SHARE
Dès que le premier colon juif à Christchurch, Louis Edward Nathan, put rassembler un nombre suffisant de Juifs, il fonda la Congrégation hébraïque de Canterbury.

Il ne semblait pas tout à fait juste d’inclure le nom Christchurch dans le nom d’une synagogue.

Un juif très orthodoxe de la ville ne pouvait pas se résoudre à prononcer les mots « Christ » ou « église ». Chaque fois qu’il voulait mentionner la ville, il l’appelait « cher-cher ». Avant que Nathan ne fonde la congrégation, il célébrait les funérailles chez lui, rue St Asaph, sous la direction de Mark Marks, ministre officiant.

Bénéficiant d’une subvention gouvernementale pour un cimetière ainsi que pour une synagogue, la congrégation a construit un édifice en bois pour une somme de 300 £ sur un bloc de terrain entre les rues Worcester et Gloucester, à l’endroit même où se trouve actuellement la synagogue actuelle.

Cinq lecteurs compétents ont assisté à sa consécration en juin 1864-E. Phillips, A. Phillips, Phillip Phillips, D. Davis et H. Joseph. La congrégation cherchait un Lecteur, un Shohet et un Mohel, mais l’allocation insuffisante n’a pas attiré un professionnel, pas plus que l’abrogation de la loi selon laquelle il devait être un homme marié âgé de plus de trente ans.

Un règlement dans les lois de la congrégation a alors dû être promulgué pour la nomination obligatoire d’un lecteur honoraire par les membres. Le refus d’agir du lecteur élu aurait été sanctionné par une lourde amende. Phillip Phillips reçut la nomination non demandée en premier lieu, mais afin de donner à la congrégation un fonctionnaire permanent chargé de superviser les affaires, elle engagea un bedeau au prix d’une livre par semaine. Son devoir consistait à « se rendre généralement utile ». Il a laissé le souvenir d’une « perle » dans l’histoire de Canterbury : il a utilisé le vin du Kiddush à outrance, et il a dû prendre congé de l’engagement.. Son poste n’aura pas duré longtemps.

Déterminée à mener les affaires de la congrégation selon les lignes traditionnelles, la communauté cherchait ses exigences religieuses partout dans le monde – Shofar, Ketuboth et Mezuzoth de Melbourne, Sefer Torah de Londres, Lulav et Matzoth de Sydney et Ethrog de Terre Sainte.

Les paroissiens n’ont peut-être pas observé les pratiques religieuses comme ils le devraient, mais ils s’attendaient à ce que l’institution et les autorités gardent les formalités de la foi. Ils ont dit au responsable qu’il ne devait pas travailler le jour du sabbat pendant qu’il occupait son poste. Ils n’appelleraient pas M. Raphaël ou ses fils à la Torah, car la congrégation ne reconnaissait pas les Juifs réformés.

Certaines des coutumes auxquelles elles appartenaient, d’autres communautés les avaient abandonnées depuis longtemps. Lorsque la prière kaddish était récitée dans la synagogue, un seul endeuillé était autorisé à la lire. Pendant le récital, les autres personnes en deuil se tenaient dans les allées près de la Bimah. Le Président avait toute discrétion quant à la personne en deuil qui aurait l’honneur de dire le Kaddish au nom de tous.Les garçons Barmitzvah étaient appelés à lire la sixième partie du Sedra de la semaine le jour du sabbat marquant leur treizième anniversaire.

La congrégation a insisté pour que les mariages aient lieu le dimanche ou le mercredi, conformément à la tradition talmudique ancienne. Afin d’être purement impartial dans l’attribution de l’Aliyoth pour les Hauts Fêtes et la nomination d’un Hathan Torah et d’un Hathan Bereshith, le comité a introduit une vieille coutume polonaise d’attribuer ces honneurs par bulletin de vote.

La congrégation a reconnu le besoin d’une souccah et seul le manque de moyens financiers a empêché le placement de la commande pour son érection. Les membres devaient obéir aux lois de l’institution ou subir une amende ou une réprimande. Charles Lezard, qui refusa un appel à la Torah sur la Fête du Tabernacle, reçut un châtiment sévère. Bien que H. Moss ait siégé au comité, ses collègues n’ont pas hésité à lui infliger une lourde amende pour avoir causé des troubles.

