SHARE
Dans l’île du Nord, les deux communautés juives d’Auckland et de Wellington progressaient régulièrement.

Lorsque le bail de sept ans de la synagogue d’Emily Place, à Auckland, expira en 1862, la congrégation acheta le terrain et améliora le bâtiment ainsi que le Mikveh sur les lieux. Heureusement, avec le retour de David Nathan d’Europe, la faction Keesing, qui s’était détachée du groupe principal, a réglé son différend avec la section principale, réunissant ainsi la communauté, bien qu’un homme, par ses pitreries au comité de la synagogue, ait continué à jouir de la popularité de ceux qui aiment les disputes communautaires.

La grande famille Keesing, presque toutes musicales et artistiques, a rendu un grand service à la congrégation.

Thomas Ralph Keesing a dirigé le chœur de la synagogue pendant de nombreuses années, en plus de gagner l’admiration de la ville pour sa capacité à organiser des compétitions de bowling. Harry Keesing, un artiste noir et blanc renommé, a également été chef de chœur pendant un certain temps. Son frère Samuel, considéré comme le plus grand artiste amateur à l’huile de Nouvelle-Zélande, s’est rendu en Italie pour étudier la musique et l’art, mais malheureusement il est mort avant d’avoir terminé ses études.

En 1864, la congrégation élit le Révérend Moses Elkin, un homme très pieux et zélé qui conserva son pouvoir de patience et de persuasion malgré les difficultés qu’il rencontra dans son travail.

Après dix ans de service dans la communauté, il réussit à convaincre presque tous les commerçants juifs d’Auckland de fermer leurs locaux le jour du sabbat. Philip Aaron Philips, le président de la congrégation, a coopéré avec lui pour réaliser ce triomphe. En tant que maire de la ville, il a persuadé ses collègues conseillers municipaux de changer le jour du marché d’Auckland du samedi au vendredi. Il a aidé les Juifs à fréquenter la synagogue.

Handicapé par un manque de fonds, Elkin dirigea courageusement l’école hébraïque et l’école du sabbat. Les conditions étaient presque pathétiques. Ses professeurs, qui se sont tous portés volontaires pour le travail, n’avaient pas de livres de prières ou d’abécédaires pour enseigner aux enfants, et un appel aux dons de livres a dû être fait aux congrégations australiennes.

Aucune de ses persuasions, cependant, ne pourrait inciter son comité à lui accorder une allocation de subsistance décente. Les temps difficiles l’ont fait souffrir avec le reste de son troupeau. Les difficultés à joindre les deux bouts et l’insatisfaction au sujet de la relation entre lui et le comité ont poussé Elkin à chercher un poste ailleurs, mais, après ses quinze années de service fidèle à Auckland, d’autres congrégations le considéraient trop vieux pour recommencer à zéro dans une nouvelle communauté.

En 1879, Elkin retourna en Angleterre où de meilleures opportunités l’attendaient. Arthur H. Nathan, un neveu de David Nathan, a agi à titre de lecteur honoraire jusqu’à ce qu’un nouveau ministre soit nommé.

Les membres de la communauté d’Auckland pourraient se considérer très chanceux dans leur prochain choix de chef spirituel.

Ils ont choisi le Révérend Samuel Aaron Goldstein, qui venait d’une famille bien connue à Londres et Melbourne et qui, malgré ses vingt-cinq ans d’expérience, avait déjà eu une expérience considérable dans les congrégations de Middlesborough et West Hartlepool en Angleterre, Toowoomba au Queensland, et West Maitland en Nouvelle-Galles-du-Sud. Étudiant au Jews’ College de Londres, il combinait dignité et bourse d’études.

Grand, majestueux et raffiné, il a rapidement gagné le cœur et le respect de ses fidèles. Il a atteint en 1930 la distinction d’avoir servi sa congrégation pendant cinquante ans. La paix comparative et la convivialité régnaient dans la communauté pendant ces années parce que Goldstein cherchait l’harmonie. Néanmoins, il avait des opinions bien arrêtées et n’a jamais fait preuve de complaisance.

