antenne du district d’Haïfa (1994-1998) et en devenait présidente en 1998, poste qu’elle occupait ensuite pendant quatre ans. Le personnel comptait environ cinq mille personnes.

Membre du conseil municipal de Haïfa depuis 1999, elle a été maire adjointe en 2001. Elle a siégé au conseil de l’autorité portuaire (1997-2004) et de Shikmona Ltd., une société du gouvernement israélien (1997-2000).

Membre actif du mouvement syndical sioniste, elle a siégé au conseil exécutif de l’Agence juive et du Syndicat général des travailleurs de la Histadrout.

Hedva Almog est l’auteur d’un Guide pour la femme recrutée (1992)

https://jwa.org/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: https://www.terrepromise.fr

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2019/Terre Promise

Print Friendly, PDF & Email