SHARE
Lorsque Vasco de Gama quitta les côtes du Portugal au début de 1498 pour entreprendre son voyage de découverte mémorable, il ne quitta pas la terre sans une dernière conférence privée avec son maître et ami, Abraham ben Samuel Zacuto.

En présence de la foule attendue et tumultueuse, chantant une litanie, l’astronome du roi a également tenu une conversation officielle avec da Gama dans le cadre des cérémonies solennelles qui ont accompagné le départ.

Fasciné par la navigation, l’astronomie et l’expansion coloniale de son empire, Manuel II, monté sur le trône en 1495, avait désigné Zacuto comme astronome royal. L’amiral, sous la direction spéciale de Zacuto, a écouté attentivement les conseils du savant et a accepté avec gratitude une copie de ses tables astronomiques, un grand astrolabe en bois, ainsi que des plus petites en fer et en laiton que Zacuto avait spécialement inventées pour lui.

Avec d’autres instruments et documents nautiques, le capitaine a remis à son élève la copie d’une lettre apportée au Portugal onze ans plus tôt par les coreligionnaires juifs de Zacuto, le rabbin Abraham de Beja et Joseph Zapateiro de Lamego.

La lettre contenait les premières informations précises connues selon lesquelles il était possible de naviguer vers l’Inde en contournant la côte sud de l’Afrique et en passant ainsi de l’Atlantique à l’océan Indien.

En raison de leurs connaissances en astronomie et en mathématiques, les Juifs étaient très recherchés en tant que navigateurs et pilotes dans les flottes espagnoles et portugaises et en tant que soldats employés par de riches marchands et armateurs, dont beaucoup appartenaient à la religion juive ou pratiquaient leur religion en secret, les Marranes.

Les Juifs avaient de nombreuses associations avec la mer.

Levi ben Gerson, au début du XIVe siècle, avait inventé le bâton de Jacob qui servait de quadrant. Il avait également inventé cet instrument ingénieux, la Camera Obscura. Un autre quadrant introduit par un Juif était celui de Jacob ben Makir, qui l’a baptisé « Quadrans Judaicus ».

Les cartes les plus connues du XIVe siècle proviennent des Juifs de Palma de Majorque.

Jaffrida Cresques, le Juif, est crédité de ce monument de la cartographie, la carte catalane, maintenant conservé à la Bibliothèque Nationale. C’est unique en ce sens qu’il a ajouté les découvertes de Marco Polo à la carte contemporaine.

Christophe Colomb, dans ses voyages épiques, utilisait l’Almanach Perpetuus d’Abraham Zacuto.

Le découvreur du Nouveau Monde se plaignait du « Juif Joseph » qui avait rejeté ses propositions de naviguer vers l’ouest. Il se référait à Joseph Vecinho, un élève de Zacuto, que le roi Jean II du Portugal avait chargé de préparer un globe terrestre pour une expédition de deux membres de sa famille à la recherche du légendaire Prester John, et par lui une nouvelle route vers les Indes.

Les navires des Juifs ont parcouru de nombreux pays Ils étaient des voyageurs intrépides. Ils recherchaient le commerce et la sécurité dans des coins lointains, et leurs liens étroits de sang et de religion leur assuraient un accueil sympathique partout où ils se trouvaient.

Leur quête d’épices, de bijoux et de commerce, qu’ils soient terrestres ou maritimes, les a menés à des aventures dangereuses et étranges. Les Juifs d’origine espagnole et portugaise, en plus de parler la langue vernaculaire du pays dans lequel ils vivaient, connaissaient l’hébreu et l’arabe et probablement une ou deux des langues romanes. Ceux qui avaient voyagé à l’étranger, et ils étaient nombreux, pouvaient aussi comprendre et parfois parler le langage des terres qu’ils avaient traversées.

Après que le roi Jean II eut refusé d’aider Christophe Colomb, sur l’avis du « Juif Joseph » Vecinho, Colomb plaida auprès du roi Ferdinand et de la reine Isabelle d’Espagne. Ils avaient dépensé tout leur argent et mis en gage tous leurs bijoux pour payer les guerres contre les Maures.

