SHARE
Vogel a commencé sa carrière politique en Nouvelle-Zélande en 1862, lorsqu’il s’est présenté sans succès à une élection pour un siège au Conseil provincial d’Otago. Sans se laisser décourager, il se présenta l’année suivante pour le siège de Waikouaiti et réussit.

Rempli de triomphes, il cherche à obtenir d’autres honneurs à la Chambre des représentants en tant que député de Dunedin South. Les électeurs l’ont rejeté. Toutefois, il a obtenu un siège à l’Assemblée générale dans des circonstances qui pourraient être considérées comme les plus extraordinaires par lesquelles un membre a été élu à un organe parlementaire important.

En 1863, le représentant de Dunedin et Suburbs North démissionne. En tant que journaliste, Vogel a couvert la scène pour les nouvelles nominations. À son arrivée, seuls le directeur du scrutin et lui étaient présents. Résumant rapidement la situation, Vogel envoya deux ou trois personnes et, en quelques minutes, il fut proposé, appuyé et déclaré élu.

A l’époque, peu de gens se souciaient du Conseil législatif et encore moins de la Chambre basse. Les Conseils provinciaux régnaient en maîtres.

La politique locale a pris le pas sur les problèmes nationaux. Chaque province se dressait comme une île dans une mer de forêts et de terres non développées. Le manque de routes et de voies ferrées et de communications régulières en général entrave le développement à grande échelle du pays, et le Conseil et l’Assemblée d’Auckland sont davantage considérés comme un symbole d’unité nationale que les organes législatifs du pays dans son ensemble.

Il fallait parfois des semaines pour atteindre Auckland depuis l’île du Sud. Il fallait s’attendre à de longs délais dans la correspondance. Les provinces ne pouvaient pas se permettre d’être gouvernées et dictées par un organisme situé à des centaines de milles de distance, qui connaissait peu les conditions locales et s’en fichait parfois. De l’île du Sud, seules les personnes peu occupées souhaitaient siéger à l’Assemblée législative d’Auckland presque dans l’isolement politique.

Vogel, cependant, à l’âge précoce de vingt-huit ans, a choisi d’aller à Auckland. Il était déjà devenu un homme extraordinaire de prévoyance, d’idées et d’ambition.

Il croyait en lui-même tel un homme de destin qui pouvait apporter le progrès en Nouvelle-Zélande et qui pouvait la transformer en une grande terre. Confiant à l’extrême, il savait que le jour viendrait sûrement où les intérêts nationaux devraient prendre le pas sur les intérêts paroissiaux.

D’autres supposaient qu’il faudrait des générations pour l’atteindre ; il a supposé qu’il en verrait la réalisation de son vivant.

Beaucoup le trouvaient « instable comme de l’eau » à cause de ses plans et de sa passion intime pour les cartes à jouer, mais en fait c’était un homme d’une vision remarquable et pourtant, en même temps, réaliste. Inquisiteur, clairvoyant, intelligent, il était un brillant financier ; quand d’autres parlaient en termes de pence, il déclamait en termes de kilos. D’autres planifiaient des travaux publics par milliers, lui par millions.

Court, trapu, non possessif en apparence, au visage carré et orné d’une grande barbe noire, Vogel n’attirait pas les amis par son apparence. Pourtant, il a facilement gagné l’amitié en dépit de ses vues dogmatiques.

Sachant se mélanger parmi toutes les classes, il parlait la langue de chacun. Passionné, de compagnie joviale, il était lui-même un compagnon agréable et vrai, il attirait ses camarades par sa suavité et sa bonne humeur et par son regard et sa voix magnétiques. Il était imperturbablement poli et de bonne humeur.

Ce n’est pas un simple orateur, mais un orateur puissant, il a acquis une réputation de débatteur sans rival en raison de sa maîtrise de soi et de son sang-froid alors que d’autres auraient été chauffés et troublés. Extérieurement calme, il était intérieurement plein de combat et de feu.

Il pouvait obscurcir un problème dans un brouillard de mots, apaiser et apaiser une foule agitée ou un adversaire, avec l’impact de quelques phrases concises qui pouvaient frapper un ennemi indiscipliné.

Souffrant d’un léger défaut d’audition, il était commodément sourd lorsque l’occasion l’exigeait. De son point de vue à la fois démocratique et progressiste, son honnêteté et son désir de travailler pour le bien commun lui ont valu le respect, même parmi ceux qui ne l’aimaient pas. Une insatiable capacité de travail et un esprit calme esprit et déterminé l’ont soutenu dans les moments de crise.

Bien que Vogel ait gagné beaucoup d’amis, il a aussi acquis beaucoup d’ennemis. Ils se méfiaient de lui parce qu’ils ne le comprenaient pas.

Comme il était juif, ils soupçonnaient ses motivations. Ses ennemis l’appelaient « Juif-lius Rex ». L’un d’eux l’a décrit comme une  » figure étonnante d’un petit Juif d’Otago « . Beaucoup considéraient ses plans financiers comme fantastiques.

La vieille école le considérait comme un arriviste, trop optimiste et trop assertif. Ses plans les ont déconcertés. Ils ne voulaient pas accepter le fait qu’il était le seul homme d’État ayant des idées ou suffisamment d’expérience pour les pousser. Même Gisbome, l’historien qui le connaissait bien, l’a décrit comme « sensationnel, autocratique, doté d’une grande force et d’une forte volonté, persistant, fertile en ressources, ambitieux, aventureux et remarquable par ses capacités générales ».

