SHARE
L’abandon progressif des pratiques religieuses juives ne s’est pas produit seulement dans les maisons des familles individuelles. L’institution même – la synagogue – qui se consacre à la promotion de l’observance religieuse n’a parfois pas atteint les maximes qu’elle aurait dû enseigner.

Très souvent, les membres des comités des synagogues ne servaient pas à faire avancer la religion, mais à cause du prestige social qu’elle leur apportait.

Au début du siècle, les candidats envoyaient des taxis aux membres pour les amener aux isoloirs. La classe sociale ne permettrait pas à un prêteur sur gages d’être membre d’un Conseil de gestion, tandis que le doute naîtrait en ce qui concerne un prêteur sur gages.

Il n’est pas rare que les comités imposent leurs vues irréligieuses au ministre en pensant qu’ils l’ont commandé et que le ministre était leur serviteur. Le ministre, cherchant la paix au sein de la communauté et croyant qu’en faisant des concessions, l’unité serait préservée, a permis de convaincre sa conscience. Lorsqu’un comité a ordonné à un ministre de faire sonner le Shofar à 18 heures, avant la fin du Jour des Expiations, il a obéi.

La pratique consistant à célébrer les offices quotidiens à la synagogue, le matin, le midi et le soir a longtemps été presque totalement abolie.

Le judaïsme n’est pas une religion uniquement pour les sabbats et les fêtes. Pourtant, dans certaines synagogues, même le service du vendredi soir a été abandonné. Tant à Dunedin qu’à Auckland, lorsque le rabbin Alexandre Astor est arrivé sur les lieux, il a restauré les services pour l’inauguration du sabbat.

Certaines synagogues ont complètement éliminé le service du matin du sabbat, omettant même la prière Shema obligatoire, tandis que d’autres ont commencé le service du matin du sabbat dans des lieux particuliers.

À un moment donné, à Dunedin, le comité a introduit le système triennal de lecture de la loi, selon lequel le Pentateuque était lu une fois tous les trois ans au lieu de chaque année. Certains membres ont suggéré que puisque seulement un tiers du Sedra est lu chaque semaine, seulement un tiers du Haphtorah devrait être récité.

Dunedin favorisait le raccourcissement des prières. En aucun cas le service du matin du sabbat ne pouvait être prolongé au-delà d’une heure.

Une clameur pour la modernisation et l’amélioration des services a donné lieu à la récitation de prières en anglais dans certaines synagogues et à la lecture du Haphtorah en anglais.

L’introduction des services de consécration pour les filles n’a pas été un succès. Certaines congrégations se sont opposées à l’inclusion de cérémonies directement issues de rites chrétiens qui n’ont aucune racine juive. Toutes les communautés, cependant, permettent maintenant aux femmes de voter aux élections dans les synagogues, ce qui, selon le Grand Rabbin, n’est pas opposé au Din. Une résolution visant à permettre aux femmes d’occuper des postes honorifiques en tant que membres de comités, présidentes et trésorières n’a pas abouti. Pas plus qu’une tentative d’introduire l’orgue dans les services du Sabbat et du Festival.

Pour encourager la célébration de la Pâque, les ministres organisent des services communaux de Seder. Ils ont particulièrement bien réussi à Christchurch, où le révérend S. N. Salas dirige aussi un Kiddush après chaque service du matin du sabbat, et organise occasionnellement des services pour les jeunes dans lesquels les jeunes lisent la liturgie du début à la fin.

Apparemment, Succoth n’est pas une fête populaire à Canterbury. Lorsque Bernhard Ballin a quitté £.200 pour un spectacle annuel Succoth, il a été décidé d’utiliser l’argent à d’autres fins synagogiques utiles.

Malgré les tentatives de modernisation et d’innovation, la fréquentation des synagogues est aussi faible aujourd’hui qu’elle l’était au début du siècle. A Christchurch et Dunedin, ce n’est qu’en de rares occasions qu’un minyan vient un samedi matin.