Luis de Santagel, un marrano dont les proches avaient été persécutés par l’Inquisition, vint au secours de Colomb. Il a élevé et prêté 17 000 ducats au Trésor espagnol, sans intérêt. Un autre marrano, Gabriel Sanchez, et Juan Cabrero, un gentilhomme d’origine juive, ont également encouragé et aidé le courageux aventurier de la mer.

Le 3 août 1492, Colomb s’embarqua pour Palos. La veille, 300 000 Juifs et Marranes avaient été contraints de quitter l’Espagne par le décret cruel du roi et de la reine pour se frayer un chemin parmi des peuples étrangers. Dans la recherche de la liberté, Cinq crypto-juifs ont rejoint le visionnaire Christophe Colomb dans son aventure folle en mer.

On ne sait pratiquement rien d’Alfonso de la Calle. On dit de Roderego Sanches que la reine Isabelle elle-même lui avait commandé de faire le voyage. Il se tenait à côté de Colomb lors de son premier atterrissage. Maestro Bernal, un médecin de Tortosa, avait été traduit devant un tribunal d’inquisition deux ans auparavant sous une accusation de judaïsation. Un autre était Marco qui a également exercé en tant que médecin.

Comme de coutume lors de tels voyages, le capitaine inclut un interprète dans l’effectif du navire. Lors de son voyage vers l’ouest, Colomb a fait appel à Luis de Torres, un érudit cultivé qui, outre d’autres langues, maîtrisait parfaitement l’hébreu, le chaldaïque et l’arabe. Washington Irving a écrit sur Luis de Torres en tant que Juif, mais malheureusement, Luis de Torres fut obligé de se faire baptiser peu de temps avant de partir.

Pendant des siècles, les Juifs étaient presque indispensables lors de voyages mercantiles à l’Est et des voyages de découverte. Hakluyt, dans ses voyages, rapporte que lorsque Sir James Lancaster effectua le premier voyage des Marchands de Londres dans les Indes orientales en 1600, il fut informé par son pilote en chef, John Davis, qui était rentré des Indes neuf mois auparavant,  d’avoir avec lui un interprète compétent en la personne de Cornells Houtma.

Sir James a donc choisi un Juif comme serviteur personnel. Il avait été capturé par les Anglais dans les États de la Barbarie et avait résidé en Angleterre pendant de nombreuses années. Lancaster l’a engagé comme interprète de l’expédition. Ils ont navigué jusqu’à Bantam et Java où les services du Juif « lui ont été très utiles à cette époque ». [Lancaster]

La capacité diplomatique et linguistique des Juifs et leur errance forcée les ont involontairement impliqués dans d’étranges aventures maritimes.

Lors du retour de Vasco da Gama de son premier voyage en Inde, en septembre 1498, il s’installa sur l’île d’Anchediva, à une centaine de kilomètres de Goa.

Là-bas, un bateau avec un petit équipage s’est approché, mené par un grand Européen avec une longue barbe blanche, vêtu de lin, avec un touca d’une rare finesse sur sa tête et une épée courte dans sa ceinture. Il a salué les Portugais en castillan. Ravis d’entendre leur langue maternelle et de voir un Européen, ils lui ont posé des questions. Il les informa qu’il avait été envoyé par son maître Sambajo, le prince arabe de Goa, pour négocier avec le navigateur portugais. Ils l’ont invité à bord et lui ont promis la sécurité.

Il leur a dit qu’il s’appelait Gaspar et qu’il était né à Posen, en Pologne. Une persécution locale a obligé ses parents à se réfugier à Grenade en Espagne, d’où ils avaient émigré à Alexandrie. Jeune homme, Gaspar a traversé la mer Rouge jusqu’à La Mecque et s’est rendu en Inde. Capturé par des esclavagistes en cours de route, il est resté en captivité pendant de nombreuses années. Il a finalement obtenu sa libération en feignant de se convertir à l’islam. Il s’est installé à Goa en tant qu’armateur, épousant une femme juive et élevant une famille.

