SHARE
Quand Joseph Barrow Montefiore a appelé la Nouvelle-Zélande « Grande-Bretagne du Sud », il n’aurait pas pu lui donner une désignation plus appropriée en ce qui concerne les Juifs.

Ils considéraient l’Angleterre comme leur pays d’origine. Des liens forts et des loyautés les lient à ses institutions et à ses coutumes. Volontairement, ils placent leurs congrégations sous la juridiction du Grand Rabbin de l’Empire britannique.

Il ne pouvait accepter une suggestion de visiter l’Australie et la Nouvelle-Zélande en raison de l’urgence des affaires en Angleterre, mais il a envoyé son fils, A. S. Adler, à titre non officiel.

Il s’est adressé à l’assemblée dans la synagogue de Wellington.

Les Juifs néo-zélandais menaient leurs services et leurs institutions religieuses sur le même modèle que ceux de Londres. Leurs ministres ont été formés et sont venus de « chez eux ». Il a été dit que la Nouvelle-Zélande est plus britannique que toute autre colonie. Les Juifs néo-zélandais ont contribué à façonner la vérité de cette déclaration. Ils se sont félicités de toute initiative visant à renforcer les liens entre la Nouvelle-Zélande et la Grande-Bretagne.

Lorsque la reine Victoria a célébré son jubilé de diamant, les congrégations ont organisé des services spéciaux pour commémorer l’événement, et les communautés juives de Victoria, d’Australie-Méridionale, du Queensland, d’Australie occidentale, de Fidji et de Nouvelle-Zélande ont signé une adresse conjointe de fidélité à Sa Majesté.

Sir Moses Montefiore symbolisait pour eux, ainsi que pour les autres Juifs de l’Empire, la combinaison des nobles qualités du gentilhomme anglais avec la vérité et la bienveillance épris de liberté du juif digne.

Fidèle Anglais d’une famille patricienne, ce juif orthodoxe avait été honoré par la Reine d’une baronnade pour son aide incessante à ses frères souffrants dans le monde entier, interviewant rois et chefs d’Etat afin de les convaincre d’alléger le sort de son peuple persécuté. Lorsqu’il célébra son centenaire en 1884, les communautés néo-zélandaises organisèrent des services spéciaux pour marquer l’occasion en lui envoyant, outre des messages de félicitations, une allocution lumineuse dans un coffret de bois néo-zélandais.

Des représentants de toutes les confessions religieuses ont assisté à de nombreuses célébrations de Montefiore en signe de respect pour Sir Moses et en signe d’estime pour leurs amis juifs.

Les Juifs de Nouvelle-Zélande se réjouirent avec le reste des Juifs de l’Empire lorsque la Reine éleva le Baron Rothschild à la dignité d’un siège à la Chambre des Lords.

Ils considéraient son élévation comme un pas de plus vers l’émancipation des Juifs et la lutte pour la liberté et la démocratie qui avait fait la renommée de l’Empire.

En Angleterre, les Juifs avaient créé une institution, l’Association anglo-juive, pour promouvoir le mouvement en faveur d’une plus grande démocratie, pour renforcer les liens au pays et à l’étranger entre les communautés juives et l’Empire, et pour gagner aux Juifs en dehors du Commonwealth britannique le traitement éclairé et la liberté dont ils jouissaient en Angleterre.

Il est significatif qu’en Nouvelle-Zélande, le Révérend Zachariah, alors qu’il était ministre à Christchurch, ait ouvert la première branche de l’Association. Seul lui, parmi les ministres en poste en Nouvelle-Zélande, ne venait pas d’Angleterre. Il a souffert sous un régime étranger et apprécie la liberté dont il jouit dans le pays où il a été adopté.

Plus tard, des succursales furent établies à Dunedin, Wellington et Auckland, et la question se posa de savoir si chaque succursale devait s’attacher au siège en Angleterre ou à un quartier général colonial nouvellement créé. La Nouvelle-Zélande a choisi cette dernière voie et Zachariah a été nommé président, M. Joel, B. Isaacs, Edward Shrimski, M. K. Samuels et G. Jacobs formant le comité.