Avec l’introduction de la semaine de travail de cinq jours en Nouvelle-Zélande, on pensait que le nombre de fidèles dans la synagogue allait augmenter. Cependant, cela a eu l’effet contraire, car les députés quittent maintenant la ville pour la fin de semaine.

Si la Pâque coïncide avec Pâques, la célébration de la fête juive en souffre. Beaucoup de Juifs qui observent la Kashruth chez eux n’hésitent pas à manger de la tréfah quand ils s’en éloignent, même si c’est la Pâque. Très peu observent le sabbat et les fêtes selon le précepte juif. On estime que dans toute la Nouvelle-Zélande et en dehors des responsables des synagogues, un seul Juif observe le sabbat à Auckland et une poignée à Wellington.

La plupart des enfants juifs sont maintenant envoyés à l’école lors de festivals juifs. C’est peut-être cette connaissance qui a incité le premier ministre Savage à répondre à la question de savoir si les Juifs de la fonction publique se voyaient accorder un congé les jours fériés sans réduction du congé annuel, que les Juifs ne bénéficiaient pas de ce privilège.

Lorsque la Congrégation de Wellington demanda au Grand Rabbin J. H. Hertz si les hommes qui ne respectaient pas le sabbat pouvaient agir comme présidents ou trésoriers de congrégations ou comme président d’une Chevra Kadishah, il ne répondit pas. Comme d’habitude, il a laissé des questions délicates sans réponse.

La Kashruth, l’un des fondements de la vie familiale juive dont les dirigeants des communautés doivent assumer la responsabilité, n’a jamais été dans un état entièrement satisfaisant dans le pays.

On estime que, dans une grande ville comme Auckland, seulement 25 pour cent de la population juive consomme de la viande cachère. Ils ne sont pas encouragés lorsqu’ils doivent s’approvisionner en viande cachère dans une boucherie où la viande de trefah est également vendue. L’une des difficultés consiste à prendre des dispositions satisfaisantes avec un boucher non juif pour vendre de la viande casher. Un fournisseur juif n’aurait pas assez de clients pour gagner sa vie.

Sans surveillance constante, les bouchers non-juifs ne pourraient pas être tenus d’observer les lois de la Kashruth dans leurs magasins aussi strictement que les Juifs. Par conséquent, l’état des réserves de viande cachère a souvent été atroce.

A Wellington, où un élément plus orthodoxe a vécu qu’à Auckland, la situation s’est améliorée, et on estime qu’entre 60 et 75 % des Juifs achètent de la viande casher. Jusqu’à l’arrivée du révérend S. N. N. Salas à Christchurch, la communauté, pendant un certain nombre d’années, n’a pas pu obtenir des approvisionnements cachers. C’est tout à son honneur qu’il a appuyé son ministre, et un certain nombre de députés qui, auparavant, n’achetaient pas de viande cachère le font maintenant, malgré le fait qu’on ne peut se procurer de boeuf. N’ayant pas d’enclos de lancer, le Shohet n’est pas autorisé à tuer les animaux pesant plus de 70 livres, et la communauté doit se contenter de mouton, de veau ou de volaille.

La communauté Dunedin ne prend pas de viande cachère. Il fut un temps où la question se posait de savoir si la congrégation devait dépenser de l’argent pour un Shohet ou pour la réparation de la synagogue. Il a choisi de réparer la synagogue.

Dès 1908, la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux a tenté d’interdire Shehitah.

Il a tenté de présenter au Parlement un projet de loi exigeant l’étourdissement des animaux avant l’abattage. Lorsqu’il s’est rendu compte de son absurdité en ce qui concerne le rituel juif, il a abandonné les propositions.

Une autre campagne entreprise dans toute la Nouvelle-Zélande vers 1950 par la Society for the Prevention of Cruelty to Animals pour prévenir Shehitah, semblait introduire un élément d’antisémitisme. La plupart des objections antérieures à Shehitah concernaient la manière de préparer les animaux en vue de leur abattage.