La pauvreté régnait parmi les Juifs de la communauté de Christchurch.

Les dons faits par les personnes appelées à la Lecture de la Loi sont devenus si faibles que le comité a dû introduire un règlement administratif pour que ces dons ne soient pas inférieurs à un shilling. Une tentative de faire revivre la Société philanthropique originale a échoué, mais la synagogue a continué à faire de la charité par le biais d’un Fonds d’aide caritative. Plus tard, la communauté a formé une association de bienfaisance, qui tirait sa principale source de revenus des collectes nocturnes de Kol Nidre et de l’argent recueilli lors des funérailles, mais qui n’a survécu que pendant une très courte période.

En fait, à Christchurch, tous les efforts communautaires émanaient de la synagogue. Les funérailles ont été organisées, non pas par une Hevra Kadishah, mais par un comité d’inhumation de la congrégation.

L’enseignement de l’hébreu n’était pas bien organisé.

Après l’office du samedi matin, les leçons avaient lieu dans la synagogue sous les auspices de l’école juive de Canterbury. Les cours en semaine étaient organisés de façon irrégulière en raison des nombreux changements de ministres, de la rareté des fonds et du manque d’enthousiasme des membres.

En 1891, l’école hébraïque ferma complètement ses portes et le ministre reçut l’ordre d’instruire les enfants en privé dans leurs foyers. Sa protestation contre le fait que sa santé en souffrirait n’a pas été entendue. Tous les membres n’étaient pas indifférents à l’éducation. Hugo Friedlander, un agriculteur influent du district d’Ashburton, a fait en sorte que le ministre se rende chez lui un jour par semaine pour que ses enfants puissent recevoir une instruction religieuse.

Les premiers colons juifs à Christchurch n’étaient pas fermement établis dans leurs entreprises.

En 1865, environ trente-cinq chefs de famille assistèrent à une assemblée générale de la Congrégation hébraïque de Canterbury. Peu de temps après, lorsque le champ aurifère de Hokitika ouvrit ses portes, seulement dix de ces familles commandèrent la matsah pour la Pâque. Les autres étaient partis pour la côte ouest.

Henry Jones, le premier lecteur rémunéré de la congrégation, subit de grandes privations en raison de la pauvreté de ses frères. Après le renvoi du fonctionnaire ivre, le comité l’a nommé à ce poste. Il avait rencontré beaucoup d’expérience tout aussi amère à Hobart Town. Là-bas, il avait fidèlement servi la congrégation en tant que larbin général pour une bouchée de pain et, en récompense de son dévouement, avait été sommairement congédié avec un billet de bateau pour la Nouvelle-Zélande pour une faute qui n’était pas la sienne.

Bien qu’il ait une famille nombreuse, la Congrégation de Canterbury l’emploie pour £1 par semaine, mais découvrant qu’il est un homme de talent, le nomme lecteur, secrétaire et collectionneur pour la somme magnifique de £1 12s. 6d. par semaine, Phillip Phillips démissionne de son poste honorifique de lecteur.

Les ennuis ont traqué les pas de Jones. Contre son gré, le comité lui a ordonné de porter une robe, une cravate blanche et un bavoir pendant les services. Ils lui ont dit que « s’il dirigeait le service comme il l’a fait hier, il risquerait sa situation ». Ils lui ont également dit qu’il n’avait pas le droit d’ajouter ou de diminuer les prières à moins d’avoir la permission du président et du comité. Son allocation paralysante et la maladie de sa femme ont finalement mené à la rupture des liens de Jones avec la congrégation, et bien qu’aucun autre ministre n’était disponible à l’époque, le comité ne voulait pas le réemployer. D. Davis a pris sa place à titre honorifique.

En 1870, la ruée vers l’or sur la côte Ouest était terminée.

Les mineurs et leurs disciples revinrent en foule à Christchurch, la première ville qu’ils allaient toucher à l’est. Les Juifs d’Hokitika revinrent aussi, emmenant avec eux leur officiant, le Révérend Isaac Zachariah.