Le travail principal des branches se développa dans la collecte des cotisations annuelles envoyées au siège social et dans la collecte de fonds pour tout appel spécial, selon les directives de l’Association en Angleterre pour des causes à l’étranger.

La cause en question concernait généralement la réduction de la pauvreté et de la détresse des communautés juives à l’étranger provoquées par l’oppression et la persécution.

Les Juifs néo-zélandais, aussi peu nombreux soient-ils, se sont distingués par leur générosité et leur bienveillance.

Aucune cause valable, qu’elle soit juive ou païenne, au pays ou à l’étranger, n’a jamais manqué de réponse. La plupart des appels à l’aide lancés à l’étranger dans la seconde moitié du XIXe siècle provenaient des Juifs de Russie, où le gouvernement oppressif et antisémite a incité des foules sans instruction et lasses à commettre d’horribles excès contre les communautés juives.

En outre, le gouvernement tsariste a introduit ses propres mesures économiques cruelles contre eux. Des listes d’abonnements ont été ouvertes pour les Juifs russes en juillet 1869 et pour ceux de la frontière russo-turque en janvier 1878, en collaboration avec l’Association anglo-juive.

D’autres pogroms contre les Juifs sous le Tsar ont provoqué une tempête dans le monde démocratique.

À Londres, le lord-maire convoqua une réunion publique en mai 1882, au cours de laquelle d’éminents députés et des citoyens importants exprimèrent de vives protestations contre le gouvernement russe. Un appel à l’aide a été lancé à tous les Juifs.

La Nouvelle-Zélande a répondu promptement et admirablement. Comme c’était l’usage en Nouvelle-Zélande lorsque les juifs lançaient un appel public, de nombreux chrétiens se sont engagés volontairement en faveur de cette cause.

Un autre appel à l’aide a été lancé en 1891, lorsque de nouveaux excès à l’encontre des Juifs de Russie ont suscité la colère d’hommes et de femmes honnêtes dans le monde entier. Elle a également suscité l’horreur dans l’esprit de tous les Néo-Zélandais et a suscité une protestation sans précédent de la part d’un Parlement responsable qui a voté à l’unanimité.

Sir George Grey, qui était rentré au pays après avoir été gouverneur pendant deux mandats distincts et était entré en politique, s’est levé à la Chambre des représentants le 30 juillet 1891 et a déclaré que la Nouvelle-Zélande prendrait pour la première fois sa place parmi les nations du monde en présentant une pétition à l’empereur de Russie pour obtenir grâce pour ses cinq millions de sujets juifs.

Il avait les sentiments les plus gentils envers les Juifs. Toute mesure visant à les aider doit avoir un effet bénéfique. Il croyait que l’Empereur était un homme bon et miséricordieux. Bien que la Nouvelle-Zélande n’ait rien à voir avec cette question, elle doit s’efforcer d’aider ses semblables. Tout en demandant au nom d’autres pays, la Nouvelle-Zélande ferait du bien à elle-même.

Elle serait inscrite dans l’histoire au début de sa vie en tant que nation, la Nouvelle-Zélande s’est efforcée de faire du bien à ses compatriotes dans d’autres parties du monde.

« Nous, a-t-il poursuivi, par cette loi, je propose de reconnaître officiellement qu’il est du devoir de la nation néo-zélandaise, aussi petite ou grande soit-elle, de faire tout le bien qu’elle peut pour les gens dans toutes les parties du monde.