Pensée démocratique et homme du peuple, il a visité les riches et les pauvres, encourageant les malades à recouvrer la santé et les jeunes à atteindre leur but. Surtout très cultivé, il fonde la Société littéraire française, et parle lui-même le français à la maison avec sa famille. Homme de lettres et de goût artistique, il aimait aussi la musique et les fleurs. Il comprenait la botanique et était un jardinier passionné. Il jouait du violoncelle, emmenant souvent son instrument avec lui dans le tramway pour visiter les maisons de ses fidèles où il rendait des œuvres musicales. Doté d’une voix agréable, ses auditeurs le considéraient comme un prédicateur éloquent et le meilleur Ba’al Kore d’Australasie.

Cultivé, aimable et sympathique, son caractère saint lui convenait pour ses activités en dehors de sa propre congrégation, en particulier dans le cadre de la Société pour la protection des femmes et des enfants à laquelle il s’intéressait profondément et dont il était le président par intérim.

Homme d’un courage et d’une tendresse extraordinaires, il s’est occupé de ses propres mains, sans se plaindre, de sa femme malade qui a souffert d’une maladie au lit pendant la plus grande partie de leur vie conjugale. Il ne se plaindrait jamais non plus de sa faible rémunération. Afin de pouvoir éduquer ses deux fils, il a accepté de balayer le sol et de garder la synagogue propre. Lorsqu’un membre l’a un jour découvert et a protesté, Goldstein l’a supplié de ne pas dire un mot. Son humilité l’a poussé à ne jamais chercher la vedette.

En 1893, pendant la dépression, il réduisit volontairement son allocation de £400 à £350 par an, et la congrégation ne restaura pas le montant pendant de nombreuses années. Libéral lui-même, il n’a pas trop insisté sur les coutumes de la foi juive, et lorsque ses fidèles n’étaient pas présents le deuxième jour des Fêtes, il a décidé de ne pas les observer officiellement. En 1894, cependant, un membre strictement orthodoxe de la congrégation a insisté sur la reprise des services le deuxième jour des Fêtes, et à partir de cette date, ils ont été officiellement célébrés.

Pendant de nombreuses années, la Congrégation d’Auckland attendait avec impatience le jour où elle pourrait construire une nouvelle synagogue, car le petit édifice en bois d’Emily Place, même une fois rénové, s’est révélé très insuffisant pour les fidèles.

Déjà en 1871, Elkin collectait de l’argent pour construire un nouveau lieu de culte, mais dix ans plus tard, le montant n’était toujours pas suffisant pour acheter même le terrain nécessaire.

En 1884, P. A. Philips, premier maire de la ville, puis greffier, avec l’aide de Charles Davis et David Nathan, obtient, à la suite de nombreuses demandes adressées au gouvernement provincial, la concession gratuite d’un terrain sur la rue Alton. Usant de son influence, P. A. Philips incite les autorités municipales à le transformer en l’un des plus beaux sites de la ville, à l’angle de Princes Street et Bowen Crescent, où se trouvait autrefois un corps de garde dominant un vaste terrain où les soldats avaient cultivé des légumes pour approvisionner les troupes anglaises et volontaires.

Les citoyens protestataires ont accusé Philips et le conseil municipal d’user de leur influence personnelle, mais Philips avait les épaules larges, car il aimait sa synagogue qu’il devait servir comme président, trésorier et secrétaire pendant plus de vingt-cinq ans. Un peu d’autocratie et de vanité l’ont aidé à surmonter les difficultés alors que d’autres auraient cédé et échoué. Seul un homme comme Philips aurait osé faire inscrire ses initiales sur les boutons des rampes du parc Albert de la ville.

Après avoir obtenu le terrain, la congrégation a ensuite vendu le bâtiment à Emily Place, et a tenu des services pour le moment dans la salle maçonnique.

Le 10 décembre 1884, David Nathan posa la première pierre de la nouvelle synagogue au Festival Maccabean. Le bâtiment a coûté plus de 4 000 livres sterling et comptait près de 400 personnes assises, avec des salles de classe au sous-sol en contrebas. Bien que d’un design modéré et sobre à l’extérieur, son intérieur construit sur des lignes traditionnelles, ne peut pas être qualifié d’accueillant ou de beau.

Le 9 novembre 1885, l’ancien combattant David Nathan accomplit son dernier devoir public en inaugurant la synagogue, un honneur digne de l’homme qui avait été le fondateur spirituel et pilier de la congrégation. Le mois d’août suivant, il s’éteignit paisiblement, au grand chagrin de la communauté juive et de toute la ville d’Auckland, dont il fut l’un des premiers citoyens et des plus respectés. Une procession de plus d’un mille de long suivit son corps jusqu’au cimetière juif. L’unité de la communauté juive et la centralisation de toutes ses activités dans la synagogue peuvent être attribuées à sa sagesse et à sa sincérité.