La Congrégation hébraïque de Canterbury l’a immédiatement nommé ministre et Shohet, bien qu’il ne parlait pas bien l’anglais. Juif sépharade de Bagdad, il avait vécu et étudié à Jérusalem et n’aimait rien de mieux que de pouvoir manger, dans l’intimité de sa propre maison, sa nourriture orientale et s’habiller dans le confort de sa tenue orientale.

Quand il a écrit à ses parents qu’il avait accepté un poste de ministre à Christchurch, ils ont cessé de correspondre avec lui. Ils pensaient qu’il s’était « shmud » lui-même et s’était converti à l’Église chrétienne. Même sur l’explication, ils considéraient son rendez-vous avec suspicion qu’il n’a dissipé que lors d’une visite en Terre Sainte.

Zacharie a dû apprendre à se soumettre à ses maîtres. Tous les jours, il devait faire appel au président pour obtenir des instructions. En guise de faveur, le comité l’autorisa plus tard à téléphoner tous les deux jours, mais il était obligé de le faire le vendredi et à la veille d’un festival. Il ne s’est pas plaint, et a heureusement présenté une adresse, une coupe et un plateau au premier président de la congrégation, L. E. Nathan, quand il est parti pour l’Angleterre en 1873.

La norme de l’orthodoxie à Christchurch ne satisfaisait pas Nathan. Il tenait strictement le sabbat. Avec D. Davis et D. Caro, il annonçait dans les journaux que ses locaux seraient fermés les jours de fête.

À une occasion, la presse a annoncé qu’en conséquence de la nouvelle année, L. E. Nathan ne pouvait pas assister à la Chambre de commerce pour attendre le gouvernement en ce qui concerne les tarifs ferroviaires. La députation a été reportée au lundi suivant.

Au fil des années, Zacharie s’enhardit et finit par se rebeller ouvertement et ne voulut pas se soumettre.

Il a refusé d’obéir aux ordres. Une tentative de le congédier pour ce motif a échoué. Mais cela ne signifiait pas la fin de son obéissance aux ordres. Lorsqu’il consacra la nouvelle synagogue le 15 novembre 1881, il dut soumettre son sermon au comité avant de le prononcer.

La consécration était une grande affaire.

Huit cents ont été admis par billet à l’inauguration. La cathédrale de l’Église d’Angleterre a ouvert ses portes la même semaine, et de nombreux membres du clergé protestant qui ont assisté à la consécration de leur propre cathédrale ont également assisté à celle de la synagogue.

Le Très Révérend Doyen de Canterbury, le Doyen Jacobs, a suivi le service en hébreu. Zacharie lui avait appris à le lire et à le traduire. Mgr Sutton, évêque de Nelson et Wellington, en tant qu’érudit hébreu, a également suivi le service du livre de prières hébreu. Peu de temps après, Mgr Sutton a visité la Terre Sainte. Il appréciait profondément les lettres d’introduction que Zacharie lui avait données aux rabbins de Jérusalem. La grande foule au service de consécration a permis à la congrégation de recueillir 250 livres sterling d’offrandes.

Le nombre croissant d’arrivants à Christchurch avait rendu la petite synagogue en bois inconfortable pour les fidèles, et la communauté, en se sacrifiant et en s’endettant, avait construit un nouvel édifice digne de la belle ville sur l’Avon.

Bien que l’extérieur ne soit pas aussi imposant que la synagogue de Dunedin, son intérieur se compare favorablement à celui-ci, et encore aujourd’hui les boiseries satinées et safranées des sièges ajoutent à la sérénité des fidèles qui entrent dans le bâtiment.

Dès la consécration de la nouvelle synagogue, la communauté a commencé à diminuer en nombre et en prospérité. La dette de la synagogue pèsait lourdement sur elle.

Une concertation juive, bien qu’ayant été un succès social, n’a permis d’améliorer les finances que de 100 livres sterling. Le comité s’est alors efforcé de se lancer dans le commerce de la viande congelée, avec l’intention d’envoyer des approvisionnements en viande cachère à l’étranger.

Zacharie, un homme consciencieux, écrivit immédiatement au Grand Rabbin d’Angleterre pour lui dire que la viande congelée ne pouvait pas être cachère. Le Grand Rabbin accepta et interdit le projet.