Il a ensuite fait sa demande : « Qu’un mémorial soit adressé à Sa Majesté impériale, l’Empereur de toutes les Russies, priant respectueusement que toutes les lois exceptionnelles et restrictives qui affligent ses sujets juifs soient abrogées et que des droits égaux à ceux dont jouissent les autres sujets de Sa Majesté leur soient accordés. Que ledit Mémorial soit signé par le Président et transmis par lui à Sa Majesté. »

Joseph Ward appuie la motion. Il a réitéré les sentiments de Sir George Grey et souligné que cinq millions de personnes étaient concernées. La Chambre accepte la motion à l’unanimité.

Pendant près d’un an, on n’a plus entendu parler du Mémorial, bien que des questions aient été posées à ce sujet lors de diverses sessions. Finalement, le 23 juin 1892, le Président a signalé qu’il avait envoyé les résolutions concernant les Juifs russes, ainsi que des copies du hansard, à Son Excellence le lieutenant-général De Richter, aide de camp de Sa Majesté l’Empereur pour la réception des pétitions.

De Richter avait répondu en français diplomatique :

Monsieur,

En vertu des instructions formelles de Sa Majesté l’Empereur, mon auguste maître, je ne suis pas autorisé à recevoir des pétitions ou des allocutions de représentants de pays étrangers concernant des questions relatives à la politique intérieure de la Russie.

Je me vois donc dans l’obligation de vous renvoyer immédiatement l’adresse de la Chambre des représentants de la Nouvelle-Zélande sans la soumettre à Sa Majesté l’Empereur.

Acceptez, Monsieur, l’assurance de ma très haute estime,
P. De Richter

Le Parlement est arrivé à la conclusion qu’il ne pouvait rien faire de plus et il a ordonné que la réponse soit consignée dans les Journaux de la Chambre.

La résolution de Sir George Grey a été approuvée et applaudie dans de nombreuses régions du monde.

Elle a rehaussé le prestige du Gouvernement néo-zélandais et l’a placé sur la carte politique. Les communautés juives de l’étranger ont envoyé leurs félicitations. La proposition de Grey est effectivement entrée dans l’histoire. Elle a fait de la Nouvelle-Zélande une nation courageuse, démocratique et humanitaire.

Le fait que l’aide de camp du tsar n’ait pas transmis les représentations de la Nouvelle-Zélande à son maître et à son gouvernement a ajouté une autre ligne noire à l’épouvantable bilan de la Russie en matière de persécution des Juifs.

Le public est capricieux et sa mémoire est courte. On peut en dire autant des parlementaires. Les mêmes hommes qui avaient élevé le nom de la Nouvelle-Zélande vers le ciel l’ont rapidement réduite à néant.

Moins de deux ans après que le Parlement eut adopté ses résolutions mémorables en faveur des Juifs russes, il adopta une position extraordinaire lorsqu’il apprit que 500 Juifs russes indigents allaient quitter l’Angleterre pour la Nouvelle-Zélande sous les auspices des autorités juives de Londres.

Des protestations sont arrivées de tout le pays, exprimant la crainte des difficultés raciales et de la concurrence. Les conseils du commerce et du travail ont adopté des résolutions fermes protestant contre l’admission des Juifs étrangers, soulignant leur indigence, leur pauvreté et leur piètre qualité.

Une rumeur selon laquelle les Juifs russes débarqueraient en Nouvelle-Zélande sans permission a incité le premier ministre, poussé par une clameur continuelle de diverses sources, à câbler l’agent général à Londres, lui demandant de prendre tous les moyens possibles pour empêcher les Juifs russes d’être envoyés en Nouvelle-Zélande.

L’étonnant changement d’attitude du gouvernement néo-zélandais suscita l’indignation de nombreux Juifs, et une correspondance féroce, colérique et acrimonieuse passa entre le Premier ministre et un éminent résident juif.

Les Juifs de Nouvelle-Zélande jouissaient d’une liberté inégalée nulle part ailleurs dans le monde. Avant les manifestations contre l’immigration, aucun antisémitisme n’était apparu à la surface. Au contraire, on pourrait dire que les Néo-Zélandais sont pro-sémites. L’harmonie et la bonne volonté existaient entre Juifs et Gentils.