Il s’est trompé sur Vogel lorsqu’il a déclaré qu’il était trop friand de pouvoir personnel, d’adulation populaire et susceptible d’être un dictateur. Il n’aimait pas non plus l’argent pour le plaisir de l’étalage, comme le prétendait Gisborne. Tous les hommes publics acceptent le miel de l’appréciation de leurs admirateurs.

Vogel avait des opinions fermes et les exprimait avec force, mais il ne dictait pas. Lorsqu’il cherchait de l’argent, ce n’était pas pour l’exposer, mais pour sa propre sécurité et celle de sa famille. Il est mort très pauvre.

Rusden, l’historien, n’aimait pas Vogel intensément, mais il a montré des préjugés contre tous les Juifs. Vogel s’est d’abord fait connaître sur la scène nationale lorsque, en 1865, il a proposé une grande loterie pour l’aliénation des terres autochtones qui avaient été acquises par confiscation pendant les guerres maories.

Il a suggéré que les prix de la loterie de deux millions de billets de 1 £ incluent des passages gratuits en provenance de Grande-Bretagne pour les gagnants, dont 175 passagers de cabine et 18.870 en pilotage. Le terrain serait divisé en 6121 lots, variant d’une section de 100 000 acres à 4200 sections de 50 acres. Les immigrants, qui n’auraient à présenter qu’un seul billet de 1 £ à l’arrivée, seraient envoyés dans des établissements modèles et bien équipés, protégés contre les attaques des autochtones.

Rusden a observé avec sarcasme : « Bien que le plan sentait l’atmosphère entre Shoreditch et Whitechapel, les immigrants devaient être moraux, le modèle d’établissement et aucune différence n’était prévue avec les Maoris. »

Rusden, cependant, était aveugle à la capacité de Vogel. Il décrit ainsi Vogel : « Ayant tenu un petit magasin dans un township rural d’Australie, il avait émigré à Otago. Ayant un talent pour l’intrigue et une capacité littéraire suffisante pour la presse locale, il a obtenu un poste dans le gouvernement provincial et a été élu à l’Assemblée pour Dunedin et les banlieues nord. »

Lorsque, plus tard, Vogel a lancé un plan d’emprunt de 6 millions de livres sterling pour la défense, l’immigration, les travaux publics et d’autres fins, Rusden amèrement fait remarquer aux membres du Parlement que,  » pris avec les paillettes des trente pièces d’argent, une majorité a accepté l’appât. Il a placé l’avenir entre les mains d’un prêteur sur gages… un prophète dont le dieu était l’argent. »

Il a suggéré que le gouvernement était « comme un jeune dépensier entre les mains d’un Juif en quête d’une carrière sauvage, il piétinait les maximes de la prudence et les ingrates compunctions de conscience ».

Malgré les critiques malveillantes de Rusden, Vogel a reçu l’autorisation d’emprunter 4 000 000 £ pour l’immigration et les travaux publics, et 1 000 000 £ pour la défense et les besoins divers.

Lorsque Vogel, en 1870, fait ses propositions financières pour emprunter de l’argent afin de construire des routes et des chemins de fer, et pour l’immigration afin d’ouvrir le pays, il les fait comme trésorier colonial dans le gouvernement Fox. Il a fait beaucoup de chemin depuis son entrée à la Chambre des représentants. Il avait fait sentir sa présence immédiatement.

Le premier jour où il a pris place, il a prononcé un premier discours contre la punition des Maoris par la confiscation de leurs terres. En l’espace de deux ans, il avait provoqué la démission du gouvernement sur la question du provincialisme contre la centralisation.

Fervent provincialiste, il s’opposa de façon réaliste à la centralisation du pouvoir entre les mains du gouvernement à Auckland. Tant que le pays manquera de communications efficaces, la fédération des provinces entravera les progrès. Le transfert de la capitale d’Auckland à Wellington n’a fait que peu de différence dans ses affirmations.

Les guerres coûteuses des Maoris dans l’île du Nord poussèrent Vogel à proposer de séparer l’île du Sud de l’île du Nord. Ses propositions ont reçu un accueil mitigé à Dunedin. Cela lui a coûté son poste de rédacteur en chef de l’Otago Daily Times. Il a également décidé de changer sa circonscription électorale de Dunedin aux Goldfields, Otago, où sa popularité était la plus grande.

Ses discours et arguments prolifiques et percutants lui ont valu le poste de trésorier provincial et l’ont fait chef de l’Otago, qu’il a dirigé pendant les trois années suivantes. Le contrôle des champs aurifères est devenu un enjeu et un test de force entre lui et le gouvernement à Wellington.

Il persuada son Conseil provincial de garantir douze mois de salaire à tous les fonctionnaires des champs aurifères, et à un endroit prit possession de tous les bâtiments, mit des cadenas sur les portes et posta la police dehors.

Lorsque les centralistes ont apporté des haches pour forcer l’accès aux bâtiments, la police est intervenue. Un plébiscite subséquent sur les champs aurifères a confirmé la politique de Vogel’s, car il avait transformé une forte opposition en une majorité écrasante de partisans. Les mineurs et les commerçants ont voté en faveur des provincialistes par 8304 voix contre 178.