Lorsque le comité a reçu la notification de l’interdiction, sa colère contre Zacharie ne connaissait aucune limite, d’autant plus qu’il avait communiqué directement avec le Grand Rabbin sans soumettre sa lettre au comité avant de l’envoyer. Les relations entre Zacharie et la congrégation sont devenues si mauvaises que chacun a cru bon de rompre les liens avec l’autre et, après que des arrangements compensatoires satisfaisants aient été pris, Zacharie a démissionné. Il n’a pas changé son lieu de résidence.

Pendant trois ans, la congrégation est restée sans ministre professionnel, C. J. Levien agissant à titre honorifique jusqu’à son départ pour l’Angleterre, suivi par S. Phillips. D. Caro aidait occasionnellement dans les services, et L. Cohen enseignait à l’école hébraïque.

Lors de la nomination du révérend A. T. Chodowski, un certain nombre d’innovations ont été introduites.

Il organisa la lecture du Haphtorah en anglais, l’omission de la lecture du Bameh Madlikin le vendredi soir et la cuisson du Matsah à Christchurch par Aulsebrook and Company.

L’absence d’un Shohet avait affecté le respect des lois alimentaires par la communauté. Ce Chodowski a tenté d’y remédier. Rien de ce qu’il pouvait faire, cependant, ne pouvait remédier à la situation financière de la congrégation, et après deux ans, la congrégation lui a dit, à contrecœur, qu’elle ne pouvait se permettre de le garder.

Il était très populaire parmi toutes les sections de la communauté. Tous voulaient qu’il reste. Par un effort suprême, la congrégation a réussi à retenir les services de Chodowski jusqu’à la fin de 1894, à ce moment-là, ses ressources ont été mis à rude épreuve. Donner congé à Chodowski, lui a malheureusement permis d’accepter un poste à Brisbane.

Bravement, la congrégation a continué pendant deux ans sous le ministère du Révérend Joel Falk, puis sous celui de L. Cohen, qui ont tous les deux occupé le poste de lecteur et d’enseignant.

Lorsque le Révérend J. Jacobs a offert ses services, la congrégation lui a franchement dit qu’elle ne pouvait se permettre de l’employer. L’offre de Zacharie n’a même pas été appuyée. A sa demande d’enseigner aux enfants, la congrégation a répondu qu’il pouvait faire ce qu’il voulait, mais pas dans les locaux de la synagogue. Plus tard, un sentiment de honte poussa la congrégation à accepter l’offre de Zacharie, bien qu’il ne possédait pas la vigueur de ses jeunes années. Les membres de la communauté se sont rendu compte qu’avec environ deux cents âmes, la pauvreté ne pouvait à elle seule servir d’excuse pour négliger d’engager un chef spirituel. Cependant, ils ont reçu les services de Zacharie à des conditions très généreuses et extraordinaires. Ils l’ont engagé pour un an sur la base de « ce qui reste à la fin de l’année ».

Fin du chapitre 14

Chapitre 1 : Les Marins Juifs
Chapitre 2 : Les juifs arrivent en Hollande
Chapitre 3 : Les Maoris et le Mousquet
Chapitre 4 : Les premiers pionniers juifs
Chapitre 5 : Joël Samuel Polack
Chapitre 6 : Un comité restreint pour les îles
Chapitre 7 : Les premiers immigrants juifs
Chapitre 8 : Le début de la communauté d’Auckland
Chapitre 9 : Le début de la communauté de Wellington
Chapitre 10 : Les communautés se développent
Chapitre 11 : Les guerres maories
Chapitre 12 : L’or
Chapitre 13 : La congrégation la plus méridionale du monde

A suivre…

Dossier : L’HISTOIRE DES JUIFS EN NOUVELLE-ZÉLANDE – RABBI LAZARUS MORRIS GOLDMAN 1907–1960 – Rabbi de la congrégation hébraïque de Melbourne.

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://www.terrepromise.fr

Votre aide est très Importante…

Depuis plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seule à travailler sur les sites du réseau Elishean. Terre Promise est mon dernier né. Je l'ai fait pour vous, avec l'intention de vous offrir plus d'informations sur le monde juif et son histoire. Aujourd'hui, je fais appel à vous afin de me soutenir dans cette démarche en faisant un don (si minime soit-il). Le partage est un don de Soi, un don d'Amour... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne... Mikhal

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2019/Terre Promise

Print Friendly, PDF & Email