Des représentants de toutes les confessions chrétiennes assisteront à tous les événements importants de la communauté juive. Ils contribuèrent généreusement aux appels juifs et à la construction de synagogues, tout comme les juifs souscrivaient généreusement à des œuvres de charité et à des églises chrétiennes.

Les Juifs de Nouvelle-Zélande possédaient un palmarès exceptionnel et incomparable en tant que pionniers et dans le développement de la vie commerciale et civique du pays. Partout où ils se sont établis, ils ont été élus par les païens à des postes importants dans les conseils municipaux et d’arrondissement et dans les principaux organes législatifs du pays en raison de leur mérite et de leur intégrité.

Les préjugés non fondés à l’encontre des Juifs russes peuvent être dus à un certain nombre de causes.

La situation économique s’était soudainement détériorée en 1893, et John Ballance et son successeur au poste de premier ministre du gouvernement libéral du travail, Richard John Seddon, ne pouvaient se permettre de perdre l’appui des travailleurs, qui craignaient que la migration massive n’affecte leurs conditions de travail et leur niveau de vie.

Le mouvement ouvrier de l’époque se serait opposé à toute source de migration assistée, que les nouveaux arrivants viennent de Russie ou d’Angleterre ou qu’ils soient juifs ou gentils. En outre, le pays a été mal informé du nombre de Juifs qui souhaitaient émigrer en Nouvelle-Zélande. Les rumeurs variaient d’un demi-million à un demi-million. Probablement, si la migration avait été autorisée, pas plus d’une centaine de colons seraient venus.

Une autre raison des préjugés peut avoir été que le Néo-Zélandais moyen n’avait pas eu de contact personnel avec les Juifs. Bien que les Juifs aient pris de l’importance dans le pays, ils ne représentaient que 0,25 % de la population totale.

La plupart des citoyens, lorsqu’ils lisent des articles sur les réalisations de Juifs bien connus, ignorent totalement la foi de l’époque. Il n’en sera fait mention qu’en de rares occasions. Malheureusement, malgré l’attitude officielle amicale et sincère des églises et des chefs d’église d’alors, beaucoup de leurs adhérents et de leurs ecclésiastiques avaient de profonds préjugés contre les adeptes juifs à cause de la méthode avec laquelle le Nouveau Testament était enseigné dans les églises et les écoles du dimanche. Le cri de la chaire et du bureau du maître d’école que « les Juifs ont tué le Christ », ne pouvait avoir d’autre effet.

Des préjugés sont également apparus parce que les Néo-Zélandais ne connaissaient pas et ne comprenaient pas les Juifs russes. Même certains membres de la foi juive, dont les ancêtres étaient nés et élevés en Angleterre depuis des générations, croyaient aux rumeurs selon lesquelles les Russes étaient la lie de l’Europe.

La phrase « mais vous êtes différent du Juif étranger » était souvent acceptée comme une vérité. Lorsque le premier réfugié juif russe arriva en Australie, la presse s’étonna que « l’homme était bien habillé ».

Il aurait fallu les générations juives néo-zélandaises pour atteindre le niveau d’instruction, de culture et de dignité des juifs russes.

Ces derniers étaient beaucoup plus avancés dans toutes les directions, malgré les souffrances qu’ils avaient subies. Spirituellement et intellectuellement, ils étaient la tête et les épaules au-dessus de leurs frères néo-zélandais. Si les Juifs anglais ne les comprenaient pas tout à fait, les Gentils néo-zélandais ne les comprenaient certainement pas.