Peu après l’échec du journal de Vogel’s, le New Zealand Sun, à Dunedin, il est parti pour Auckland, changeant une fois de plus de circonscription et démissionnant de sa direction de la province d’Otago. De chef virtuel de l’opposition à l’Assemblée générale,  lorsque William Fox est devenu premier ministre, Vogel est devenu trésorier colonial, ajoutant les portefeuilles de ministre des Postes et de commissaire des douanes à son bureau.

Grâce à son contrôle des finances, Vogel a saisi l’occasion de mettre en pratique son projet d’expansion de la Nouvelle-Zélande.

S’il pouvait construire des chemins de fer, des routes et des ponts, il pourrait unifier le pays. Il n’y aurait donc pas besoin de provincialisme.

Le faible nombre d’immigrants en raison du faible prix de la laine a poussé Vogel à lancer son plan. Il a augmenté la somme qu’il voulait emprunter de 6 000 000 £ à 10 000 000 £. Le remboursement du capital et des intérêts serait effectué par la vente et la location de terrains. Les immigrants bénéficieraient de passages gratuits ou bon marché et de bonnes conditions de travail.

Une fois déterminé à réaliser son rêve, il changea de cap en conséquence. D’un ardent provincialiste, il est devenu un centralisateur intransigeant. Plus que tout autre politicien, il a détruit le système provincial qui, selon lui, entravait le progrès du pays. Certains de ses collègues le considéraient comme un traître.

L’un de ses meilleurs amis, sir George Maurice O’Rourke, a déclaré au Parlement qu’il n’aurait jamais accepté un siège au ministère s’il avait su que son honorable collègue avait dans son immense armurerie ce poignard traître pour poignarder les provinces qu’ils avaient tous deux juré de maintenir. S’il restait au gouvernement, il ferait violence à sa conscience et mériterait d’être considéré comme un traître politique de base. O’Rourke, au moment dramatique où il avait terminé son discours, a traversé la Chambre à pied vers les banquettes de l’opposition.

Vogel n’avait aucun instinct de traître. Toute sa nature s’est révoltée contre la chicanerie politique.

O’Rourke ne possédait pas la vision de Vogel’s.

Vogel voyait que la Nouvelle-Zélande ne pouvait devenir un grand pays que par l’union au moyen de ses communications suivies d’une union politique.

Vogel accepta la tâche herculéenne, et l’appellation de traître, d’autre part la perte de ses amis ne le touchèrent pas. C’était un homme d’un courage indomptable. Lorsqu’il est apparu lors d’une réunion politique au Princess Theatre, à Dunedin, la foule n’a pas permis à Vogel de parler. Il s’accrochait à ses armes et parlait, bien que presque personne ne l’entendait. Trois ans plus tard, le 6 janvier 1874, dans le même théâtre, un banquet lui est offert en tant que premier ministre Julius Vogel. Il n’a pas pu parler pendant plusieurs minutes cette fois-ci à cause des acclamations et des applaudissements. Encore une fois, Vogel avait été justifié.

En 1876, les provinces ont été abolies.

Dès que Vogel fut réélu député d’Auckland City East en 1871, l’année du premier scrutin secret, il partit pour l’Angleterre via les États-Unis d’Amérique. Son objectif comprenait un service postal entre l’Angleterre et la Nouvelle-Zélande via San Francisco. Immédiatement après qu’il eut conclu des contrats temporaires, son esprit se tourna vers l’exploitation des navires postaux par les gisements de charbon néo-zélandais non exploités. Il espère obtenir 30 000 tonnes de charbon par an.

En outre, il voulait faire de la Nouvelle-Zélande la principale station de charbon du Pacifique.

Ses yeux se sont également tournés vers les Fidji en tant que port d’escale entre les États-Unis d’Amérique et la Nouvelle-Zélande.

Ce n’était pas la première fois que Vogel attirait l’attention de la Nouvelle-Zélande et de la Grande-Bretagne sur les îles polynésiennes. Impérialiste convaincu et partisan de la consolidation et de l’expansion de l’Empire, il avait été surnommé « Le Disraéli de Nouvelle-Zélande ».

Déjà en 1865, il avait écrit une brochure intitulée Great Britain and Her Colonies, dans laquelle il suggérait de dépenser 700 millions de livres sterling sur un siècle pour consolider l’Empire. Il voulait que le Samoa, les Tonga, les Fidji et les Nouvelles-Hébrides fassent partie, avec la Nouvelle-Zélande, d’une Confédération du Pacifique.

Il a préconisé l’annexion de la Nouvelle-Guinée et d’Hawaï, craignant que l’Allemagne et les États-Unis ne les annexent, ce qu’ils ont finalement fait.

Lorsque Vogel revint en Nouvelle-Zélande, Coleman Phillips lui proposa de fonder une société commerciale polynésienne dans le but d’acquérir une main-d’œuvre bon marché pour la Nouvelle-Zélande et l’Australie, d’utiliser la production locale et éventuellement d’acquérir la souveraineté sur ces îles.

Vogel n’aimait pas le travail forcé et l’idée de l’acquisition par l’aventure militaire, et il conseilla à Phillips de ne pas aller à Londres pour former une compagnie car, étant un inconnu en Angleterre, il ne serait pas capable de réunir les fonds nécessaires.