Il fut un temps où l’on croyait que la communauté juive d’Auckland serait rejointe par une communauté sœur dans la même province. Le canton de Thames, qui exploitait des mines d’or, avait été construit et, à son apogée, plus de 20 000 habitants y vivaient.

Sous la direction laïque du maire, Louis Ehrenfried, des lecteurs honoraires compétents dirigeaient à l’occasion des services dans des résidences privées lorsque le besoin s’en faisait sentir. Plus tard, cependant, l’or de Thames s’avéra à nouveau impayable, et très peu de Juifs restèrent vers 1886. Lorsque les gouvernements provinciaux ont été abolis, les autorités ont pris des dispositions pour l’avenir et mis de côté des concessions de terres gratuites à Gisborne, Whangarei, Waimate, Onerahi et Avondale qu’elles ont confiées à la Congrégation d’Auckland au cas où des communautés seraient formées dans ces endroits plus tard. Aucune n’a été formée. Seul le terrain de Gisborne, dont la Congrégation d’Auckland tire encore un petit revenu, s’est avéré être d’une quelconque valeur.

Bien que la seule autre communauté de l’île du Nord, celle de Wellington, comptait moins de cinquante âmes, les membres, sous la direction de Jacob Joseph et de son beau-frère, Joseph Edward Nathan, ont jugé nécessaire d’engager un lecteur et un Shohet. En 1862, ils nommèrent un homme de cinquante ans, Benjamin Aaron Selig, originaire de Penzance, en Cornouailles, et qui résida plus tard à Melbourne pendant plusieurs années.

Évidemment, dans une si petite collectivité, il ne pouvait pas travailler à temps plein dans l’exercice de ses fonctions, et il ne pouvait pas non plus recevoir une rémunération convenable. Il s’occupait principalement de son métier d’horloger et de bijoutier. Il est possible que le conflit entre sa responsabilité envers son entreprise et sa famille et sa responsabilité envers sa congrégation ait entraîné la cessation soudaine de ses services, car en avril 1866, le registraire général a publié un avis public inhabituel à cet effet : « Il est par la présente notifié que le nom de Benjamin Aaron Selig est retiré de la liste des ministres officiels au sens de la loi sur le mariage de 1854. »

La rupture du lien de Selig avec la congrégation en tant que fonctionnaire ne l’a pas laissée sans lecteur. Jacob Frankel, de Dunedin, était venu en son sein. Il avait reçu une formation de ministre en Angleterre et avait été lecteur honoraire à Greenwich, San Francisco, Hobart Town, Dunedin et Melbourne. À Wellington, il recevait 40 £ par an, mais son faible salaire n’affectait pas son zèle de Juif. Il considérait que les services du vendredi soir et du sabbat du matin qui se tenaient, sans sefer Torah, dans le salon du salon de la maison de Jacob Joseph à Lambton Quay, n’étaient pas assez bons pour une communauté croissante dans une ville alors désignée comme capitale de la Nouvelle-Zélande. Seule une synagogue consacrée le satisferait.

Il avait été l’un des responsables de la construction de la synagogue de Hobart Town, le plus ancien bâtiment juif consacré existant en Australie. Avec son épouse, il a sollicité des contributions pour un fonds de construction auquel de nombreux chrétiens ont fait don, encouragé par l’exemple inspirant et les messages de l’archidiacre Stark, le chef de l’Église anglicane de Wellington. Frankel a également sollicité des dons auprès des autres communautés juives de Nouvelle-Zélande et d’Australie.

En 1868, la congrégation pouvait se permettre d’acheter une section de terrain de 50 pieds par 100 pieds sur la terrasse. La congrégation grandissante a également exigé le déménagement de la synagogue temporaire de la maison de Joseph à la salle maçonnique de la rue Boulcott.

Le jour heureux que la famille Frankel et la communauté attendaient se produisit le 15 janvier 1870.