En entendant l’histoire de Gaspar, Vasco de Gama l’a soupçonné d’espionnage pour le compte de son maître maure, l’a saisi et l’a fouetté sans pitié. Pour échapper à la torture et sauver sa vie, Gaspar a avoué son origine juive et a admis qu’il avait aussi été envoyé pour découvrir la force des étrangers. Résolu à retenir un homme aux qualités si rares, Vasco da Gama promit à Gaspar sa vie s’il se baptisait lui-même comme chrétien. Celui qui avait feint le mahométanisme ne s’opposait pas à assumer le christianisme.

Se réjouissant d’avoir sauvé une âme, Vasco da Gama accepte le rôle du parrain de Gaspar. Lorsque l’expédition revint à Lisbonne en août 1499, accueillie par le roi Manuel II, l’amiral, accueilli avec de grands honneurs et dons, offrit son protégé à son maître royal, Gaspar da Gama. Le Roi, satisfait de l’habileté de Gaspar, lui accorda une charte de privilèges et le chargea de nombreux domestiques et autres récompenses.

Gaspar a bien servi le roi Manuel II. Il a navigué en 1500 avec Cabral, qui avait été nommé chef d’une expédition et qui, sur les conseils de Gaspar, s’était dirigé vers l’ouest pour un voyage qui avait conduit à la découverte du Brésil.

Il était devenu célèbre, un capitaine l’ayant décrit comme « un homme digne de confiance qui parle beaucoup de langues et connaît le nom de nombreuses villes et provinces, qui a fait deux voyages du Portugal à l’océan des Indes et a voyagé du Caire à Malacca, une province située à l’est de cet océan. Il a également visité l’île de Sumatra, et il m’a dit qu’il connaissait un grand royaume à l’intérieur de l’Inde qui était riche en or, perles et autres pierres précieuses. »

En quelques années, Gaspar avait fait le tour du cap de Bonne-Espérance à l’occasion d’un certain nombre de voyages. Il a navigué avec Vasco da Gama aux Indes, avec Francisco d’Almeida quand il est allé prendre possession de l’Inde comme premier vice-roi, et avec Cabral à Calicut et ensuite à Cochin.

Il y rencontra de nouveau sa femme, mais aucune incitation n’inciterait cette femme pieuse et érudite à quitter sa foi ou Cochin, où les Juifs avaient établi un certain nombre de synagogues. Elle a négocié l’achat de treize Sifre Torah pour 4000 padraos au fils du Dr Martin Pinheiro, juge à la Cour suprême de Lisbonne. Le jeune Pinheiro avait apporté avec lui un grand coffre de parchemins qui avait été pillé dans les synagogues pillées et détruites du Portugal. D’Almeida a entendu parler de la transaction, a confisqué l’argent et, après avoir sévèrement réprimandé Pinheiro, a signalé l’affaire au roi.

Après l’assassinat d’Almeida par les Hottentots à Table Bay, Gaspar a servi le prochain gouverneur de l’Inde, Albuquerque. Avec lui, Gaspar a attaqué Calicut. L’assaut s’est avéré désastreux. Albuquerque a été blessé et Gaspar a probablement été tué, car on ne trouve plus de références à lui après 1510. Néanmoins, sa contribution à l’essor du Portugal en tant que puissance maritime, pendant les quelques années où il a servi le roi Manuel II, s’est avérée inestimable.

Malgré sa renommée, Gaspar n’était peut-être pas tout à fait un homme heureux au service de Manuel II. Aucun des Marranos ne l’était non plus, en particulier les armateurs et les marchands patriciens. Ils risquaient constamment de perdre leurs richesses au nom du judaïsme.

Même Abraham Zacuto, bien que sous le patronage royal en tant qu’astronome du roi, savait quand il fit ses adieux à son élève Vasco da Gama lors de son voyage en Inde, que ses jours au Portugal étaient comptés.

Il avait déjà vécu l’amertume de l’exil. La veille du départ de Christophe Colomb pour l’Amérique avec les tables et instruments de navigation de Zacuto, le mathématicien et environ 100 000 de ses frères juifs avaient franchi les frontières de l’Espagne pour entrer au Portugal. Jean II du Portugal ne croyait pas en l’esclavage des Juifs espagnols et refusa l’or qu’on lui offrait en gage de leur gratitude. Il croyait qu’il fallait inciter les juifs à embrasser le christianisme en les traitant avec bonté.