En l’absence de Phillips, Vogel forma sa propre compagnie commerciale néo-zélandaise et polynésienne, prépara un navire armé pour être prêt dans le port d’Auckland, et câblé le gouvernement britannique pour obtenir la permission d’annexer l’île de Samoa. Tous ses plans étaient voués à la déception.

Le gouvernement britannique s’est opposé à ce projet et ne lui a pas permis d’aller de l’avant. Lorsque Coleman Phillips est revenu d’Angleterre, il a demandé au Parlement une indemnisation de 2 000 £ pour avoir fait la promotion de l’idée et avoir payé de sa poche. Au début, le Parlement s’est moqué de la demande, mais avec le soutien de Vogel, qui a reconnu la demande, l’Assemblée en a débattu et lui a accordé une somme de 300 livres.

En avril 1874, Vogel écrivit au ministère des Colonies en expliquant les raisons pour lesquelles il avait proposé que la Nouvelle-Zélande annexe les îles Fidji. Six mois plus tard, la Grande-Bretagne a annexé les Fidji pour elle-même. Les Néo-Zélandais n’ont guère été impressionnés.

Vogel, déçu d’une certaine manière, ne pouvait que se réjouir que sa proposition ait poussé le gouvernement britannique à prendre les mesures nécessaires pour acquérir ce qui s’est avéré plus tard être un atout inestimable. Quant à la Nouvelle-Zélande, après quatorze ans de campagne de Vogel, elle a finalement annexé les îles Kermadec.

Lorsque Vogel est arrivé en Angleterre en provenance des États-Unis pour sa première « tournée royale », il n’a pas manqué de projets en faveur de la Nouvelle-Zélande. Il a échoué dans sa proposition d’affranchir un centime. Il a essayé sans succès d’introduire le lin néo-zélandais pour la fabrication du coton-canon.

Un plan visant à persuader le Parlement impérial d’adopter une loi autorisant l’investissement de fonds fiduciaires dans des titres coloniaux n’a pas réussi au début, mais plus tard, son approbation a renforcé les obligations coloniales et a donné au public la confiance nécessaire pour investir en elles.

D’autres colonies ont suivi l’exemple de la Nouvelle-Zélande et ont fait des demandes similaires. Le refus initial de la Grande-Bretagne s’explique par des doutes quant à la permanence des liens entre la Nouvelle-Zélande et la Grande-Bretagne.

Personne n’a travaillé plus que Vogel pour rendre ces liens permanents et indissolubles. Il a fait comprendre à la Nouvelle-Zélande qu’elle ne pourrait prospérer sans la Grande-Bretagne. Il proposa une « Confédération de l’Empire », suggérant un parlement fédéral d’Etats autonomes sans droit de sécession mais avec une protection suprême par une armée et une marine fédérales.

Ayant fait le premier pas vers l’objectif principal de sa visite en Angleterre en empruntant 1 200 000 £, il a ensuite passé des contrats avec Brogden and Sons pour construire des chemins de fer, à la condition notamment qu’ils fassent sortir 10 000 migrants.

Au cours des dix années suivantes, il emprunta 22 000 000 £, dont une grande partie provenait de la Maison de Rothschild ; la population passa d’un quart à un demi-million d’âmes ; les terres cultivées passèrent de un million à quatre millions d’acres ; la valeur des exportations passa de 500 000 £ par an à 1 500 000 £ ; 100 000 immigrants furent admis, certains venant de Scandinavie et du Danemark ; et 1200 miles furent construits, principalement sous contrat avec Brogden and Fils, que Vogel semblait favoriser.

L’un d’eux donnait aux entrepreneurs les trois quarts d’acre de terrain pour chaque livre qu’ils consacraient à la construction de chemins de fer et d’usines. Seul un homme d’idées, de force et de détermination aurait pu faire autant.

Le Parlement n’était pas tout à fait d’accord avec l’extravagance des contrats postaux et ferroviaires que Vogel avait passés en Amérique et en Angleterre. Il a démissionné. Appelé peu de temps après à former un gouvernement, il a fait sensation par son étonnante retenue en ne se nommant pas premier ministre.

Il a choisi George Waterhouse comme premier ministre pour diriger le Conseil législatif, tandis qu’il dirigeait la Chambre des représentants comme trésorier et maître de poste général. Stafford, le chef de l’opposition, propose la motion à la Chambre : « Que le Trésorier colonial, ayant déclaré que le Ministère a été formé par lui, et non par le Premier Ministre, la Chambre souhaite être informée si, en cas de décès ou de démission du Premier Ministre, le Ministère serait, selon l’usage constitutionnel, ipso facto dissous ».

Stafford a dit qu’il préférerait que Vogel soit Premier ministre, aussi bien de nom que de fait. Il avait droit à ce poste. M. Vogel a répondu que Waterhouse était premier ministre à tous les égards. En principe, c’était vrai, car Vogel préférait être la puissance plutôt que le pouvoir. Waterhouse pourrait accepter la responsabilité de tout échec, lui, Vogel, jouirait et se glorifierait dans la création d’un nouveau royaume.

Abordant chaque nouvelle aventure avec une verve extraordinaire, il étudia chaque sujet dans les moindres détails, devenant plus expert dans son sujet que n’importe lequel de ses adversaires.