Juifs et nombreux chrétiens, de toutes confessions confondues, se sont mêlés au service de consécration de l’édifice en bois de 32 pieds sur 52 pieds, dirigé par nul autre que le Révérend David M. Isaacs de Nelson, qui, jeune homme, était venu à Wellington trente ans auparavant en « qualité religieuse ». Frankel, qui avait remis la synagogue libérée de la dette de 1200 livres sterling, se tenait sur le porche d’entrée avec sa femme et un chœur de quatorze chants dédicatoires pendant le service inaugural, sur une musique composée spécialement pour l’occasion par Frankel lui-même.

La synagogue, appelée « Beth El« , comptait cent hommes et soixante-dix femmes. Habitué à ce que des collectes soient faites en de telles occasions, un journal local s’est étonné qu’aucun appel de fonds n’ait été fait pendant la cérémonie, mais a déclaré avec tact  » que de nombreux chrétiens s’étaient déjà inscrits « .

Une autre caractéristique inhabituelle de la cérémonie d’inauguration a été la « Déclaration de confiance » faite par les administrateurs, Joseph, Nathan, Lipman Levy et Lewis Moss. Il contenait un paragraphe provisoire libellé comme suit :

« A condition que personne, à quelque moment que ce soit, ne soit par la suite, ne soit autorisé à prêcher ou à exposer la Parole Sainte de Dieu ou à accomplir l’un quelconque des actes habituels de culte religieux sur ledit terrain et lesdits héritages, qui maintiendra et promulguera ou enseignera toute doctrine ou prêchera toute doctrine ou prêchera contrairement à ce qui est contenu dans le Pentateuque exposé et expliqué par le Grand Rabbin à Londres, en Angleterre, pour l’instant, aucune des sommes ou valeurs monétaires susmentionnées ne sera utilisée ou affectée à d’autres fins que pour le bénéfice et l’avantage des personnes de confession juive qui ont cette foi et cette doctrine et qui s’y conforment. »

Après l’érection de la synagogue, les pensées du comité, dirigé par Joseph E. Nathan, le président, Jacob Joseph, le trésorier aveugle et son secrétaire, M. K. Samuels, qui agissait également comme secrétaire de la congrégation, se tournèrent vers la nomination d’un titulaire. Leur premier choix n’est pas resté longtemps. Il semblait être possédé par l’envie d’errer.

En moins de trois ans, le Révérend A. S. Levy, un produit de la Jews’ Free School de Londres, a été pasteur à Melbourne, Sydney, Toowoomba, Wellington, San Francisco, San Diego et San Jose. A peine une invitation avait-elle été envoyée au Révérend D. M. Isaacs de Nelson pour agir en tant que Hazzan, Mohel, Shohet et Professeur, lorsqu’une publicité pour un homme marié parut dans l’Australian Jewish Press PAGE 124. Des objections avaient été soulevées contre Isaacs, qui restait encore célibataire.

En mars 1874, la congrégation accepta la demande du Révérend Abraham Myers de Hobart Town, mais un mois après son arrivée, des doutes surgirent quant à son efficacité comme Mohel. Une assemblée générale a confirmé la recommandation du comité de lui demander de démissionner. Il a déclaré qu’il avait sacrifié sa position à Hobart Town et qu’il perdrait le respect de toutes les communautés s’il devait partir si tôt après son arrivée. Il était prêt à se soumettre à un examen par n’importe quel médecin en ce qui concerne sa compétence. Il a conclu de façon dramatique : « Vous prenez une grande responsabilité sur vous-mêmes. »

Une fois qu’un comité de synagogue a formé une résolution confirmée par la congrégation elle-même, rien qu’une éruption ne peut changer le résultat. Aucune éruption ne se produisit dans le cas de Myers, et malheureusement il quitta la colonie pour l’Australie.

L’impression dans la communauté restait cependant que la cause de la dureté du licenciement de Myers n’était pas seulement une question de compétence, mais aussi un problème de finances. La congrégation n’avait pas d’argent dans ses coffres. Après trois ans à la présidence, Nathan ne parvint pas à convaincre qui que ce soit de prendre sa place. Après beaucoup de négociations, Benjamin Levy, aucun parent du pionnier du même nom, accepta à contrecœur. Il aurait dû pouvoir contrôler la congrégation – il avait seize enfants.

Pour engager un ministre, il a fallu créer un fonds spécial auquel les membres ont versé tout ce qu’ils pouvaient se permettre. Cet arrangement est demeuré en vigueur pendant de nombreuses années.