Les Juifs russes constituaient pour eux une énigme et un casse-tête. L’ignorance leur faisait croire tout ce qu’on leur disait, et l’ignorance, avec ses résultats scandaleusement préjudiciables, ne prévalait pas seulement parmi les classes laborieuses. Il a également soulevé la tête au Parlement. « La nouvelle maison, écrit Alfred Saunders, contenait une proportion exceptionnellement faible d’hommes très instruits ou expérimentés. »

Si les politiciens s’étaient renseignés, ils auraient découvert que les Juifs faisaient de bons migrants, même s’ils venaient de Russie. Par son introduction du projet de loi sur les étrangers en 1870, Julius Vogel avait rendu la Nouvelle-Zélande plus attrayante pour les migrants étrangers. La législation permettait aux étrangers de posséder des terres dans la colonie. Avant la présentation du projet de loi, ils ne pouvaient pas le faire.

Les Juifs, cependant, n’ont pas profité de la loi à cause de l’éloignement de la Nouvelle-Zélande des centres juifs. Lorsque les persécutions devinrent aiguës en Russie, vers 1882, une douzaine de Juifs émigrèrent à Wellington, où Van Staveren, bien que chargé d’une grande famille, les accueillit et les nourrit. Ils se sont rapidement intégrés à la communauté et l’ont renforcée.

En 1889, la London Emigration Society écrivit à la congrégation Dunedin pour savoir si elle pouvait absorber les immigrants juifs. En raison de la situation économique et de la persécution persistante des Juifs russes, les autorités londoniennes, qui ont volontairement accepté ce travail de miséricorde, ont exploré tous les moyens d’alléger la pression sur ses ressources. Dunedin a répondu qu’il accepterait cinq migrants en procès, mais a conseillé qu’ils soient des artisans et non des ultra-orthodoxes.

« Ultra-orthodoxe est répréhensible car le sabbat n’est pas respecté », écrit le correspondant.

Dunedin avait suivi l’exemple de Christchurch, où trois hommes et deux femmes avaient été envoyés par le Mansion House Fund sous les auspices du Lord Mayor of London, et avaient réussi à s’installer confortablement.

Bien que l’Association anglo-juive ait annoncé qu’elle paierait les tarifs des immigrants et qu’aucun fardeau ne serait imposé au gouvernement ou à son peuple, la clameur des conseils commerciaux et des organisations mal informées a continué, inspirée par la propagande anti-immigration d’Angleterre.

Ce n’est que lorsque le Grand Rabbin, le Dr Herman Adler, a assuré au gouvernement néo-zélandais qu’aucune migration à grande échelle n’avait jamais été envisagée, que la propagande provoquée s’est calmée et la paix a régné à nouveau.

En raison de ses tristes expériences avec les colonies australasiennes, le siège de l’Association anglo-juive a décidé de ne pas envoyer un seul réfugié sous ses auspices. L’Association a considéré sa résolution comme une perte et un coup dur pour la Nouvelle-Zélande.

Partout où les Juifs russes avaient fui, ils avaient apporté leur bénédiction et contribué à la prospérité du pays qui les avait accueillis.

En Angleterre, le sentiment que l’Association anglo-juive n’avait pas géré la situation avec suffisamment de vigueur a conduit la communauté à renforcer le Conseil des députés juifs, qui était plus représentatif des institutions juives du pays et attirait des hommes spécifiquement dédiés à améliorer la position des Juifs à l’étranger.

Seules des difficultés financières ont empêché certaines communautés néo-zélandaises de rejoindre le Conseil des Délégués. Le venin de l’attaque contre l’immigration juive, cependant, a fait hésiter les communautés néo-zélandaises à recommander à toute organisation d’envoyer de nouveaux arrivants dans le pays.

Lorsque la London Colonization Society voulut, en 1900, installer des Juifs roumains dans la colonie, les communautés néo-zélandaises lui firent part de leurs expériences sept ans auparavant. La proposition a expiré.

Le judaïsme néo-zélandais n’a pas sagement adopté les vues paroissiales de ses voisins. Ils répondaient volontiers à tout appel estimable en provenance de l’étranger. Lorsque le Révérend Dr A. J. Messing est venu en Nouvelle-Zélande pour demander de l’aide pour sa synagogue « Beth El », à San Francisco, et pour l’orphelinat de la ville, toutes les congrégations ont fait des dons généreux à sa cause.