Comme toutes les assurances en Nouvelle-Zélande étaient souscrites par des agents de sociétés britanniques, il a introduit la Government Life Insurance Act, qui permettait de souscrire des assurances dans le pays et que le principal reste en Nouvelle-Zélande.

La Public Trust Office Act était une idée de son cerveau fertile. Passionné par le boisement et consterné par la destruction insensée de millions d’acres de terres forestières, il a plaidé avec émotion devant la Chambre pour leur préservation. Sous son charme, le Parlement a adopté le projet de loi en première lecture, mais à l’étape de la deuxième lecture, la plupart des députés, ne comprenant probablement pas l’importance du terme « érosion », ont rejeté le projet et ont rejeté la motion.

La Nouvelle-Zélande aurait économisé des millions de livres à long terme si elle l’avait écouté. Vogel était un prophète dans son propre pays, un homme en avance sur son temps.

Waterhouse, inadapté à sa tâche, et totalement opposé en tempérament de Vogel, a démissionné de son poste pendant l’absence de Vogel en Australie pour négocier un service de câble sous-marin océanique entre l’Australie et la Nouvelle-Zélande.

Prenant le poste de premier ministre à la fin de 1873, Vogel conserve également les portefeuilles de trésorier colonial, de ministre des Postes et de commissaire aux télégraphes.

Au zénith de son pouvoir, et poursuivant avec intensité sa politique de migration et d’emprunt, il a également pris en charge sans crainte le portefeuille de l’immigration. Insatisfait de la lenteur de l’agent général à Londres, il pensait pouvoir faire mieux lui-même. Il l’a fait et, ce faisant, il a partiellement supprimé un monopole créé par les trois compagnies de navigation transportant des migrants en Nouvelle-Zélande.

Lorsque l’Assemblée générale adopta, en 1874, un projet de loi pour emprunter 4 millions de livres sterling supplémentaires, Vogel, face à une forte opposition, se rendit en Angleterre pour le négocier. Il pensait probablement qu’il pourrait l’obtenir à des conditions plus avantageuses que les agents de prêt et l’agent général. Ils se disputaient, les agents déclarant qu’ils ne voulaient pas être associés à Vogel, néanmoins,  il avait son mot à dire, et il négocia l’intégralité du prêt par l’intermédiaire des Rothschild.

Rusden a suggéré que son amitié avec les banquiers et avec le magnat Lord Kimberley lui a valu l’honneur convoité d’un chevalier. Il est peut-être vrai qu’ils ont exercé leur influence, mais la recommandation est nécessairement toujours présente en matière de distinctions honorifiques. En tout cas, aucun homme en Nouvelle-Zélande ne méritait le K.C.M.G. plus que Sir Julius Vogel.

Malade de la surcharge de travail sur ses projets de migration et d’emprunt, et souffrant terriblement de la goutte, Vogel a décidé de démissionner de son poste de premier ministre et de ses portefeuilles au ministère, et a demandé un congé autorisé comme membre du Parlement, qui lui a été accordé.

En son absence, le gouvernement l’a nommé ministre des Postes et lui a permis d’utiliser le titre d’honorable à vie. Vogel avait peut-être des raisons secrètes de démissionner du poste politique le plus élevé de la Nouvelle-Zélande. Elle n’était pas assortie d’un salaire élevé, ni même suffisante pour couvrir ses dépenses somptueuses, sa générosité ouverte et son hospitalité.

En tant qu’homme responsable, il s’est rendu compte qu’il devait assurer son avenir.

Il n’avait pas fait d’argent malgré le fait que les contrats avec Brogden and Sons aient été considérés avec suspicion. Scrupuleux en ce qui concerne les fonds publics, il représentait chaque centime de ses dépenses de voyage. C’était peut-être lourd, et il a peut-être été sévèrement critiqué pour avoir fait des demandes aussi importantes, mais il a prétendu qu’il devait voyager en tant que premier ministre représentant l’État, et non comme un pauvre.

Malgré la position de Vogel en Nouvelle-Zélande, il a préféré vivre secrètement en Angleterre. La gaieté et la compagnie qu’il aimait ne se trouvaient pas dans son pays d’adoption. De plus, il avait probablement une ambition secrète. Il espérait peut-être atteindre les sommets du Parlement britannique comme il avait atteints ceux de la Nouvelle-Zélande. Il aurait ainsi pu jouer sur une scène plus grande devant un public plus large.

Des années auparavant, un journal de Nelson avait rapporté que des amis juifs de Vogel en Angleterre voulaient qu’il entre à la Chambre des communes.

Apparemment, les perspectives en Angleterre n’ont pas satisfait Vogel. Il est retourné en Nouvelle-Zélande au début de 1876, au milieu d’acclamations retentissantes. Trois circonscriptions rivalisent pour l’honneur de sa représentation. Il a choisi Wanganui.

Auckland City est tombé sur Vogel. Il avait fortement favorisé le système provincial que Vogel avait détruit. Le premier ministre en exercice démissionna et, une fois de plus, Vogel dirigea le gouvernement, ajoutant à ses lourdes responsabilités le fardeau du trésorier colonial et du maître de poste général. Quelques mois plus tard, il était de retour en Angleterre.

L’occasion qu’il attendait était arrivée. L’agent général était mort à Londres. Vogel n’aurait pas pu trouver un meilleur poste. Position, salaire splendide, Londres, son joyeux cercle d’amis et la chance d’entrer dans la politique britannique, tout cela pour lui…. C’était ce qu’il voulait.