Ce n’est qu’en 1876, lorsque Nathan se rendit à Londres, que la congrégation envisagea de nommer un autre titulaire au poste de ministre.

Il choisit un homme marié de vingt-sept ans qui avait été ordonné à dix-neuf ans – le Révérend Herman Van Staveren. La congrégation ne regretta jamais le choix de Nathan, pas plus que la Nouvelle-Zélande, car Van Staveren, comme Goldstein à Auckland, n’eut la distinction de servir son troupeau pendant plus de cinquante ans, période durant laquelle il gagna l’amour et l’affection profonds de tous ceux qui le connaissaient, et une réputation de bienveillance dans le pays entier.

Né à Boloward en Frise, il a fait ses études à Anvers, en Belgique, et au Jews’ College de Londres, où le Grand Rabbin, le Dr Nathan Marcus Adler, l’a ordonné. Quand il est arrivé à Wellington, il est arrivé avec un enfant. Au fil des ans, sa femme lui a donné quatre fils et neuf filles, et au fur et à mesure que leur famille grandissait, la maison derrière la synagogue où il vivait a dû être agrandie.

Bien qu’ils aient une famille nombreuse, Mme Van Staveren l’assistait religieusement dans tout son travail, en particulier dans la visite des pauvres et des malades, et dans l’enseignement des jeunes. Grand, sombre et beau, avec une longue barbe noire et fluide, Herman Van Staveren est devenu une figure pittoresque à Wellington et une personnalité légendaire dans tout le pays. Sa présence même et sa voix forte, profonde de stentor commandaient l’obéissance. Il s’en servait chaque fois qu’il devait aider les pauvres et les affligés. Parfois, il avait l’air sévère seulement, cependant, quand il voulait obtenir un avantage pour les nécessiteux. Sa dureté n’était qu’une pose, car c’était un homme jovial et joyeux avec un scintillement constant dans l’œil et un cœur aussi doux et tendre que celui d’une femme.

La vie juive dans les colonies était centrée autour de la synagogue, et la vie dans la synagogue de Wellington autour de Van Staveren.

Il a dominé la scène. Pour le transport lointain, il avait un cheval, Yankel, qui paissait dans un paddock à l’angle des terrasses Clifton et Everton. L’une des curiosités de Wellington était de voir Van Staveren revenir des abattoirs juifs de Pétone dans sa « charrette à clochette » et avec ses queues de redingote noires volantes, poussant Yankel le long du quai Lambton en un hébreu étrange et inexplicable.

Une autre scène heureuse qui a plu aux citadins a été la vue de Van Staveren emmenant sa famille faire une promenade en famille. À cette époque, les lieux d’amusement offraient des billets pour les familles. Les propriétaires ont été stupéfaits lorsqu’ils ont dû fournir des places assises pour quinze Van Staverens.

Pour la saison estivale, Van Staveren a acheté une maison à Rona Bay, de l’autre côté du port, à laquelle les voyageurs traversaient en ferry. Il a acheté un abonnement annuel familial pour la première fois, mais l’année suivante, il a constaté que la compagnie maritime qui exploitait le traversier avait modifié ses règles en ce qui concerne les concessions familiales.

Peu de temps après son arrivée, Van Staveren a commencé à s’intéresser aux institutions caritatives et éducatives de la communauté en général.

En 1878, il participe à la création de la Maison de bienfaisance, dont le comité l’élit président pour vingt et une années consécutives. Le gouvernement l’a également choisi comme premier président du conseil d’administration du Wellington Hospital et du Wellington and Wairarapa Charitable Aid Board.

Lorsque le gouvernement a introduit des élections publiques pour les postes du conseil d’administration de l’hôpital, il a été en tête du scrutin chaque année, sauf pendant un an. À l’occasion, il remarquait un corbillard solitaire sans que les fidèles ne quittent l’hôpital ou le domicile pour le cimetière. Il avait pour règle invariable de marcher derrière le corbillard et de ne pas quitter le cimetière avant que la pauvre âme n’ait été enterrée.

