SHARE
Seul Celui qui « tient dans Sa main le cœur des rois » et des dirigeants connait la raison de la victoire de Donald Trump – contre toute attente – aux présidentielles américaines.

Mais si l’homme veut chercher une raison « terrestre » à cette victoire inattendue, écoutons le témoignage de Rav Chemouel Wagner, dont le père, Rav Israël, est arrivé après la Shoah aux USA et a fondé une communauté dont les membres habitaient dans des appartements appartenant au père de Donald Trump, Fred, milliardaire et ami des juifs.

Une photo vieille de 60 ans, un peu floue et en noir et blanc, a fait le tour des médias aux USA, tout de suite après l’annonce de la victoire de Donald Trump : on y voit Fred Trump, le père du président, dans une synagogue du quartier de Flatbush à Brooklyn, dont il a permis la construction.

Rav Chemouel Wagner raconte :

« Mon père est né en Gallicie et fréquentait la ‘Hassidout de Belz. Il était très proche du grand Rav Aaron de Belz, le saint Admour. Il avait 18 ans lorsque la guerre a éclaté, alors qu’il était fiancé. Il a survécu par une suite de miracles et a épousé sa fiancée à la fin de la guerre à Salzbourg, en Autriche, dans un camp de personnes déplacées.

Puis, par une suite d’étapes qui le menèrent de la Bolivie à la Californie, mon père et sa jeune épouse se retrouvent à New York ou une infrastructure religieuse existait déjà. Quelques semaines après son arrivée à New York, mon père devient Rav d’un quartier qui appartient à l’homme d’affaire Fred Trump.

Ce dernier était déjà en possession de 31 immeubles dans ce secteur, et une partie des appartements était louée à des juifs d’origine d’Europe de l’Est qui n’étaient pas pratiquants, mais qui fréquentaient une synagogue.

Elle fonctionnait dans le parking d’un des immeubles et cherchait un Rav. Mon père a accepté avec joie de diriger cette petite synagogue. Il y avait au début une trentaine de fidèles, puis en quelques années, elle s’est développée pour compter une centaine de familles.

Comme je vous le disais, la majorité des fidèles était laïque mais se sentait attirée par la synagogue, par mon père et la chaleur qu’il manifestait pour eux. Ils aimaient ses cours de Torah, et mon père réussissait à leur faire partager les valeurs du Judaïsme authentique et de la ‘Hassidout.

A un certain moment, le nombre des fidèles devint si important que la petite synagogue ne pouvait plus contenir tout le monde. Il devint clair que cette communauté avait maintenant besoin d’un emplacement digne de ce nom ».

« Mon père a alors eu une idée », se rappelle Rav Wagner, tout simplement celle de s’adresser à Fred Trump, qu’il ne connaissait pas personnellement mais qui était son propriétaire, et de lui demander de leur accorder un bâtiment qui servirait de synagogue.

Mon père savait également quelque chose sur Fred Trump : il était un fervent croyant et pouvait donc comprendre que les juifs – qui constituaient ses principaux locataires – aient besoin d’un endroit d’étude et de culte proche de leur habitation.

La rencontre fut un succès. Mon père réussit à parler au cœur de Fred, et à le convaincre. Trump, avec son flair de businessman, comprit vite que la communauté qui se développera autour de cette maison de prière sera basée sur des valeurs de bien, de droiture et qu’il en profitera.

Non seulement Fred Trump donna le terrain pour l’édification de la synagogue, mais il finança les frais de construction, et se rendit personnellement à l’inauguration de la première pierre.

Fred fut profondément ému par le discours de mon père et depuis lors, une amitié solide et indéfectible se noua entre les deux hommes. Ils se rencontraient à de nombreuses occasions, mais une fois par an, officiellement, Fred donnait à mon père un don très conséquent pour couvrir les frais de la nouvelle synagogue.

Plus que cela, mon père lui apprenant que des familles juives du quartier étaient dans une grande gêne, Fred ouvrit très largement son portefeuille pour les aider.

Fred Trump avait mon père en très grande estime. Il le consultait à de nombreuses reprises et lui demandait conseil. Ce qui l’impressionnait par-dessus tout était le fait que mon père, un juif d’Europe de l’Est, puisse diriger une communauté moderne américaine et réussir à ramener des juifs à la pratique et parfois même à l’orthodoxie.

A l’inverse de son fils, Fred était un homme très calme et raffiné. C’est lui qui lança Donald dans les affaires.

Je me souviens d’une anecdote : au sous-sol de l’immeuble, il y avait une buanderie ou tous les locataires lavaient leur linge. Qui venait ramasser les pièces de monnaies que l’on insérait aux machines à laver? Le petit Donald et son frère. Il avait peut-être 14 ou 15 ans à l’époque. Avec une tignasse blonde, plein de vie et d’espièglerie.

Fred, dès leur jeune âge, éduqua ses enfants à prendre leurs responsabilités, sans complaisance envers eux.

Une autre anecdote intéressante concerne cette fois la mère du Rav Wagner.

« Ma mère, de mémoire bénie, qui est décédée il y a un an, était surnommée par Fred « la Rebbetzen ».

Il y a deux ans, elle fêtait son 90ème anniversaire, ici en Israël. Elle a envoyé une invitation à Donald, pour le convier à l’évènement. Nous avons joint à l’invitation un petit mot où nous lui avons rappelé qui nous étions et nos relations privilégiées avec son père, lui demandant d’écrire à notre mère quelques lignes de souhaits.

Eh bien il nous a répondu, nous disant qu’il se souvenait très bien de la synagogue, et il a joint une photo dédicacée et des salutations pour notre maman…

Rav Wagner se souvient de la considération incroyable que Fred Trump manifestait à son père, Rav Israël : « Fred était un homme noble et au grand cœur. Profondément croyant. Je n’ai aucun doute que c’est par ce mérite que son fils, Donald, est arrivé si haut ».

Donald respectait énormément son père et accomplissait à la lettre ses directives.

Après une visite exceptionnelle de 48 heures où pour la première fois dans l’histoire des Etats-Unis, un président consacre sa première sortie officielle à l’étranger à une visite au Proche-Orient, et plus spécifiquement à Israël, Donald Trump – l’homme le plus influent du monde – est monté dans son Boeing Air Force One et s’est envolé pour l’Amérique.

Good luck, mister President !

https://www.torah-box.com/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://www.terrepromise.fr

Votre aide est très Importante…

Depuis plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seule à travailler sur les sites du réseau Elishean. Terre Promise est mon dernier né. Je l'ai fait pour vous, avec l'intention de vous offrir plus d'informations sur le monde juif et son histoire. Aujourd'hui, je fais appel à vous afin de me soutenir dans cette démarche en faisant un don (si minime soit-il). Le partage est un don de Soi, un don d'Amour... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne... Mikhal

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2019/Terre Promise

Print Friendly, PDF & Email