Les critiques tombèrent sur la tête de Vogel’s de tous les côtés. Le bien-fondé de l’acceptation d’un poste d’agent général par un premier ministre a été remis en question.

Il a dit qu’il était malade, mais il s’est occupé du poste de Londres. Il a pris sa retraite de son poste de premier ministre au moment même où la Nouvelle-Zélande avait le plus besoin de lui.

La dette publique est passée de 8 000 000 £ à 20 000 000 £. Les entrepreneurs pour la construction des chemins de fer ne pouvaient plus être payés avec des terrains et le système ferroviaire lui-même n’était pas à la hauteur des attentes. Des murmures antisémites ont été entendus. Vogel, cependant, est parti avec la conscience tranquille.

La prospérité ne peut être acquise sans une dette nationale. Deux mille milles de route avaient été construits. Les parcours particuliers des lignes de chemin de fer étaient le résultat de la cupidité des politiciens locaux qui ont profité des plans de Vogel’s.

De nouvelles industries avaient été créées. De vastes étendues de terres ont été achetées aux Maoris, ce qui a permis d’instaurer la paix par la suite.

N’ayant pas assez d’affaires à Londres pour occuper son énergie illimitée, il a réveillé sa vieille passion pour le journalisme. Il est devenu un correspondant infatigable pour les journaux et les revues. Une lettre qu’il a adressée au Standard, prétendait-il, déclencha le culte de l’Empire en Angleterre.

Le manque de marge de manœuvre pour son imagination débordante et ses plans surprenants, ainsi que les piqûres d’épingles des petits fonctionnaires permanents en Nouvelle-Zélande, l’ont exhorté, bien que toujours agent général, à chercher sans la permission du pays qu’il représente, un siège au Parlement britannique pour la circonscription de Penryn et Falmouth. Son échec lui aurait coûté 5 000 £.

Tentant de récupérer une partie de ses pertes, il a accepté le poste de directeur d’une entreprise, mais cette fois le gouvernement néo-zélandais l’a informé que son entreprise et son poste d’agent général n’étaient pas compatibles. Vogel, qui négociait alors un prêt de 5 000 000 £, a offert de démissionner de son poste afin de devenir un agent de prêt accrédité au pourcentage.

Prenant un télégramme vaguement formulé comme une acceptation de son offre, il a négocié le prêt avec deux autres agents, et il est resté agent général jusqu’à l’arrivée de son successeur.

Alors que les deux autres agents ont reçu 5250 £ à titre d’honoraires, le gouvernement n’a pas voulu payer Vogel. Il a fait valoir qu’en tant qu’agent général, il n’avait aucun droit et que le télégramme ne constituait pas une acceptation. Pendant des années, Vogel et sa famille ont essayé sans succès de faire reconnaître sa réclamation pour le pourcentage de l’agent. Vogel a perdu à la fois le pourcentage et son poste. Comme un mauvais joueur de poker, il avait surjoué sa main.

Le lien de Vogel avec la Nouvelle-Zélande avait officiellement pris fin, mais, signe typique de la générosité de l’homme, avant de quitter son poste, il remboursait de sa poche tous les fonctionnaires travaillant au bureau de l’agent général, les 10 pour cent que le Gouvernement avait déduits de leur salaire. Le premier ministre l’a réprimandé, ce qui a donné lieu à une correspondance acrimonieuse que le Parlement a tenté de supprimer.

Sir Michael Myers , PC, GCMG, KC (1873-1950). L'un des plus illustres fils de la Nouvelle-Zélande. À plusieurs reprises, en l'absence du gouverneur général, il a été administrateur de la Nouvelle-Zélande.
Sir Michael Myers , PC, GCMG, KC (1873-1950). L’un des plus illustres fils de la Nouvelle-Zélande. À plusieurs reprises, en l’absence du gouverneur général, il a été administrateur de la Nouvelle-Zélande.

Avec si peu de perspectives en Angleterre, Vogel est revenu en Nouvelle-Zélande en décembre 1882, en tant que représentant de l’Electric Light Company et de l’Australian Electric Light and Power Company, mais de toute évidence, il était aussi venu pour explorer la terre.

Pendant quatre ans, la Nouvelle-Zélande avait souffert d’un grave marasme dont Vogel a été tenu responsable. Tous les malheurs du pays ont leurs racines dans les plans de Vogel’s, disait l’opinion populaire.