Avant que Van Staveren ne vienne à Wellington, le comité de la synagogue faisait la charité aux Juifs dans le besoin. Le Président avait le pouvoir de donner £2 à toute personne dans le besoin, ou jusqu’à £5 s’il consultait deux autres membres du comité. Van Staveren a aidé à fonder une société philanthropique juive. Il a également encouragé Joseph Zachariah à établir une Hevra Kadishah après qu’il eut consacré le nouveau cimetière juif de Karori en 1892. A l’époque, le Conseil de gestion avait exprimé l’espoir « qu’avec la bénédiction du Tout-Puissant, le jour serait bien lointain où le cimetière serait réquisitionné ».

Bien qu’il ait été nommé président du comité de l’école de Terrace, il n’a pas négligé l’éducation des enfants juifs alors qu’il travaillait à l’entreprise publique. Lorsque Myers fut nommé ministre, la congrégation avait envoyé cinq livres de bouquins et avait l’intention d’ouvrir des classes d’hébreu. Ils n’ont jamais opéré.

Horrifié de voir les enfants privés de leur patrimoine éducatif, Van Staveren, dès son arrivée, a fondé une école hébraïque dont il était le directeur d’enseignement.

Il a également créé une école du sabbat, mais le comité a insisté sur le fait que les deux institutions devraient être sous l’entière supervision du Conseil d’administration afin que les élèves ne se conduisant pas à la satisfaction du directeur aient à leur rendre compte. Van Staveren a accepté l’arrangement en raison de sa futilité évidente. Il n’a eu aucun problème en ce qui concerne la discipline. Sa voix imposante, ses yeux d’aigle et un brassard occasionnel suffisaient à contrôler le bruit ou la rébellion d’un élève plein d’entrain.

L’enseignement était donné trois fois par semaine, avec un total de six heures de cours. Les garçons et les filles étaient enseignés séparément. Le tableau des élèves atteint son apogée en 1894 avec une soixantaine d’inscriptions, mais les élèves négligent alors les cours du milieu de la semaine et n’y assistent qu’en fin de semaine.

Année après année, dans les rapports annuels, Van Staveren se plaignait de l’apathie des parents envers l’éducation hébraïque de leurs enfants. Ses plaintes n’ont pas été entendues. C’est devenu une question de forme pour lui de se plaindre et pour les fidèles de l’ignorer. Ainsi, à mesure que le prix de la paix diminuait, l’héritage d’Israël diminuait. Les examens semestriels ont constitué un moment fort de la vie scolaire des enfants. C’était considéré comme un grand jour dans la communauté. Parents, fonctionnaires et citoyens éminents participeraient aux examens oraux publics, à l’issue desquels les lauréats recevraient des prix précieux et appréciés. Pour l’un des prix, F. M. Moeller a fait frapper une médaille d’argent pour chacune des sections garçons et filles de l’école.

Dans les écoles hébraïque et sabbatique, Van Staveren a reçu l’aide de volontaires parmi les membres de la congrégation. Les enseignants formés n’étaient pas disponibles. Ceux qui enseignaient au ministère de l’Éducation ne pouvaient pas, par règlement, enseigner ailleurs. Van Staveren s’est arrangé pour qu’ils puissent prendre des vacances le premier jour des fêtes juives. Il a également fait en sorte que les étudiants universitaires juifs ne doivent pas se présenter à des examens le jour du sabbat ou des festivals.

Van Staveren a également reçu de l’aide à la synagogue pour les services du Grand Jour. Jacob Frankel prit la place du Révérend David M. Isaacs, venu de Nelson avant l’arrivée de Van Staveren. Joseph E. Nathan, le chef de la communauté avant de s’installer à Londres en 1900, assista souvent Van Staveren. Isaac Phillips, Benjamin Cohen et le Révérend I. Zacharie a aussi aidé à l’occasion.

Cependant, à partir de 1899, un grand partenariat commença entre Van Staveren et son fils aîné Isaac, et les fidèles furent souvent touchés et émus par l’harmonie des voix et de l’esprit que l’on pouvait voir et entendre dans la petite synagogue en bois de la terrasse à Wellington.

Les ministres juifs du culte ont trouvé beaucoup plus facile d’être reconnus à l’extérieur qu’à l’intérieur de la communauté. C’est presque une tradition dans les communautés anglo-juives, même là où les ministres sont aimés, de durcir leur sort et de réduire au minimum leurs allocations.