Lorsque les communautés juives achetèrent des plâtres qui surmontèrent cette objection, la Société commença à s’opposer à Shehitah elle-même, bien qu’elle ait reçu des plus grands scientifiques du monde des preuves irréfutables de l’humanité de la méthode Shehitah. Sans en aviser le rabbin Astor, la Société a retiré son nom de vice-président, mais elle a conservé le nom de sir Ernest Davis comme patron.

Toutes les communautés de Nouvelle-Zélande observent strictement la cérémonie de la circoncision. Comme il s’agit d’un rite religieux, les musulmans devaient toujours être observés en fonction des juifs, mais l’Australian Bate Din a pris l’habitude d’accorder des certificats aux médecins juifs qui ne respectaient pas du tout les préceptes juifs.

Beaucoup des rites funéraires qui étaient un trait caractéristique de la vie juive en Europe sont tombés en désuétude en Nouvelle-Zélande.

Le Shivah complet à la mort d’un parent est rarement gardé. Le kaddish est rarement récité pendant une année complète, et Yahrzeit n’est pas fréquemment observé. Les quatre principaux centres ont tous une Chevra Kadishah bien établie, la plupart d’entre eux ayant été formés avant la Première Guerre mondiale. Auckland a mené sa Chevra Kadishah en collaboration avec sa Société de bienfaisance et la vente de vin casher.

Pendant trente-huit ans, Luis Marks, un travailleur communautaire populaire de la PAGE 190, a dirigé la Société. En plus d’être l’un des fondateurs de la Société sioniste d’Auckland, il a également été l’un des pionniers du mouvement ouvrier néo-zélandais, étant plus tard élu vice-président du Auckland Labour Club. Pendant la crise, il représente Auckland dans le mouvement d’aide aux chômeurs.

A Dunedin, l’assemblée générale annuelle de la Chevra Kadishah se tiendrait immédiatement après l’assemblée annuelle de la congrégation. La procédure ne prendrait qu’une minute. Les membres du bureau seraient élus selon la formule « la même que l’année dernière ». À une occasion, les participants à la réunion ont voulu connaître les noms réels du président et du comité. Ils ont examiné les dossiers et découvert que le président et le comité étaient tous morts.

Des problèmes sont apparus en Nouvelle-Zélande en ce qui concerne l’entretien et l’élimination des vieux cimetières. Avec l’expansion des villes, les anciens cimetières étaient situés dans des quartiers animés.

À Auckland, la Chevra Kadishah a présenté au conseil municipal sa partie inutilisée de l’ancien cimetière situé à l’angle de Symonds Street et Karangahape Road. Le conseil municipal le voulait pour un plan d’eau. Plus tard, lorsque le projet n’a pas été réalisé, le Chevra Kadishah a voulu récupérer une partie du terrain afin d’y construire une maison de métahar. Après une réunion orageuse du conseil municipal d’Auckland, le maire a donné sa voix prépondérante en faveur de la Chevra Kadishah, qui a construit sa morgue en temps voulu.

La dernière inhumation juive dans l’ancien cimetière de la rue Hereford, à Christchurch, eut lieu en 1885. Son état de délabrement a incité le comité à essayer de vendre le terrain et d’incinérer les restes des trente-quatre personnes qui y sont enterrées ou de les enterrer de nouveau dans le cimetière Linwood. Après de nombreuses années, au cours desquelles les proches de chacun des défunts devaient accorder une autorisation, et après l’adoption d’un projet de loi spécial par le Parlement, les corps ont été transférés dans le cimetière plus récent.

La congrégation de Dunedin a vendu son ancien cimetière au conseil municipal, restituant l’argent de l’achat à condition que les tombes du cimetière soient entretenues à perpétuité par le conseil.

Aucune des communautés n’a maintenant son propre cimetière juif. Ils partagent une partie des cimetières généraux avec d’autres confessions.