Aucun émissaire venu pour une cause en Terre Sainte n’est jamais reparti les mains vides. La terre d’Israël a éveillé les sentiments spirituels des Juifs coloniaux.

Dans une terre désolée et désolée, les quelques Juifs d’Eretz Israël symbolisaient la continuité du peuple juif et sa durabilité éternelle.

La Nouvelle-Zélande jouit d’une telle réputation de générosité à Jérusalem que les émissaires arrivèrent à Jérusalem pour demander de l’aide dans un flot constant. Toutes les congrégations, ainsi que Julius Meyer et David Nathan à Wanganui, organisèrent un appel par le biais de la presse quotidienne lorsque la nouvelle arriva, en décembre 1865, de la terrible épidémie de choléra à Jérusalem et de la sécheresse dans tout le pays.

La petite communauté de Wellington, seule, avec l’aide de sympathisants gentils, a souscrit plus de £.200, qu’elle a envoyé à Jérusalem pour les affamés et les malades. A peine les sommes substantielles ont-elles été envoyées que des émissaires personnels sont arrivés en Nouvelle-Zélande pour informer les communautés des horreurs et de la crise en Terre Sainte.

D’abord le rabbin Kassan, suivi quelques mois plus tard par le rabbin Yechiel Bechor Cohen, un personnage pittoresque en robe arabe fluide et soyeuse. Le rabbin L. Mendelsohn vint quelques années plus tard au nom des Juifs à Hébron, et après lui suivit le rabbin Juda Levy de Jérusalem, le rabbin Joseph Horowitz, de la même ville, pour une soupe populaire, et le rabbin Juda Assuri, qui venait pour les pauvres de Jérusalem, Safed, Hébron et Tibériade.

Lorsque des lumières moins puissantes sont arrivées, les communautés ont protesté contre la désorganisation, déclarant que les visites de personnes collectant des fonds pour la Terre Sainte et d’autres lieux à l’Est devenaient maintenant « plus fréquentes qu’agréables ».

Ils ont envoyé une communication au Conseil des Suppléants à Londres exprimant le souhait que tous les émissaires qui sont venus en Nouvelle-Zélande reçoivent d’abord l’approbation et les pouvoirs du Conseil. Ils se plaignaient que des messagers qui étaient en réalité des Juifs polonais venaient en tenue orientale.

Ces derniers ont obtenu des listes de donneurs des collectionneurs précédents et ont conservé un bon pourcentage des recettes. Si un homme donnait moins qu’il ne l’avait fait auparavant, ils voulaient en connaître la raison. Ils ont déclaré qu’ils donnaient volontiers à des causes authentiques mais ont déploré la monotonie des imposteurs.

Le Conseil des Suppléants a recommandé l’appel de Rabbi Moses Rivlin, et les communautés ont répondu généreusement.

Le judaïsme néo-zélandais a bien mérité sa réputation d’ouverture d’esprit et de générosité, tant au pays qu’à l’étranger. C’était un fier record.