Marcus Marks . Imprimeur du gouvernement de 1916 à 1922, son nom est devenu largement connu. Ses capacités administratives et sa disposition enjouée ont fait de lui un personnage prisé et son livre Memories (Mainly Merry) a été apprécié par des milliers de ses compatriotes.
Marcus Marks . Imprimeur du gouvernement de 1916 à 1922, son nom est devenu largement connu. Ses capacités administratives et sa disposition enjouée ont fait de lui un personnage prisé et son livre Memories (Mainly Merry) a été apprécié par des milliers de ses compatriotes.
Marcus Marks . Imprimeur du gouvernement de 1916 à 1922, son nom est devenu largement connu. Ses capacités administratives et sa disposition enjouée ont fait de lui un personnage prisé et son livre Memories (Mainly Merry) a été apprécié par des milliers de ses compatriotes.
Marcus Marks . Imprimeur du gouvernement de 1916 à 1922, son nom est devenu largement connu. Ses capacités administratives et sa disposition enjouée ont fait de lui un personnage prisé et son livre Memories (Mainly Merry) a été apprécié par des milliers de ses compatriotes.
Sa Majesté la reine Elizabeth la reine mère présente une coupe à Sir Ernest Davis à Trentham. Sir Ernest, l'un des principaux propriétaires de stocks de sang de la Nouvelle-Zélande, a de vastes intérêts commerciaux et une longue expérience du service civique.
Sa Majesté la reine Elizabeth la reine mère présente une coupe à Sir Ernest Davis à Trentham. Sir Ernest, l’un des principaux propriétaires de stocks de sang de la Nouvelle-Zélande, a de vastes intérêts commerciaux et une longue expérience du service civique.
Sir Louis Edward Barnett , dont la grande réputation dans le monde médical a fait de lui une figure internationale.
Sir Louis Edward Barnett , dont la grande réputation dans le monde médical a fait de lui une figure internationale.

À Christchurch, il avait été décidé de boycotter Vogel. Mais la fascination qu’il exerçait était telle, que l’accueil à Christchurch dépassa toutes les attentes. A Dunedin, un vieil adversaire a déclaré que le monde se serait arrêté ou aurait bougé très lentement sans des hommes comme Vogel.

Satisfait de son accueil, Vogel retourna en Nouvelle-Zélande, bien que presque paralysé par la goutte, et représenta Christchurch North en juillet 1884.

A la recherche d’un sauveur, le public capricieux a oublié tout le blâme qu’il avait mis sur Vogel concernant le marasme. Le pays cherchait un homme pour le sortir de sa situation difficile. Il croyait en Vogel. Il lui a donné confiance. En tant que représentant ayant le plus grand nombre de partisans, Vogel a été appelé à former un gouvernement, ce qu’il a fait, avec Robert Stout comme premier ministre et lui-même comme trésorier colonial.

Bien qu’âgé d’un peu moins de cinquante ans, Vogel avait l’air vieux et était presque complètement handicapé. Il était en chaise roulante. La surdité croissante et la somnolence chronique l’ont également affecté.

Le poste de premier ministre aurait été trop onéreux pour lui. Néanmoins, possédant le cœur d’un lion et le courage d’un ancien Maccabee, il accepta le poste de trésorier et de maître de poste général, parlant abondamment sur toutes sortes de sujets et introduisant de nombreux nouveaux projets et idées pour le bien du pays. Il dominait le ministère.

Entré en fonction le 16 août 1884, le ministère Stout-Vogel est resté au pouvoir pendant trois ans, à l’exception d’une courte pause de cinq jours peu après sa prise de fonction.

La plupart du temps, le Parlement semblait occupé à contrecarrer les propositions de Vogel et l‘audace de ses suggestions.

Ils ont accepté de donner aux femmes le droit de posséder leur propre propriété, mais n’acceptaientt pas le projet de loi de Vogel’s sur le suffrage qui accordait aux femmes le droit de vote. Après avoir franchi l’étape de la deuxième lecture, le projet de loi a été rejeté à l’étape de l’étude en comité uniquement parce que le Parlement craignait d’être étonné par sa propre ouverture d’esprit s’il permettait l’adoption de la mesure.

Une fois de plus, Vogel a tenté d’éveiller l’intérêt pour l’importance de Samoa.

Croyant qu’il pouvait être intéressé par le commerce, il proposa la création de la South Sea Trading Company avec un capital de £ 1.000.000 et un siège social à Auckland. Le Parlement n’accepta pas le projet de loi.

Les Samoans supplièrent la Nouvelle-Zélande de l’annexer car ils craignaient l’agression allemande, mais les autres représentations de Vogel auprès du gouvernement britannique ne furent pas entendues.

Le Parlement s’est opposé à sa proposition de cultiver la betterave sucrière. Il voulait cultiver du tabac et de la soie. Il a préconisé l’utilisation de la pierre ponce par l’utilisation d’engrais scientifiques.

Rien n’est venu de sa suggestion d’établir des villages de pêcheurs sur le long littoral, en particulier autour de l’île Stewart. Pour augmenter les exportations, il a proposé l’envoi de beurre et de viande congelée en Inde et de tissus de laine au Brésil. Il a promu la fabrication de fer forgé et de fonte.

Avec la défaite du ministère, Vogel devint chef de l’opposition, mais réalisant qu’une plus grande dissipation de ses pouvoirs physiques ne pouvait que lui nuire, il décida, au début de 1888, de retourner en Angleterre, apparemment pour des vacances, mais en fait pour préparer sa retraite de la vie publique.

Il a démissionné de son poste parlementaire et s’est installé à East Mosely, dans le Surrey, où il espérait gagner sa vie comme auteur. L’idée qu’il avait abandonné la Nouvelle-Zélande ne lui est jamais venue à l’esprit. Pour lui, l’Angleterre et la Nouvelle-Zélande ne faisaient qu’un, la Grande-Bretagne la mère, la Nouvelle-Zélande la fille.

Son premier roman, Anno Domini 2 000 ou Le destin de la femme, propose ses rêves et ses théories prophétiques étonnantes. Il aurait presque pu être accepté comme almanach prophétique pour l’an 2000.