Les crémations sont peu fréquentes, mais lorsqu’elles se produisent, il est d’usage de réciter des prières avant le transfert du corps au crématorium, bien qu’un ministre, feu le révérend C. Steinhof (Stanton), n’ait rien à voir avec la récitation de prières pour les Juifs dont les corps ont été incinérés.

Wellington, Christchurch et Dunedin dirigeaient des sociétés philanthropiques, mais pas comme celle d’Auckland en collaboration avec la Chevra Kadishah. Ils n’ont pas été sollicités à maintes reprises. La Société philanthropique juive de Canterbury n’a reçu qu’un appel en huit ans. A Auckland, une société d’aide hébraïque avait été fondée en 1905 par Nathan Phillips dans le but de prêter de l’argent à des personnes nécessiteuses sans intérêt. Les femmes, en 1928, ont fondé une Société de bienfaisance des femmes juives à Auckland.

Après la Première Guerre mondiale, un couple sans enfants de Wellington, Max et Annie Deckston, venus de Pologne juste avant la fin du siècle, émus par les souffrances de leurs parents, en ont amené beaucoup en Nouvelle-Zélande. Ayant accumulé des économies après avoir travaillé dur dans les usines et les fermes, ils ont fait un voyage en Europe en 1929. Ce qu’ils ont vu les a inspirés à établir un orphelinat juif en Nouvelle-Zélande où les enfants pourraient être élevés dans une atmosphère de paix.

Le mouvement a commencé avec l’immigration d’une orpheline, suivie de douze enfants en 1935 et de douze autres en 1937. Annie Deckston est décédée en 1938 et son mari l’année suivante, laissant le reste de sa succession à l’Institut hébreu de Deckston, le nom sous lequel l’orphelinat était connu.

Dans le but de sauver des enfants juifs de la terreur nazie, les administrateurs ont obtenu un permis d’entrée pour trente orphelins complets âgés de cinq à onze ans. Tous les efforts déployés pendant un certain nombre d’années par l’intermédiaire de l’Ort-Oze et de l’American Joint Distribution Committee pour faire sortir les enfants étaient vains, puis les Juifs de Nouvelle-Zélande ont commencé à réaliser l’ampleur de la catastrophe juive provoquée par la brutalité allemande. Il n’y avait plus d’orphelins à sortir. Les quelques personnes qui avaient réussi à s’échapper avaient été emmenées en Israël.

L’indisponibilité des enfants a attiré l’attention des fiduciaires sur l’opportunité de prolonger la Fiducie. En fin de compte, il a été proposé d’offrir une assistance à toute institution s’occupant d’orphelins ou de personnes âgées ou à toute organisation religieuse, éducative ou sociale qui se trouve normalement dans une communauté juive.

Au cours de l’audience devant la Cour suprême, le juge en chef, Sir Humphrey O’Leary, a eu du mal à croire que, parmi les millions de Juifs dans le monde, un nombre suffisant ne pouvait être trouvé pour remplir l’Institut Deckston.

Les administrateurs ont alors été en mesure de souligner l’énormité des crimes nazis. La Cour suprême a accordé un certificat pour qu’un projet de loi soit présenté au Parlement en vue de modifier les conditions du Trust. En troisième lecture, les objections d’une ancienne détenue de l’Institut qui prétendait avoir été adoptée par les Deckstons ont empêché son adoption en douceur par l’Assemblée législative. Elle n’avait aucune preuve documentaire, mais a déclaré qu’elle avait été adoptée « selon la méthode traditionnelle d’adoption par les membres de la foi juive en prenant votre pétitionnaire entre leurs genoux, et conformément au passage de la Bible, Genèse 48, verset 5, faisant référence à l’adoption par Jacob d’Ephraim et Menasseh et déclarant que votre pétitionnaire était leur fille adoptée ».

Le comité spécial de la Chambre, impressionné par la preuve et celle des témoins qui prétendaient avoir vu l’étrange cérémonie, a accordé au requérant un certain allégement qui a été intégré au projet de loi.