N. Alfred Nathan, fils de David Nathan, qui fut pendant plus de 30 ans président de la Congrégation hébraïque d'Auckland. Il a été président du conseil d'administration de L. D. Nathan and Co. et administrateur de nombreux autres organismes commerciaux, sportifs et philanthropiques.
N. Alfred Nathan, fils de David Nathan, qui fut pendant plus de 30 ans président de la Congrégation hébraïque d’Auckland. Il a été président du conseil d’administration de L. D. Nathan and Co. et administrateur de nombreux autres organismes commerciaux, sportifs et philanthropiques.
Mme David L. Nathan, descendante de la famille Arbabanel et travailleuse principale en Nouvelle-Zélande pour le mouvement sioniste. Avec son mari, elle s'est rendue plusieurs fois en Palestine et ils ont fait don du bâtiment du Centre néo-zélandais de protection de l'enfance à Tel-Aviv.
Mme David L. Nathan, descendante de la famille Arbabanel et travailleuse principale en Nouvelle-Zélande pour le mouvement sioniste. Avec son mari, elle s’est rendue plusieurs fois en Palestine et ils ont fait don du bâtiment du Centre néo-zélandais de protection de l’enfance à Tel-Aviv.
Phineas Selig. Directeur général et rédacteur en chef de la Christchurch Press Company, il était une figure de proue dans le monde de la presse néo-zélandaise. Il a été président de la Newspaper Proprietors' Association et de la Master Printers' Federation.
Phineas Selig. Directeur général et rédacteur en chef de la Christchurch Press Company, il était une figure de proue dans le monde de la presse néo-zélandaise. Il a été président de la Newspaper Proprietors’ Association et de la Master Printers’ Federation.
Mark Cohen - parlementaire, dignitaire civil, pionnier de l'éducation et journaliste. Son bon jugement lui a valu d'occuper de hautes fonctions au sein de nombreuses organisations importantes.
Mark Cohen – parlementaire, dignitaire civil, pionnier de l’éducation et journaliste. Son bon jugement lui a valu d’occuper de hautes fonctions au sein de nombreuses organisations importantes.
Rabbi S. A. Goldstein a été pendant plus de 50 ans ministre de la Congrégation hébraïque d'Auckland. Homme de profonde connaissance, il exerçait son ministère avec un enthousiasme joyeux et une dévotion sans faille.
Rabbi S. A. Goldstein a été pendant plus de 50 ans ministre de la Congrégation hébraïque d’Auckland. Homme de profonde connaissance, il exerçait son ministère avec un enthousiasme joyeux et une dévotion sans faille.
Rabbin Solomon Katz. Sa vaste expérience, son érudition et sa brillance dans l'art oratoire et le débat ont fait de lui une personnalité publique digne de mention. À sa mort, en 1944, des militaires américains lui ont érigé un monument commémoratif dans le foyer de la synagogue de Wellington.
Rabbin Solomon Katz. Sa vaste expérience, son érudition et sa brillance dans l’art oratoire et le débat ont fait de lui une personnalité publique digne de mention. À sa mort, en 1944, des militaires américains lui ont érigé un monument commémoratif dans le foyer de la synagogue de Wellington.

Fin du chapitre 19

Chapitre 1 : Les Marins Juifs
Chapitre 2 : Les juifs arrivent en Hollande
Chapitre 3 : Les Maoris et le Mousquet
Chapitre 4 : Les premiers pionniers juifs
Chapitre 5 : Joël Samuel Polack
Chapitre 6 : Un comité restreint pour les îles
Chapitre 7 : Les premiers immigrants juifs
Chapitre 8 : Le début de la communauté d’Auckland
Chapitre 9 : Le début de la communauté de Wellington
Chapitre 10 : Les communautés se développent
Chapitre 11 : Les guerres maories
Chapitre 12 : L’or
Chapitre 13 : La congrégation la plus méridionale du monde
Chapitre 14 : Un conte de Canterbury
Chapitre 15 : Une synagogue fantôme
Chapitre 16 : Zèle aux antipodes
Chapitre 17 : Deux géants spirituels
Chapitre 18 : Le problème des mariages mixtes

A suivre…

Dossier : L’HISTOIRE DES JUIFS EN NOUVELLE-ZÉLANDE – RABBI LAZARUS MORRIS GOLDMAN 1907–1960 – Rabbi de la congrégation hébraïque de Melbourne.

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://www.terrepromise.fr

Votre aide est très Importante…

Depuis plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seule à travailler sur les sites du réseau Elishean. Terre Promise est mon dernier né. Je l'ai fait pour vous, avec l'intention de vous offrir plus d'informations sur le monde juif et son histoire. Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur Paypal. Même une somme minime sera la bienvenue. Merci à vous. Mikhal

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2019/Terre Promise

Print Friendly, PDF & Email