Il prophétisa qu’un croiseur aérien voyageant à cent milles à l’heure quitterait Melbourne le matin et arriverait à Dunedin la nuit. Il a prédit la création du plan d’eau de Molyneux.

Les réflexions sur le droit de vote des femmes et l’abolition de la pauvreté se sont développées dans un style philosophique lourd. Bien que Premier ministre, en 1875, en dépit de sa préoccupation pour les affaires de l’État, sa passion pour le journalisme l’avait incité à écrire, éditer et publier le Manuel officiel de la Nouvelle-Zélande.

Mentalement alerte dans ses heures d’éveil, ses dernières années ont été passées dans l’angoisse. Si estropié qu’il ne pouvait pas utiliser son stylo, il ne pouvait jouer que sur sa mémoire et ses rêves.

Sa grande pauvreté a paralysé sa fierté. Le brillant financier qui avait bossé par millions pour le compte d’autrui ne pouvait pas subvenir à ses besoins.

Après avoir entendu parler de sa situation, le gouvernement néo-zélandais l’a nommé conseiller financier nominal au salaire de 350 livres par an. Le 12 mars 1899, il reçut le soulagement éternel de sa souffrance mondaine.

Sa place dans l’histoire de la Nouvelle-Zélande n’a pas encore été égalée.

La position actuelle du pays parmi les nations du monde peut être attribuée au génie économique et à la contribution de Sir Julius Vogel. Il n’a pas de mémorial sur une haute montagne ou un promontoire élevé. Seuls Vogeltown et Vogel Street à Wellington rappellent son lien avec le pays. Son mémorial est le succès de la Nouvelle-Zélande elle-même en tant que nation démocratique progressiste parmi les peuples du monde.

Sa famille l’a enterré au cimetière juif de Willesden. Vogel est toujours resté juif ; il n’a jamais abjuré sa foi.

Il a été dit que ni la race ni la croyance n’avaient une grande emprise sur lui. Son mariage hors de sa religion pourrait en être la raison. A cause de cela, il ne pouvait pas s’approcher de ses frères. Lorsque Sir Julius Vogel a été malade au cours de sa dernière année en tant que premier ministre, le ministre de la synagogue de Christchurch a récité des prières pour son rétablissement. Son comité lui a dit  » de s’abstenir de telles procédures à l’avenir, pour amener notre religion au mépris « .

Pourtant, Vogel comprenait la valeur de la foi. Il a déclaré ouvertement à la Chambre qu’il était en faveur d’une éducation religieuse. Lors de son séjour à Auckland, il a remis deux prix à l’école de la synagogue pour les meilleurs élèves en hébreu.

La mort de Vogel a presque coïncidé avec la fin du siècle.

En Nouvelle-Zélande, elle a produit des hommes dont la foi et la formation juives les ont inspirés à être au service de leur communauté et de leur pays. Ils ont créé un dossier unique. Peu nombreux mais influents, ils diffusaient un esprit de bonne volonté et de justice qui les distinguait de leurs voisins.

Féroces dans leur amour de la liberté, ils jouissaient de leur liberté d’autant plus dans le service qu’ils rendaient avec plaisir. D’un point de vue humble, mais avec un comportement digne, ils ont ajouté du prestige à la bonne réputation de la Nouvelle-Zélande et à la haute réputation que les Néo-Zélandais et Néo-Zélandaises avaient universellement acquise.

Fin du chapitre 24

Chapitre 1 : Les Marins Juifs
Chapitre 2 : Les juifs arrivent en Hollande
Chapitre 3 : Les Maoris et le Mousquet
Chapitre 4 : Les premiers pionniers juifs
Chapitre 5 : Joël Samuel Polack
Chapitre 6 : Un comité restreint pour les îles
Chapitre 7 : Les premiers immigrants juifs
Chapitre 8 : Le début de la communauté d’Auckland
Chapitre 9 : Le début de la communauté de Wellington
Chapitre 10 : Les communautés se développent
Chapitre 11 : Les guerres maories
Chapitre 12 : L’or
Chapitre 13 : La congrégation la plus méridionale du monde
Chapitre 14 : Un conte de Canterbury
Chapitre 15 : Une synagogue fantôme
Chapitre 16 : Zèle aux antipodes
Chapitre 17 : Deux géants spirituels
Chapitre 18 : Le problème des mariages mixtes
Chapitre 19 : Le Parlement et les juifs russes
Chapitre 20 : Les juifs dans l’industrie et le commerce
Chapitre 21 : Les juifs et le journalisme
Chapitre 22 : Les juifs dans les arts et l’éducation civique
Chapitre 23 : Les juifs dans la législature

A suivre…

Dossier : L’HISTOIRE DES JUIFS EN NOUVELLE-ZÉLANDE – RABBI LAZARUS MORRIS GOLDMAN 1907–1960 – Rabbi de la congrégation hébraïque de Melbourne.

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://www.terrepromise.fr

Votre aide est très Importante…

Depuis plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seule à travailler sur les sites du réseau Elishean. Terre Promise est mon dernier né. Je l'ai fait pour vous, avec l'intention de vous offrir plus d'informations sur le monde juif et son histoire. Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur Paypal. Même une somme minime sera la bienvenue. Merci à vous. Mikhal

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2019/Terre Promise

Print Friendly, PDF & Email