Van Staveren a gagné ses lauriers à la dure. Lorsqu’il est arrivé à Wellington, il recevait 6 livres sterling par semaine, pour lesquelles il devait également agir en tant que collecteur. Cinquante ans plus tard, il ne recevait plus un sou. Il n’accepterait pas non plus d’avantages indirects. Tout membre ou ami qui lui envoyait un cadeau pécuniaire se voyait retourner l’enveloppe.

Son comité lui a dit de prêcher uniquement dans les festivals ou sur une tombe, selon les directives du Conseil de gestion. Ils s’attendaient à ce qu’il les conseille uniquement sur les questions religieuses. Mais Van Staveren était un homme très indépendant. Lorsqu’on lui a dit comment s’acquitter de sa tâche, il a écrit : « Cher M. Hyams (Secrétaire), En réponse à votre question de date paire, je vous informe que je ne respecterai pas la résolution du Conseil. Je continuerai cependant à faire comme jusqu’à présent et s’ils ne partagent pas leur point de vue, ils ne pourront obtenir que quelqu’un d’autre à ma place. Déposez ceci devant eux et faites-leur plaisir. »

Le comité a tellement honte des réprimandes que Van Staveren leur a écrites, qu’ils ont dû demander l’approbation des membres pour les supprimer du procès-verbal.

Une loi de la congrégation interdit au ministre de se livrer à des activités commerciales, sous peine de licenciement. La congrégation a essayé d’empêcher ses enfants de lui demander conseil en affaires. Considérant cette intrusion comme de l’impertinence, il a finalement réussi à faire insérer une clause dans ses contrats semestriels lui permettant de conseiller et de conseiller ses enfants dans leurs métiers. Une grande partie du succès commercial de ses enfants pourrait lui être attribuée.

Il avait été un bon chef d’entreprise. Il a été le premier à introduire sur le marché des conserves de viande cachère. Comme un patriarche talmudique, il exécuta sagement l’injonction mishnaïque d’enseigner aux enfants à gagner leur pain quotidien, à craindre et à aimer le Dieu unique.

À la fin du XIXe siècle, les membres de la congrégation réalisèrent que Van Staveren était maître. En anglo-juif, les réunions annuelles des synagogues sont souvent des moments où le ministre est une cible commune pour les membres de la congrégation. À la fin du siècle, à Wellington, les assemblées générales ont expiré à maintes reprises faute de quorum. Ils ne pouvaient pas se moquer de Van Staveren. Il était leur chef et les guidait bien. C’était un homme parmi les hommes.

Photo de présentation : Cette photographie, probablement prise dans les années 1930, rassemble plusieurs générations de rabbins néo-zélandais, dont Alexander Astor (rangée arrière, à droite), Herman van Staveren (rangée avant, à gauche) et Samuel Aaron Goldstein (rangée avant, à droite).

Fin du chapitre 17

Chapitre 1 : Les Marins Juifs
Chapitre 2 : Les juifs arrivent en Hollande
Chapitre 3 : Les Maoris et le Mousquet
Chapitre 4 : Les premiers pionniers juifs
Chapitre 5 : Joël Samuel Polack
Chapitre 6 : Un comité restreint pour les îles
Chapitre 7 : Les premiers immigrants juifs
Chapitre 8 : Le début de la communauté d’Auckland
Chapitre 9 : Le début de la communauté de Wellington
Chapitre 10 : Les communautés se développent
Chapitre 11 : Les guerres maories
Chapitre 12 : L’or
Chapitre 13 : La congrégation la plus méridionale du monde
Chapitre 14 : Un conte de Canterbury
Chapitre 15 : Une synagogue fantôme
Chapitre 16 : Zèle aux antipodes

A suivre…

Dossier : L’HISTOIRE DES JUIFS EN NOUVELLE-ZÉLANDE – RABBI LAZARUS MORRIS GOLDMAN 1907–1960 – Rabbi de la congrégation hébraïque de Melbourne.

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://www.terrepromise.fr

Votre aide est très Importante…

Depuis plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seule à travailler sur les sites du réseau Elishean. Terre Promise est mon dernier né. Je l'ai fait pour vous, avec l'intention de vous offrir plus d'informations sur le monde juif et son histoire. Aujourd'hui, je fais appel à vous afin de me soutenir dans cette démarche en faisant un don (si minime soit-il). Le partage est un don de Soi, un don d'Amour... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne... Mikhal

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2019/Terre Promise

Print Friendly, PDF & Email