Avec le paquet sur le dos et le bâton à la main, menés par des cornemuseurs et des tambours pour les encourager, environ 150 000 autres Juifs luttaient vers les ports espagnols pour migrer vers l’Afrique du Nord, l’Italie, la Turquie, le royaume de Naples, la Navarre, même l’État pontifical, et vers tout autre endroit étrange qui les accepterait.

A la mort de Jean II en 1495, son cousin éclairé Don Manuel II monta sur le trône. Fervent admirateur des sciences et partisan de la tolérance, il confirma la nomination de Zacuto comme astronome de cour et ne permit pas aux frères fanatiques d’inciter le peuple contre les Juifs. L’amour, cependant, a changé sa noble nature en tyrannie.

Don Manuel souhaitait épouser la veuve Isabelle, fille de Ferdinand et Isabelle d’Espagne. Ils lui promirent sa main à deux conditions, dont l’une était qu’il exilât tous les Juifs au Portugal, nés au Portugal et immigrés espagnols. Cette condition était désagréable pour Manuel car il tirait des bénéfices considérables des Juifs, de leur or, de leurs activités commerciales et de leurs connaissances. Alors que le roi attendait son épouse à la frontière, elle lui envoya une lettre lui disant qu’elle ne mettrait le pied sur le sol portugais que si ce pays était purgé des « Juifs maudits ».

Manuel troquait son honneur, son humanité et ses juifs pour l’amour d’une femme. Le 24 octobre 1496, le roi du Portugal publia un édit obligeant les Juifs à choisir entre le baptême et l’émigration.

Sa douceur initiale dans la mise en œuvre de son ordre a bercé les Juifs dans un faux sentiment de sécurité. En colère devant le petit nombre de conversions, il ordonna à tous les enfants juifs de moins de quatorze ans d’être baptisés de force. Des scènes déchirantes ont eu lieu dans tout le Portugal, car dès que les enfants ont été baptisés dans le christianisme, ils ont été séparés sans pitié de leurs parents ; et les serviteurs trop zélés du Roi n’ont pas limité leur travail aux enfants, mais ont forcé les jeunes et les jeunes filles jusqu’à vingt ans.

L’avidité et le fanatisme sont alors entrés dans le cœur de Manuel. Il voulait que les richesses juives restent au Portugal et que les propriétaires soient chrétiens.

Le Roi empêcha délibérément les Juifs de quitter le pays, affama les récalcitrants et les traîna de leurs prisons vers les églises avec des cordes ou par leurs cheveux ou leur barbe. Certains Juifs ont eu la chance de s’échapper, parmi eux Abraham Zacuto, qui a fui à Tunis, puis en Turquie, où il est resté pour le reste de sa vie.

La grande majorité d’entre eux, cependant, sont entrés dans le christianisme qu’ils méprisaient intensément et farouchement entre eux. Ils pratiquaient secrètement leur judaïsme avec une ténacité et une ferveur brûlantes, priant pour qu’on leur donne les moyens d’échapper à leur sort malheureux afin de servir leur Dieu dans la paix et la tranquillité.

Fin du chapitre 1

Vers le chapitre 2 : Les juifs arrivent en Hollande

Dossier : L’HISTOIRE DES JUIFS EN NOUVELLE-ZÉLANDE – RABBI LAZARUS MORRIS GOLDMAN 1907–1960 – Rabbi de la congrégation hébraïque de Melbourne.

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://www.terrepromise.fr

Votre aide est très Importante…

Depuis plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seule à travailler sur les sites du réseau Elishean. Terre Promise est mon dernier né. Je l'ai fait pour vous, avec l'intention de vous offrir plus d'informations sur le monde juif et son histoire. Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur Paypal. Même une somme minime sera la bienvenue. Merci à vous. Mikhal

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2019/Terre Promise

Print Friendly, PDF & Email