La Deckston Hebrew Trust Act, 1949 prévoit, entre autres, que le revenu ne peut être utilisé que pour tout orphelinat juif, toute institution juive pour les soins aux personnes âgées et infirmes, la Wellington Hebrew Philanthropic Society, la Wellington Jewish Welfare Society et la branche de Wellington des Friends of the Hebrew University.

Dans le but de prendre soin des Juifs âgés, le conseil d’administration du Deckston Trust a négocié avec le Methodist Social Service Trust pour construire une aile de Deckston au Eventide Village, sur un terrain de 150 acres, situé à 12 miles de Wellington, dans un environnement magnifique et idéal. Il est prévu d’installer une vingtaine de Juifs et de Juives âgés dans des villas ou des chambres avec une cuisine casher centrale. Tout le village restera sous le contrôle de la Methodist Social Service Trust, mais son conseil d’administration comprendra des membres de la Deckston Trust.

Un autre organisme qui a été enregistré, la Wellington Jewish Care of the Aged Society, s’occupera des besoins domestiques, du divertissement et du bien-être général des détenus.

Il est destiné d’abord aux personnes âgées de Wellington, puis aux personnes âgées juives de n’importe quelle partie de la Nouvelle-Zélande.

GolHistP013a(h280)
Synagogue d’Auckland, 1889. La première pierre a été posée le 10 décembre 1884 par David Nathan et la synagogue a été inaugurée par lui le 9 novembre 1885. C’était le dernier devoir public de ce citoyen très respecté d’Auckland.
GolHistP013b(h280)
Synagogue d’Auckland aujourd’hui.
GolHistP014a(h280)
La synagogue de Christchurch. La première pierre du bâtiment en fer-blanc fut posée le 8 février 1881 par M. LE Nathan , alors président de la congrégation hébraïque de Christchurch. Il a été achevé la même année et a été utilisé de manière continue pour le culte juif depuis.
GolHistP014b(h280)
L’intérieur de la synagogue de Christchurch.

Fin du chapitre 26

Chapitre 1 : Les Marins Juifs
Chapitre 2 : Les juifs arrivent en Hollande
Chapitre 3 : Les Maoris et le Mousquet
Chapitre 4 : Les premiers pionniers juifs
Chapitre 5 : Joël Samuel Polack
Chapitre 6 : Un comité restreint pour les îles
Chapitre 7 : Les premiers immigrants juifs
Chapitre 8 : Le début de la communauté d’Auckland
Chapitre 9 : Le début de la communauté de Wellington
Chapitre 10 : Les communautés se développent
Chapitre 11 : Les guerres maories
Chapitre 12 : L’or
Chapitre 13 : La congrégation la plus méridionale du monde
Chapitre 14 : Un conte de Canterbury
Chapitre 15 : Une synagogue fantôme
Chapitre 16 : Zèle aux antipodes
Chapitre 17 : Deux géants spirituels
Chapitre 18 : Le problème des mariages mixtes
Chapitre 19 : Le Parlement et les juifs russes
Chapitre 20 : Les juifs dans l’industrie et le commerce
Chapitre 21 : Les juifs et le journalisme
Chapitre 22 : Les juifs dans les arts et l’éducation civique
Chapitre 23 : Les juifs dans la législature
Chapitre 24 : Sir Julius Vogel
Chapitre 25 : Les Synagogues

A suivre…

Dossier : L’HISTOIRE DES JUIFS EN NOUVELLE-ZÉLANDE – RABBI LAZARUS MORRIS GOLDMAN 1907–1960 – Rabbi de la congrégation hébraïque de Melbourne.

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://www.terrepromise.fr

Votre aide est très Importante…

Depuis plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seule à travailler sur les sites du réseau Elishean. Terre Promise est mon dernier né. Je l'ai fait pour vous, avec l'intention de vous offrir plus d'informations sur le monde juif et son histoire. Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur Paypal. Même une somme minime sera la bienvenue. Merci à vous. Mikhal

Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2019/Terre Promise

Print Friendly, PDF & Email